Me voici redevenu opposant à Ségolène Royal

Jusqu'à la désignation du candidat PS aux présidentielles en novembre dernier, j'ai pas mal tapé sur Ségolène Royal, puisque je souhaitais la victoire de Laurent Fabius.

Royal a été désignée. J'aurais pu voter pour Jean-Pierre Chevènement, mais celui-ci s'est retiré, sans surprise, en décembre. J'ai un temps pensé choisir Corinne Lepage, pour son attachement à la laïcité, mais, face au danger Sarkozy, je me suis résolu au vote utile (tout en pensant que Lepage finirait par se retirer). Étant de gauche, la candidate la moins éloignée de mes idées restait Royal. Son meeting à Grenoble, avec cette jeunesse métissée et unie, a achevé de me convaincre.
J'ai commencé à me dire "je ne suis pas convaincue par Royal, mais si cela plait aux Français, tant mieux, l'important est que les valeurs de gauche passent". Je le disais en mars : "Elle n'est pas géniale, mais elle est la seule chance de victoire de la gauche."

Ségolène nous en a fait avaler, des couleuvres, durant cette campagne. Mais bon, il fallait tout faire pour éviter Sarkozy, donc on faisait avec.
Elle était nettement en deçà de son adversaire sur certains points. Mais je ne relevais pas, préférant insister sur les points positifs.


Mais voilà, elle a perdu. Et donc je retrouve ma liberté de parole.
Je relis ce que j'ai pu dire il y a un an : j'y critiquais Royal la blairiste, je disais qu'elle n'avait pas la stature pour être présidente, prédisait son effondrement rapide à cause de son absence de programme. Bon, elle a surpris beaucoup de monde, moi y compris, en étant bien moins nulle qu'on le croyait.
Comme elle allait passer les primaires PS, je me souviens avoir retardé ma prédiction de l'échéance de la chute de Ségolène Royal dans les sondages en février. Malheureusement, j'ai eu raison.

Malheureusement, quand je pensais que c'était une connerie de choisir une candidate selon les sondages (Royal) plutôt qu'un candidat compétent, j'avais raison. Vous vous rappelez ? Il y a des tas de militants socialistes à qui on a répété pendant des mois "Royal est la seule qui peut battre Sarkozy, choisissez-là", et qui ont voté pour elle uniquement pour cette raison, ce mensonge !
Elle a été choisie (uniquement) pour battre Sarkozy, elle a largement échoué.

Si la gauche a perdu, c'est à cause de Royal. Les Français aiment ce qui change, le candidat surprise, trouble-fête. La stratégie de Royal était parfaite pour prendre le PS face aux éléphants Fabius et DSK. Par contre, une fois désignée, elle est devenue la candidate de l'institution socialiste, et c'est Bayrou qui a joué le rôle du candidat trouble-fête.

J'ai été choqué de voir Royal sourire lors de son discours au soir du 6 mai. Et je le suis aussi de la voir déjà réclamer la désignation du candidat socialiste pour 2012 ! Pour moi, ce sourire signifiait "j'ai perdu la présidentielle, mais au moins j'ai pris le parti", et cela semblait pleinement lui convenir !

La trève de la campagne est enfin passée. Me voici redevenu opposant à Ségolène Royal.

Commentaires

  1. Cette analyse est intéressante, mais manifestement trop partisane. En effet, mettre la défaite sur le seul dos de Ségolène est une grave erreur. D'abord, il est peu probable que DSK aurait fait mieux. Et il est certain que Fabius aurait fait bien pire.
    Mais surtout, ce sont bien les comportements des "éléphants" du PS, Fabius, DSK, Jospin, Rocard, Aubry, etc. qui sont les principaux responsables de cet échec.
    Ils n'ont jamais soutenu la campagne de Ségolène. Ils l'ont cassée systématiquement. Consciencieusement. Dans le meilleur des cas ils se sont éclipsés.
    Dans ces conditions, le score de Ségolène est moins nul qu'on veut bien le dire. Et celle qu'on qualifiait de fragile à resister psychologiquement à ces attaques avec beaucoup de panache.
    Mais entre les traitres déclarés (Besson, Allègre, etc.) et les traitres qui agissent dans l'ombre, elle n'avait pas beaucoup de chance.
    Comment peut on faire confiance à Fabius comme vous le dites ? Ce type n'est pas un démocrate. Il n'a pas accepté le vote interne pour la constitution européenne. Il devait ou refuser le vote, ou l'accepter. Mais là son attitude est antidémocratique. Ce comportement, au pouvoir, deviendrait une simple dictature.... S'ils se présentait pour le PS, alors c'est sur, après 30 ans de fidélité, je choisirai entre l'extrême gauche et le centre.
    On a eu quelque temps la droite la plus bête du monde, mais aujourd'hui la gauche n'a plus rien à lui envier. Espérons qu'elle saura se ressaisir aussi vite...
    J'ai pour ma part été agréablement surpris du sourire de Ségolène le 6 mai. Autrement mieux que Jospin (qui lui était bien plus responsable de sa défaite). Et profondément choqué de la tête de circonstance de DSK.

