Articles

Affichage des articles du 2013

Get A Kool, un festival raté

Depuis que je suis à Marseille, je profite régulièrement des différents festivals qui y sont organisés. Certains sont bien organisés (Marsatac), d'autres relativement amateurs (ah, RockIsland…).
Et puis, il y a Get A Kool.
Tout commence fin mars 2013. On apprend qu'un concert de FatBoy Slim sera organisé le 10 juillet, au J4, l'esplanade de notre beau MuCEM. Un DJ culte pour ma génération, en plein air, au bord de la mer ? Avec un tarif "very early" à 25€ au lieu de 39 ? Je n'ai pas hésité longtemps.
Il y a également un after au Docks des Sud, mais cela ne m'intéresse pas.
Tout va bien. Et puis, mardi, la veille du concert, je traîne sur le site du Dock des Suds, pour voir la programmation du lieu dans les prochains mois. Tiens, c'est bizarre, Fatboy Slim est inclus dans la soirée aux Docks, pourtant il joue au J4, non ?

1) Le déplacement de Fatboy Slim du J4 au Dock des Suds sans prévenir personne
Je vais sur la page facebook du festival, je vois pas…

Orelsan et la liberté de création artistique

Orelsan a été condamné pour injure et provocation à la violence à l'égard des femmes, à cause des paroles de ses chansons.

Et cela me révolte.
Parce que les chansons d'Orelsan n'incitent en rien à la violence. Il s'agit de textes de fiction.
Ce n'est pas Orelsan qui s'en prend aux femmes en chantant "mais ferme ta gueule ou tu vas t'faire marie-trintigner", mais un personnage de fiction, loser ridicule.

À entendre ceux qui avaient poursuivi Orelsan (et qui l'emmerdent depuis 4 ans), il faudrait se féliciter que soient ainsi instaurer des limites.

De plus en plus, certains confondent l'artiste et son œuvre.
On peut par exemple citer Michel Houellebecq, poursuivi (et relaxé) il y a une dizaine d'années pour avoir répondu dans une interview que l'islam était la religion la plus con. Au procès, l'accusation s'en est prise aux personnages intolérants de son livre Plateforme, comme si les propos fictionnels de ces créations artis…

Le viol et le voile

Il y a quelques semaines, un matin. Dans le bus, je m'assieds comme habituellement au fond, à l'avant-dernière rangée. Un trajet plutôt dans des beaux quartiers, tranquille, avec des passagers calmes.

Je ne suis pas du genre à écouter les conversations des autres, je ne suis pas curieux pour ces choses-là. Je remarque vaguement que l'homme derrière moi est au téléphone
Mais j'entends alors :
-T'es obligé de les violer.
Ai-je bien compris ? Mélange d'incrédulité et de peur. Me serais-je assis juste devant un criminel ?

-Les femmes, quand elles sont belles, tout ça, t'es obligé… On est des hommes… T'es obligé de les violer.
Ah, j'avais bien entendu. Merde.
-Les chrétiens, les juifs, ils font rien… Nous, on les protège. Comme ça, on n'a pas la tentation.

Le mec est clairement en train de faire de la propagande religieuse musulmane, assez flippante, à son interlocuteur. Il lui fait une liste d'interdits. De ce que je me souviens :
-Les tatouages…