Articles

Les éditorialistes menteurs : Colombani sur Sanders

Image
Quand je prends le métro pour aller travailler, je lis régulièrement Direct Matin. Même si ce journal gratuit ne brille pas par sa qualité, c'est toujours mieux que rien.

Le site libéral Slate.fr fournit une page par jour à Direct Matin : « L’œil de Slate », composé de 3 articles, du mardi au vendredi, et la chronique de son directeur Jean-Marie Colombani le lundi.

L'ancien patron du Monde s'intéresse beaucoup à la politique américaine. Il ne cache pas sa préférence pour Hillary Clinton, seul rempart selon lui face à Donald Trump.

Chronique du 25 janvier :
(…)
Au seuil des primaires démocrates, Hillary ne semble plus invincible. Elle ne cesse de perdre du terrain face à un challenger surprenant, le sénateur Bernie Sanders, qui se réclame ouvertement du socialisme. Référence qui, aux Etats-Unis, vous garantit de rester minoritaire.
Là réside sans doute le scénario catastrophe. Si Hillary Clinton, toujours poursuivie par une ténébreuse histoire d’e-mails privés contenant de…

Bobigny : la droite gagne grâce au communautarisme musulman

Image
Bobigny est une ville rouge. Le chef-lieu du département de Seine-Saint-Denis a toujours élu un maire communiste …depuis que le parti communiste français existe.

Un vrai bastion communiste …qui est tombé ce soir.

Au premier tour, le candidat UDI Stéphane de Paoli avait atteint 43,95%, contre 40,39% pour la maire sortante communiste Catherine Peyge. Le report des voix du divers droite Pierre Ramos (pas maintenu au second tour malgré ses 10,96% qui le lui permettaient) s'est bien effectué.


La méthode de la droite balbynienne ? S'allier avec l'islam politique.


Derrière Paoli, on retrouve sur la liste :
#2 : Kahina Airouche, ancienne championne de kickboxing, et portant le voile (une autre femme voilée est présente sur la liste, à la 36ème position)#3 : Youssef Zaoui, ancien président de l'Association des musulmans de Bobigny (AMB), candidat à la municipale 2008 (la liste qu'il menait avait obtenu 3,98%)#9 : Hocine Hebbali, qui représente l'Union des Démocrates Musu…

Les subventions et l'incompétence communautariste

J'ai commencé à écrire un article sur le sujet, il y a quelques mois, en revenant avec recul sur le fiasco de l'Europride marseillaise. Article pas fini, peut-être pas envie d'accabler encore plus l'organisation que je ne l'avais déjà fait. Mais comme l'affaire rebondit encore…

Après tout, ce qui m'intéresse tant dans cette histoire, ce n'est pas l'échec, mais ce qu'il a révélé. La façon dont les associations communautaires ne réfléchissent qu'en subventions (ou presque).

L'organisation de l'Europride marseillaise a clairement été beaucoup trop ambitieuse. Par naïveté, sans doute : ils croyaient que le simple label Europride allait ramener des milliers de touristes gays de tout le continent.
Et ils ont réussi à convaincre des partenaires que cela génèrerait aussi un succès commercial. Sur le papier le programme était alléchant : belle cérémonie d'ouverture devant le MuCEM, festival Get A Kool, village gay-friendly sur les plages …

Get A Kool, un festival raté

Depuis que je suis à Marseille, je profite régulièrement des différents festivals qui y sont organisés. Certains sont bien organisés (Marsatac), d'autres relativement amateurs (ah, RockIsland…).
Et puis, il y a Get A Kool.
Tout commence fin mars 2013. On apprend qu'un concert de FatBoy Slim sera organisé le 10 juillet, au J4, l'esplanade de notre beau MuCEM. Un DJ culte pour ma génération, en plein air, au bord de la mer ? Avec un tarif "very early" à 25€ au lieu de 39 ? Je n'ai pas hésité longtemps.
Il y a également un after au Docks des Sud, mais cela ne m'intéresse pas.
Tout va bien. Et puis, mardi, la veille du concert, je traîne sur le site du Dock des Suds, pour voir la programmation du lieu dans les prochains mois. Tiens, c'est bizarre, Fatboy Slim est inclus dans la soirée aux Docks, pourtant il joue au J4, non ?

1) Le déplacement de Fatboy Slim du J4 au Dock des Suds sans prévenir personne
Je vais sur la page facebook du festival, je vois pas…

Orelsan et la liberté de création artistique

Orelsan a été condamné pour injure et provocation à la violence à l'égard des femmes, à cause des paroles de ses chansons.

Et cela me révolte.
Parce que les chansons d'Orelsan n'incitent en rien à la violence. Il s'agit de textes de fiction.
Ce n'est pas Orelsan qui s'en prend aux femmes en chantant "mais ferme ta gueule ou tu vas t'faire marie-trintigner", mais un personnage de fiction, loser ridicule.

À entendre ceux qui avaient poursuivi Orelsan (et qui l'emmerdent depuis 4 ans), il faudrait se féliciter que soient ainsi instaurer des limites.

De plus en plus, certains confondent l'artiste et son œuvre.
On peut par exemple citer Michel Houellebecq, poursuivi (et relaxé) il y a une dizaine d'années pour avoir répondu dans une interview que l'islam était la religion la plus con. Au procès, l'accusation s'en est prise aux personnages intolérants de son livre Plateforme, comme si les propos fictionnels de ces créations artis…

Le viol et le voile

Il y a quelques semaines, un matin. Dans le bus, je m'assieds comme habituellement au fond, à l'avant-dernière rangée. Un trajet plutôt dans des beaux quartiers, tranquille, avec des passagers calmes.

Je ne suis pas du genre à écouter les conversations des autres, je ne suis pas curieux pour ces choses-là. Je remarque vaguement que l'homme derrière moi est au téléphone
Mais j'entends alors :
-T'es obligé de les violer.
Ai-je bien compris ? Mélange d'incrédulité et de peur. Me serais-je assis juste devant un criminel ?

-Les femmes, quand elles sont belles, tout ça, t'es obligé… On est des hommes… T'es obligé de les violer.
Ah, j'avais bien entendu. Merde.
-Les chrétiens, les juifs, ils font rien… Nous, on les protège. Comme ça, on n'a pas la tentation.

Le mec est clairement en train de faire de la propagande religieuse musulmane, assez flippante, à son interlocuteur. Il lui fait une liste d'interdits. De ce que je me souviens :
-Les tatouages…

La démocratie vue par les islamogauchistes : l'exemple Fourest à la fête de l'Huma

Caroline Fourest, égérie du combat laïque, était invitée, comme régulièrement, à une table ronde de la Fête de l'Humanité. Cette année, elle devait y parler des réponses à donner face au Front National, sujet auquel elle a consacré de nombreux livres.
Cela n'a pas plu aux islamogauchistes, j'en ai parlé rapidement hier.

Étape 1 : exiger, via une pétition, que les organisateurs la déprogramment. Et expliquer qu'il faudrait la remplacer par Saïd Bouamama, Pierre Tévanian ou Rokhaya Diallo (pour qui, en caricaturant à peine, il n'y a de racisme que s'il vise un noir ou un arabe), les seuls valables pour dénoncer le racisme.
Virez notre opposante, et mettez à sa place quelqu'un qui pense exactement comme nous.

D'ailleurs, juste comme ça les gars, reprocher à Caroline Fourest d'être une intellectuelle médiatique, quand on est mené par R. Diallo qui sévit sur Canal+, RTL, Le Mouv', LCP-AN, etc., c'est assez cocasse.


Étape 2 : les organisateurs aya…