    RépondreSupprimer
  2. Fabius dictateur, on se marre. Surtout lorsqu'on sait pertinemment tout ce qui a été fait contre lui depuis des années, de façon véritablement dictatoriale par la direction du PS (coups bas contre les élus rattachés à "son camp", écartement systématique des candidats-députés de son courant au profit de ceux plus orthodoxes, etc). Voyez-vous cher anonyme, j'ai voté et milité pour le Oui à la constitution, et en ce sens je ne me retrouvais pas du tout dans l'analyse de Fabius. En revanche, je crois que l'autre camp n'a aucune leçon de convictions politiques à lui donner, et ce qu'on lui a reproché, c'est justement de s'attacher à ses idées plutôt que de suivre le vote militant, mais il l'a payé, et suffisamment. Les militants, qui à l'époque et soit dit en passant, pour la très grande majorité d'entre eux, n'avaient pas lu une ligne du texte (ils ne l'ont fait qu'après, pour 80% des gens de ma section par exemple).
    Alors des trois ou quatre éléphants, qui est le pire? Ben ces jours-ci franchement, quand on voit le bal des danseuses, je me demande.

    RépondreSupprimer
  3. Bravo, belle abnégation, je n'ai pour ma part pas pu ouvrir la bouche pendant cette campagne !

    Le summum du ridicule était cette joie dans la défaite ... qu'elle honte, et l'autre anonyme (merci de dire ton nom), qui traite tout le monde traitre (déclaré ou sournois) ! mais mon garçon, si elle avait tendue la main le soir de sa victoire, les humbles comme moi aurait peut-être eu le courage d'y aller. Mais non rien "vous êtes de la merde" dans sa voix, et son regard.

    Je te laisse entre les mains de vinz pour défendre Fabius, mais sache que DSK a fait tous les meetings possible, et le vendredi soir sur Grenoble, si tu y as été, tu aurais vu qu'il a pas ménagé sa peine, et qu'il a été d'une loyauté sans faille.
    D'ailleurs au soir du 6 Mai , DSK comme Fabius d'ailleurs avaient TOUS les deux la mine de circonstance. Youhou anonyme, je te rappelle qu'on a PERDU, que c'est une défaite !
    Alors après la prise de l'investiture sur les sondages, la claques sur les dents, normal.

    En tout cas, content de te retrouver, vinZ libre enfin !

    RépondreSupprimer
  4. Anonyme n'a pas tort, t'es un peu dure, j'y croyait moi c pas le moment de retourner ca veste, c trop facile !

    RépondreSupprimer
  5. Alors tu vas redevenir fréquentable, je mets un lien !

    RépondreSupprimer
  6. Ludovic Charpentier16 mai 2007 à 17:46:00

    Je ne suis pas trop d'accord avec l'analyse de Vinz de la défaite, ni avec le commentaire anonyme ci-dessus.

    Certes, l'erreur serait de se focaliser sur les personnes plus que sur le comment. Je ne pense pas que ce soit la faute de Ségolène, de DSK, de Fabius, de Besson, d'Allègre, mais plus la faute d'un manque d'orientation très clair du PS (donc, OK, à la limite, quitte à tirer sur quelqu'un, la faute de Hollande... mais DSK est bien mal placé pour le juger, lui qui n'a jamais osé l'affronter!!).

    Ensuite, je regrette, Vinz, mais je ne suis pas d'accord du tout avec l'idolaterie que tu portes à Fabius. Pour moi, Fabius est un homme d'une vieille gauche, qui gueule à gauche toute dans l'opposition mais gouverne très au centre. Regardes par exemple le travail de Didier Migaud à Seyssins: j'étais écoeuré d'entendre un élu revendiquer la motion 2 et "l'application stricte de la loi SRU" alors qu'il n'ose pas faire construire plus de 9% de logements sociaux sur sa commune... Désolé, ce double discours (et j'ai du mal à trouvr Fabius plus sincère) m'énerve et j'ai du mal à cautionner ce genre d'attitude.

