Rencontre avec Alain Carignon

Lundi soir, j'ai fait partie des blogueurs grenoblois (avec Chrys, Dominique et Olivier) qui ont eu la chance de rencontrer Alain Carignon, président de l'UMP Isère, ancien ministre, ancien maire de Grenoble.

On sait que je ne suis pas de ce bord politique, et même que j'ai été critique sur Carignon dans la confrontation Carignon/Cazenave. Mais quand Chrys, après avoir été contacté par l'équipe de campagne du candidat, m'a proposé de faire partie des blogueurs le rencontrant ce soir, je n'ai pas hésité une seconde. Oui, bien sûr. Je sais bien que dès, qu'un blogueur rencontre un politique, il y aura toujours quelqu'un pour le lui reprocher. Mais je pense avoir assez démontré, sur ce blog, que j'avais un esprit libre, pour me moquer de telles remarques. Au contraire, on manque d'ouverture si on ne rencontre pas les gens d'un autre bord politique.

C'est une chance de rencontrer un homme ayant eu de telles responsabilités (on n'arrive pas aux postes qu'ils a pu exercé si on n'a pas un grand talent), et c'est un plaisir de parler internet et blog avec quelqu'un qui s'y connaît réellement, et qui ne crée pas simplement un blog de campagne parce qu'on lui a dit dans son entourage politique que c'était bien de le faire.
Tout d'abord, on nous a présenté le nouveau site d'Alain Carignon, une nouvelle version en vue des élections législatives de juin prochain. C'est joli, ça utilise bien les flux RSS (= mise à jour du site automatique quand un nouveau message est posté sur le blog), l'info est bien hierarchisée et facilement accessible. Pour moi, le design d'un site n'est pas très important, par contre il faut que ce soit surtout agréable à utiliser pour le lecteur et (si possible) facile à administrer pour le rédacteur.

Ce que j'ai trouvé intéressant, c'était que cela était enrichissant pour les deux parties : pour nous blogueurs, de pouvoir discuter avec une telle personnalité politique, et pour lui, d'avoir un avis extérieur de blogueurs expérimentés, sur son site et son blog. Je trouve que cela permet de parler assez librement.
Moi qui suis d'un naturel très timide, j'ai pu essayer de faire partager mon expérience de l'internet et de la blogosphère : lorsque nous parlions de la sur-représentation de la droite dans la blogosphère, j'ai pu exposer ma petite théorie sur le fait que ceux qui sont le plus attirés par la liberté offerte par les blogs sont les libéraux (libertaires d'extrême-gauche, socio-démocrates de gauche, et surtout sarkozystes de droite) alors que les autres n'utilisent l'internet que pour des combats ponctuels (constitution européenne, CPE) ; j'ai pu parler de la méfiance marquée que j'ai vis-à-vis de la fascination pour l'internet (pour moi, cela changera les choses, mais ça mettra réellement longtemps) et le fait que je trouve fondamental de ne pas oublier ceux qui, notamment dans les campagnes, n'ont pas accès à l'internet. Alain Carignon, lui, semblait très optimiste (trop ?) sur ce que l'internet pourrait apporter pour la vie de la cité.

En tout cas, c'est très intéressant d'échanger des points de vue avec un tel animal politique. La volonté qui se dégage d'un candidat est quelque chose de non négligeable dans une campagne électorale, et il faut reconnaître que Carignon a le charisme avec lui (mais, voulant une assemblée nationale à gauche, je préférerai toujours l'élection d'un candidat de gauche sans charisme à une candidat de droite charismatique). En y repensant, on comprend mieux pourquoi il a pu attirer tant de nouveaux militants à l'UMP Isère.

Voilà, j'ai essayé d'avoir une lecture la moins partisane possible de cette soirée (pour moi, c'était avant tout une rencontre entre un politique et des blogueurs, à propos d'internet et du "jeu" politique et pas de "vraie" politique, l'étiquette politique importe ici peu, dans le sens où nous aurions pu avoir une discussion similaire avec un politique d'un autre bord), mais dont j'assume totalement la subjectivité : j'ai essayé ici moins de raconter ce qu'il s'était passé que de coucher ce que j'avais ressenti.

