Articles

Affichage des articles du mai, 2013

Orelsan et la liberté de création artistique

Orelsan a été condamné pour injure et provocation à la violence à l'égard des femmes, à cause des paroles de ses chansons.

Et cela me révolte.
Parce que les chansons d'Orelsan n'incitent en rien à la violence. Il s'agit de textes de fiction.
Ce n'est pas Orelsan qui s'en prend aux femmes en chantant "mais ferme ta gueule ou tu vas t'faire marie-trintigner", mais un personnage de fiction, loser ridicule.

À entendre ceux qui avaient poursuivi Orelsan (et qui l'emmerdent depuis 4 ans), il faudrait se féliciter que soient ainsi instaurer des limites.

De plus en plus, certains confondent l'artiste et son œuvre.
On peut par exemple citer Michel Houellebecq, poursuivi (et relaxé) il y a une dizaine d'années pour avoir répondu dans une interview que l'islam était la religion la plus con. Au procès, l'accusation s'en est prise aux personnages intolérants de son livre Plateforme, comme si les propos fictionnels de ces créations artis…