    Alors oui, Ségolène s'affiche plus blairiste que d'autres. Mais je préfère à la rigueur un parti d'avantage pragmatique, qui tienne en compte l'évolution des désirs individuels (45% des ouvriers et 50% des employés qui votent Sarkozy, je ne sais pas, mais moi, ça m'interpelle... Est-ce que derrière notre clavier et sur les bancs de la fac on n'aurait pas oublié ce qui intéresse à la base les électeurs supposés 'de gauche'??? Certains ouvriers ont fait remarquer qu'ils ne souhaitaient pas la hausse du SMIC, de crainte que cette hausse pousse des entreprises à licencier davantage...).

    En clair, je ne pense pas que le PS puisse se développer avec des individus comme Fabius. Je n'ai rien contre une scission du PS en deux, avec une aile social-démocrate que DSK ou Royal pourrait diriger, et une aile progressiste, avec Emmanuelli, Mélenchon, voir Fabius s'il a les couilles d'aller au bout de sa logique. Mais ce n'est pas en imposant une union factice entre des courants trop dissemblables que le PS pourra réavancer pour 2012...

    RépondreSupprimer
  7. ah ben moi je connais des tas d'ouvriers ou employés qui aimeraient bien que le SMIC soit augmenté de façon très très significative!!! (et pas de 0,5% ou 1% comme royalement accordé il y a un an). Parce que si on pousse dans le sens du "danger" de son augmentation, pourquoi ne pas carrément le supprimer et arriver à des situations révoltantes comme celles que l'on trouve en Allemagne ou aux US (qui parlent de plus en plus d'instaurer un salaire minimum d'ailleurs).

    Je ne suis pas sûre que le PS ait un problème d'idéologie, je crois qu'il a besoin de travailler de façon plus technique, pour avoir des idées lumineuses face aux problèmes d'aujourd'hui. Je suis sans doute super optimiste mais je crois en la "découverte" de nouvelles solutions. J'étais par exemple assez d'accord avec l'idée de Hulot sur la création d'un grand vice-ministère de l'environnement, qui aurait pu travailler avec celui de la recherche et de l'éducation, celui de l'industrie, celui de la cohésion sociale ou celui de la santé: un effort de recherche donc un développement des grosses et petites entreprises innovantes dans ces questions; un pays plus propre donc moins de malades allergiques ou de cancers; de nouvelles formations pour des métiers non-délocalisables (pour développer les insallations d'énergies renouvelables), donc moins de chômeurs. ça paraît simpliste mais pas tant que ça. Et en passant, je vous signale que c'est ce que la droite est en train de faire pour "aider" les entreprises pharmaceutiques, qui ne se sont pas assez gorgées d'argent apparemment. Et cette collaboration entre ministères marche très bien au niveau de cette recherche en santé, hélas pour les chercheurs qui ne font pas dans le finalisé exploitable. Mais bon c'est l'idéologie de la droite, elle fait son boulot de défense des actionnaires.

    Nous avons besoin de véritables think tanks et je ne suis pas sûre 1) qu'il y en ait de véritables au PS, et 2) qu'on en fasse cas lorsqu'ils travaillent vraiment (comme celui de la culture qui avait pourtant de bonnes idées sur les droits d'auteur, mais dont on n'a jamais entendu parler pendant la campagne).
    L'heure est grave mais il ne tient qu'au PS de rattraper ses erreurs par plus de travail sur les faits et les idées et un peu moins sur les histoires personnelles.

    RépondreSupprimer
  8. Si même la gauche refuse d'augmenter le SMIC…
    Le pouvoir d'achat, ça devrait quand même être à la base d'un programme de gauche, et le meilleur moyen pour le résoudre serait d'augmenter les salaires.
    Le problème que ça pause, ce sont pour les salaires au-dessus du SMIC : si on augmente le SMIC, il faut pouvoir les augmenter aussi.