Compte-rendus :
Dominique : "Invité par Alain Carignon".
Chrys : "Rencontre avec Alain Carignon, candidat UMP sur la 1ère circonscription de l'Isère et lancement de son nouveau site de campagne"
Alain Carignon : "Podcast : Rencontre avec des blogueurs de l'agglomération" (on y entend successivement Chrys, Dominique et Olivier)

Commentaires

  1. VinZ,
    tu as fait là un très beau compte-rendu de notre rencontre avec Alain Carignon.
    Tu as réussi à passer outre ta timidité pour aller à l'essentiel avec lui ce soir là et je t'en félicite.

    A très bientôt j'espère.

    Dominique
    (Icy)

    RépondreSupprimer
  2. Mouais, on accuse les journalistes de servir la soupe au politique... qu'en est-il des bloggueurs ?

    Je comprends ta position, je ne suis pas sur de la partager.
    Carignon est un escroc, il a besoin d'être crédibilisé, tu lui as donné le crédit qu'il attendait.

    Difficile situation qu'à du être la tienne, mais je crois qu'un billet plus dur aurait été mérité.

    Demain, on entendra Carignon rétorquer qu'il a toute la blogosphère avec lui, Alors que Fioraso s'est mis à dos "des" bloggeurs (un pour l'instant). C'est mesquins, mais c'est bien ce qui va rester.

    Avez vous parlé de fond ? avez vous discuter de l'affaire du sondage...

    RépondreSupprimer
  3. Munduruku>
    avant tout, je suis un esprit libre.
    Ce n'est pas parce que je ne suis pas du même bord politique que Carignon, que je vais nier ses qualités réelles.

    Et puis, non, nous n'avons pas beaucoup parlé de politique. J'avais bien compris que Carignon nous invitait pour qu'on parle de l'internet, qu'il avait envie d'un truc détendu, pas politique.

    Et bien j'ai joué le jeu.
    Quand on te propose de rencontrer un ancien ministre, ancien maire de Grenoble, tu joues le jeu, hein...
    On vient pour faire telle chose, okay, on s'y tient, on piège pas l'autre. C'est une question de confiance.

    D'ailleurs, quand on m'a proposé, comme aux autres blogueurs, de participer au podcast, j'ai dit non, parce que j'avais rien à dire d'intéressant, et que j'aurais eu l'impression de servir la soupe...

    Quand t'es un blogueur politique et que tu retrouves en face d'un politique blogueur de cette importance, et qu'il s'y connaît, c'est très agréable comme discussion. Et je ne vais pas le dire le contraire sous prétexte qu'il est UMP et qu'il a le passé qu'on connaît.
    Franchement, j'ai passé une bonne soirée, c'est ce que j'ai retranscrit.

    Rappeler l'histoire du sondage internet bidonné ? Pour quoi faire ? Qu'est-ce ça m'aurait appris de neuf ? On était là pour parler internet, j'ai essayé de comprendre la vision qu'il avait de l'internet et des blogs. Lui est très enthousiaste sur ce que peut apporter l'internet, moi je suis prudent voire méfiant ; il a essayé de me convaincre. Ce débat n'était pas politique mais il était très intéressant.

    Par contre, Carignon a offert à chacun des blogueurs présents un exemplaire dédicacé de son livre. Là c'est du politique. Je compte bien le lire, et ensuite dire ce que j'en pense, sans concessions.

    RépondreSupprimer
  4. J'avais eu l'occasion de renconter Carignon, jeune maire de Grenoble, à une inauguration. Peut être a-t-il changé, je ne l'ai jamais revu, mais j'ai trouvé, sous des abords affables, qu'il était bien calculateur. Je n'ai jamais compris comment on pouvait lui trouver du charisme, perso j'étais très mal à l'aise.

    Il sait où il veut aller et prend tous les moyens pour y aller.

    RépondreSupprimer
  5. Bon compte rendu Vinz !
    et je te rassure ta timidité ne s'est pas vu, plus on se rencontre plus tu es à l'aise... ( bientot le numéro 2 de Greblog Café !)

    Pour compléter la narration de cette soirée, je préciserai qu'Alain Carignon nous a invité au resto de la Nef...et c'est là qu'a été prise la photo d'illustration de ton billet.

