Au revoir Grenoble

Je suis arrivé à Grenoble en 2000, pour commencer mes études supérieures.

J'y ai vu le club de football (GF38) passer, malgré la gestion très hasardeuse que connaissent tous les clubs grenoblois (rugby, basket, hockey), de la 3ème division à la 1ère, dans leur stade tout juste prêt pour l'événement.
J'y ai vu Alain Carignon revenir dans la vie politique locale, en reprenant la tête de la fédération iséroise de l'UMP, retenter l'aventure électorale avec des méthodes très critiquables, pour les législatives (une sacrée claque électorale) puis les municipales (abandon).
J'y ai vécu des Marseillaise qui m'ont beaucoup ému.
Sur le campus, j'ai assisté au mouvement étudiant contre le CPE en 2007, j'ai vu des gendarmes en caparace l'année suivante.
À la fac, j'ai rencontré des filles super sympas. Même si nous nous sommes perdus de vue, je n'ai pas oublié leur gentillesse.
J'ai marché dans tant de rues, vu les montagnes sous tant d'angles, vécu tant de choses à Grenoble que je n'oublierai jamais.

Mais aujourd'hui, pour des raisons professionnelles mais aussi par besoin de me sortir du train-train et de vivre de nouvelles choses, me voici à Sophia-Antipolis, dans la région de Nice.


Gribouille - Grenoble

Commentaires

  1. J'espère que tu ne résilies pas ton bail sur ce blog par la même occasion.

    Bonne continuation, au plaisir de te lire encore ici.

    Bob
    Grenoblois d'adoption.

    RépondreSupprimer
  2. Je continue.
    J'ai pas vraiment le temps de bloguer ces temps-ci, mais je vais revenir plus fort ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modération des commentaires sur les articles de plus de deux semaines

Posts les plus consultés de ce blog

Les éditorialistes menteurs : Colombani sur Sanders

Karoutchi et les amalgames au fascisme et à Vichy

Get A Kool, un festival raté