    Sérieusement, les ouvriers qui votent Sarkozy ne le font pas par amour du néo-libéralisme. Il le font par peur de l'insécurité, à cause des perspectives de baisse d'impôts (même si elles seront bien faibles pour les moins riches, quand on vit difficilement c'est toujours ça de pris), et puis à cause du discours démagogique de Sarkozy (je suis la France qui travaille, la gauche c'est la France qui triche)

    RépondreSupprimer
  9. Ludovic Charpentier.18 mai 2007 à 15:14:00

    Je n'ai rien contre la hausse du SMIC. Mais il faut faire attention à ne pas l'exposer de manière trop démagogique. La mesure du SMIC à 1,500€, qui devait être une mesure phare, n'a pas convaincu pour la simple et bonne raison qu'elle est apparue trop démagogique, le financement étant pas assez claire, la prise en compte de l'inflation également.

    Sarkoa eu le discours tout autant démagogique du 'Travailler plus pour gagner plus'. Sauf que dans l'esprit de certains, ce discours conditionnait une hausse du salaire à un effort supplémentaire. Plus crédible à leurs yeux qu'une hausse du SMIC sans contrepartie.

    RépondreSupprimer
  10. parler de fabius au quidam, il vous répondra sang contaminé
    http://poly-tics.over-blog.com/article-6574956.html

    RépondreSupprimer
  11. SPIDER-MAN EST SOCIAL-DEMOCRATE

    SPIDER-MAN 3 une chronique cinema du
    http://republicoin.blogspot.com

    Et dire que j’ai failli rater ce superbe film que tout mon entourage comme la critique assassinait. Soi-disant que c’est vraiment n’importe quoi, ce Peter Parker qui pleure, ce bouffon vert cyclothymique et cette Mary-Jane un peu gourdasse sur les bords alors qu’elle est plutôt du genre coriace dans le Comics.

    Du coup j’envisageai d’aller voir chez un pote une version pirate de « Sicko », le dernier docu-fiction du mythomentaliste Michael Moore, traitant du système de santé américain, avant de me raviser. Tiens, cela dit en passant, c’est marrant comment quasiment personne ne parle de « Manufacturing Dissent » alors que la tête de Moore est invitée à Cannes. Il s’agit d’un documentaire canadien, où Debbie Melnyk et Rick Caine, déçus par ce qu’ils ont découvert sur Moore après en avoir été des admirateurs, y montrent les procédés « discutables », mensongers voir manipulatoires que Moore utilise dans ces documentaires à lui.

    Tout ça pour dire qu’au final, j’ai bien fait d’être honnête en allant voir Spider-man 3. La question de l’assurance maladie y est bien mieux traitée. Comment ça ?!? Attendez voir, vous allez comprendre.

    Comprendre enfin puisque bande de mauvais, de toute évidence vous avez pipé que dalle à ce très grand film politique. Et oui mon cher Sam Raimi (le réalisateur), je suis le seul qui a compris ton génie. Or comme il est toujours en salle et que je tiens absolument à ce qu’il devienne le film culte des sociaux-démocrates du monde entier, voici la grille de lecture qui vous permettra d’apprécier enfin, ce film à sa juste valeur.

    En effet Spider-man est Social-Democrate et ce film était en fait un documentaire prophétique annonçant la défaite Ségolaniste du 6 mai 2007, la mort du Bayrouisme et la victoire à terme des idées sociales-démocrates. Il pourra également être facilement transformé en un brillant clip de campagne pour mon Barack Obama adoré mais ne nous égarons point et revenons à l’explication qui s’impose en observant les personnages.

    Commençons par le plus important d’entre eux puisque bien des choses en découlent. L’homme de Sable. Celui-ci qui n’a pas un « mauvais fond » comme il est dit dans le film verse dans le crime pour une seule raison. Parce que sa petite fille est malade et qu’il a besoin d’argent pour la soigner. Du coup, une conclusion s’impose. Si les EUA disposaient d’une assurance-maladie comme la nôtre, rien de tout ça ne serait arrivé. Chose que le gentil social-démocrate de Peter Parker comprend à la fin du film.

    Peter Parker. Fasciné un temps par le culte de la popularité, les sondages, l’opinion, le matérialisme spirituel, le goût d’un pouvoir personnel sans limites, symbolisés par cette matière « brune » capable de transformer l’homme en bête, nous assistons à une phase où Pet se la pète. Il connaît alors la solitude du pouvoir. Toutefois lucide et sensible, il finira par redevenir social-démocrate et par s’allier avec un personnage qui se découvrira centriste.