    Libre à chacun de penser ce qu'il veut de notre rencontre... mais nous sommes conscients que les blogueurs peuvent être récupérés par les partis politiques, nous agissons afin que celà ne le soit pas !

    RépondreSupprimer
  6. Caro> je ne sais pas comment il était avant, je ne peux donc pas faire de comparaison. Mais peut-être ses ennuis l'ont-ils forcé à prendre du recul ?

    Je veux dire, j'avais du mal à comprendre comment il avait pu attirer tant de gens à l'UMP Isère à son retour, pour prendre le parti. En le rencontrant, j'ai un peu mieux compris ça. (je sais pas si charisme est le mot qui convient le mieux)

    Je veux dire, après, oui, on sent bien son ambition, d'être celui qui saura refaire basculer la ville, la métro ou le conseil général à droite.
    Tant mieux pour la gauche si on arrive à l'en empêcher ;)

    RépondreSupprimer
  7. Attendu que Monsieur Alain Carignon, élu du peuple depuis vingt ans, a bénéficié de la confiance d'une part de ses concitoyens et d'autre part des plus hautes autorités de l'Etat qui l'ont appelé, à deux reprises, à occuper des fonctions ministérielles ; que les éminentes tâches, qui lui ont ainsi été dévolues, auraient dû le conduire à avoir un comportement au dessus de tout soupçon ; qu'au lieu de cela il n'a pas hésité à trahir la confiance que ses électeurs lui manifestaient, en monnayant le pouvoir de maire qu'il tenait du suffrage universel, afin de bénéficier d'avantages matériels qui se sont élevés à 19 073 150 francs et de satisfaire ses ambitions personnelles ; qu'il a ainsi commis l'acte le plus grave qui puisse être reproché à un élu ; qu'un tel comportement est de nature à fragiliser les institutions démocratiques et à faire perdre aux citoyens la confiance qu'il doivent avoir en des hommes qu'ils ont choisis pour exercer le pouvoir politique;

    Attendu que, pendant l'information, Monsieur Alain Carignon a tenté, abusant des fonctions ministérielles qu'il exerçait alors, d'égarer la justice, en usant de pressions sur un témoin afin qu'il modifie sa déclaration dans un sens qui lui était favorable, qu'un tel comportement venant d'un représentant de l'Etat, est d'une particulière gravité;

    Attendu enfin que l'attitude de Monsieur Alain Carignon au cours de l'information et lors des débats devant la cour, qui a consisté à mettre en cause d'autres hommes politiques, élus ou anciens ministres, et à leur imputer des faits similaires à ceux dont il s'est rendu coupable, ne peut que contribuer à fragiliser dans l'opinion des hommes chargés de conduire la politique de la nation et à déstabiliser les institutions de l'Etat;

    Attendu qu'il est justifié, qu'en répression de tels faits, soit prononcée à son encontre une peine d'emprisonnement en partie ferme; que la totalité de la peine infligée par le tribunal sera confirmée mais que la partie ferme sera augmentée dans sa durée; que la peine complémentaire d'interdiction des droits de vote et d'éligibilité sera confirmée;

    Attendu que la gravité des faits, dont Monsieur Alain CARIGNON a été déclaré coupable, et la persistance de son comportement troublent encore l'ordre public fondé sur la confiance que chaque citoyen doit avoir envers les institutions, politiques et sociales qui, établies par la loi, régissent l'État, et les hommes qui ont reçu mandat d'en être les garants ; qu'il convient d'y mettre fin en assurant l'exécution immédiate de la décision et de décerner, Monsieur Alain CARIGNON étant absent à la lecture de la décision, un mandat d'arrêt à son encontre.

    Cour d'Appel de Lyon, arrêt du 9 juillet 1996

    RépondreSupprimer
  8. "Les hommes politiques doivent être irréprochables"
    La citation est de Nicolas Sarkozy.
    Comment est-il possible que ce repris de justice dirige une fédération de l'UMP? C'est lamentable.

    RépondreSupprimer
  9. Attendu que pour Tchenobyl il a menti aussi...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modération des commentaires sur les articles de plus de deux semaines

Posts les plus consultés de ce blog

Les éditorialistes menteurs : Colombani sur Sanders

Get A Kool, un festival raté

Karoutchi et les amalgames au fascisme et à Vichy