    Ce personnage est le Bouffon-vert. Déchiré entre l’arrogance et la générosité, le désir de vengeance et celui de justice, l’égoïsme et la solidarité, l’héritage et le mérite, regardant à droite et à gauche, le bouffon-vert ne sait pas trop où se situer jusqu’au moment où une déflagration lui crame le côté droit du visage, ce qui le pousse à s’allier sur sa gauche avec Peter afin de sauver Mary-Jane.

    Mary-Jane, peu sûre d’elle même, versatile, en quête de reconnaissance, aux talents faiblards, jalouse de la notoriété de son compagnon et de la blonde qui lui tourne autour, attirée par un bouffon-vert centriste et enfin, se mettant dans un pétrin nécessitant l’alliance de toutes les forces de progrès pour la sortir de là, nous fait penser à une candidate de Gauche devenue célèbre par sa chute finale. La même chute que dans le film.

    En conclusion on peut dire que Spider-man est le super héros de la 3e voie, celle de la Social-démocratie. Ça tombe bien puisque le Spider-Iman que je suis, le héros qui jette ses toiles sur la Toile, l’est également. Merci encore mon cher Sam Raimi. Il paraîtrait que tu travailles à la suite du « Seigneur des anneaux ». J’attends ça aussi avec impatience. Namarië.

    Le chef du SIL, la Super I-heros League.

    RépondreSupprimer
  12. ahahha, allé juste un petit un commentaire sans haine ni mépris , mais objectif.
    Tes derniers commentaires sont vraiment contradictoires,
    Pour commencer comment peux tu faire l'amalgame entre jamel bouras et ses idées, sa personnalité, et les conduitess antisémites de Dieudonné, quand on te lis on a l'impression que tu les mets dans le meme sac , très dangereux tout ca...
    Ensuite, comment faire le tour de tous les potilitiques que tu pointes du doigt sans parler de l'implication catastrophique de Laurent FABIUS dans le scandale DU sang contaminé alors qu'il était 1er ministre...
    Tous ont leurs échecs, des idées impopulaires, a gauche ou à droite sans pour aautant etre fachistes, antisémites...par contre cerrtains semblent etre incompétents...et dangereux de ce fait(je pense ici a Mme royal, Fabius...DSK est un génie à coté d'eux)
    Ce que je remarque en conclusion, c'est la capacité d'un électeur à suivre le fonctionnement du PS...luttre par tous les moyens, oubliant le principal(la politique) contre les adversaires, apres 10ans d'échec le PS et ses militants continueront-ils à etre des éternels contestataires et non des détenteurs d'une solution politique alternative?Marre d'une gauche anti-"tout".
    L'alternative n'est certainement pas dans la déconstruction d'un système qui se défend...

    RépondreSupprimer
  13. En ce qui concerne Bouras : le mec fait ce qu'il veut. Mais quand tu te lances en politique, faut savoir assumer tes actes récents. Aller à la manif organisée par Latrèche, défendre Al-Manar, vouloir interdire le blasphème, ça craint, quoi...
    La différence avec Dieudonné, c'est que Dieudonné est vraiment politisé et donc conscient de ce qu'il fait, alors que Bouras a pu se laisser entraîner dans des trucs sans trop se rendre compte.

    Quant à Fabius. Il a été INNOCENTE !!! La justice a même reconnu son efficacité une fois que les problèmes ont été connus.
    Et je trouve honnêtement Fabius compétent...

    Il fait sans doute beaucoup de conneries. Mais c'est sans doute l'homme politique d'importance qui a les idées les plus proches sur des sujets qui me semblent essentiels (laïcité, Europe).

    Mais la compétence ne fait pas tout : Sarkozy est sans doute plus compétent que Royal, mais ce n'est pas une raison suffisante pour voter pour lui.

    RépondreSupprimer
  14. Royal était la candidate la moins pire, mais le coeur n'y était pas !
    J'en veux beaucoup à Fabius d'avoir instrumentalisé le non au TCE pour se faire une place au soleil ...Il a gagné contre le TCE et s'est fait laminer par la suite ! Une erreur d'appréciation ...c'est la droite souverainiste qui a, avant tout, fait trébucher le référendum ! Les électeurs de gauche ont surtout sanctionné Chirac, et pas voté contre une Europe, soi-disant Cheval de Troie du capitalisme sauvage, comme ont voulu nous le faire croire Bové, Besançennot et compagnie ...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modération des commentaires sur les articles de plus de deux semaines

Posts les plus consultés de ce blog

Les éditorialistes menteurs : Colombani sur Sanders

Karoutchi et les amalgames au fascisme et à Vichy

Get A Kool, un festival raté