samedi 31 mars 2007

La Marseillaise, la République et moi

Je réagis ici à deux articles que j'ai lu récemment a propos de la Marseillaise : l'un sur le blog d'Abadinte, l'autre dans l’éditorial d'Évariste dans le dernier numéro de Respublica.

Pour moi, il y a deux jours qui m'ont marqué à jamais, à propos de la Marseillaise :
  • le 1er mai 2002. La grande manifestation anti-Le Pen. Des dizaines et des dizaines de milliers de personne dans les rues de Grenoble. J'ai suivi le cortège de SOS Racisme/UNEF/FIDL. Je me souviens de ce militant de SOS Racisme, beau noir, qui tenait le micro jusque-là, s'excusant de ne pas connaître les paroles, et demandant si quelqu'un les connaissant pouvait venir au micro, ce que fit une jeune fille. Nous avons chanté notre hymne plusieurs fois, la dernière fois étant à l'entrée dans le Parc Paul-Mistral. Je me souviens de la fierté que j'avais que les plus anciens puissent nous voir, nous la jeunesse black-blanc-beur, brandir des drapeaux tricolores et chanter l'hymne national. Rien à voir avec du patriotisme, c'était juste parce qu'en se réappropriant la Marseillaise, on clamait que la France la vraie, c'était notre France métissée, pas la France xénophobe que voudrait Le Pen.
  • le 5 juillet 2006. En 4 ans, mes convictions se sont forgées, j'ai trouvé ma famille politique : la gauche républicaine. Désormais je suis patriote, parce que j'aime la France métissée. Les émeutes de novembre 2005 ont été un déchirement terrible pour moi, de voir ces jeunes s'attaquer à cette France qui ne les intègre pas. Je vais voir la demi-finale de la Coupe du Monde de football sur écran géant au Jardin de Ville de Grenoble. Moi qui ne cesse de défendre l'importance des symboles d'unité nationale comme la Marseillaise, je ressens une grande émotion lorsque j'entends les milliers de spectateurs, blacks, blancs, beurs, etc., accompagner la Marseillaise au début du match. Je serai encore plus ému, les larmes aux yeux, lors de la fête après match dans les rues, lorsque les meneurs entonneront la Marseillaise et que tout le monde reprendra, fier de notre équipe black-blanc-beur.
    Certains pensent que le foot est un sport de beauf. Mais il n'y a qu'un match de foot qui peut créer de tels moments d'unité nationale, de fraternité

Pour toutes ces raisons, j'applaudis franchement Ségolène Royal lorsqu'elle fait chanter la Marseillaise en louant la France métissée.


Je me souviens, il y a quelques années, je faisais partie de ceux qui n'aimaient pas Chevènement, qui s'inquiétaient qu'il parlait de "sauvageons", etc. S'il s'était présenté cette fois, j'aurais voté pour lui. Pourquoi un tel changement ?
Parce que j'ai commencé à réfléchir par moi-même et non plus à travers les Guignols de l'Info, que j'ai alors saisi l'importance de l'unité nationale, que j'ai compris qu'on pouvait etre fier de notre modèle qui intègre mieux que n'importe quel autre.
Et surtout, que laisser faire n'importe quoi au nom du respect des cultures, c'était une connerie.

L'élément déterminant, ça a été la loi sur les signes religieux. Et surtout Bas les voiles, le pamphlet anti-voile de Chahdortt Djavann. C'est en lisant le témoignage de cette femme, qui a été obligée de porter le voile pendant 10 ans en Iran, que j'ai compris que cet accoutrement religieux avait pour essence et pour but de stigmatiser, de culpabiliser les femmes. C'en était trop pour le féministe que je suis : j'ai totalement changé d'avis. Devenu anti-voile, évidemment pour la loi l'interdisant à l'école. J'en ferai un billet plus long un jour.

Il y a ensuite eu la découverte du magazine Marianne, qui m'a initié aux combats républicains, à la remise en question de mes idées. Plus particulièrement, ces gens, refusant le néolibéralisme et argumentant avec talent, m'ont permis comprendre que, contrairement à ce que racontaient les autres medias, on n'était pas obligé de se soumettre à la sociale-démocratie. Qu'on pouvait encore défendre une certaine idée de la France et du monde.

9 commentaires:

  1. "Parce que j'ai commencé à réfléchir par moi-même et non plus à travers les Guignols de l'Info".
    ouf! Encore un petit effort et vous finirez loin d'où vous êtes aujourd'hui. Par exemple, lisez " le communisme du XXIe siècle" de Renaud Camus (éditions Xénia, 2007) que l'on trouve facilement en librairie.
    D.

    RépondreSupprimer
  2. ça fait plaisir de lire tout ceci et inutile de dire que j'en partage presque tous les mots. Il faut à tout prix se réapproprier ce qui nous revient de droit.

    Salutations :)

    RépondreSupprimer
  3. on a les mêmes lectures, et il m'inspire qq fois pour mes posts. Mais Khan ça fait depuis les années 70 que je le suis (p't t'étais pas né) époque de révolution culturelle, il avait un journal littéraire passionnant, finalement il n'a pas changé et moi non plus.

    RépondreSupprimer
  4. Ca, non, j'étais pas né... Je suis venu au monde l'année ou il a créé l'Événement du jeudi ;D

    RépondreSupprimer
  5. Je pense que les jeunes auquel les policiers s'en prennent parfois pour certains d'entre contre leur gré, c'est à dire pas ceux qui tabassent sur un parking, ne sont pas en difficulté d'intégration mais plutôt en voie de désintégration. Volonté de certaine parsonne de vouloir désintégrer ces gens qui après avoir fait venir leur parents ou grands parents maintenant, d'où la non necessité de s'intégrer puisqu'ils y sont nés en France, on voudrait s'en débarasser comme s'il n'avaient jamais été. Hors même si ces jeunes sont des voyous, cause de l'endettement de la France qui ne peut plus assumer des dégâts sociaux, pour quelques uns, se sont des voyous d'ici et pas d'ailleurs. Suite à cette volonté de désintégrer des jeunes et leurs parents, on voudrait soit avec le Fn ne plus les faire venir, ou avec l'Ump choisir leur cerveau pour appauvrir davantage leurs pays. Dans l'optique d'un ministère de l'immigration choisie et de l'identité nationnale Sarko en viendrait il a proposer à ceux qu ne se lève pas tôt pour bossser, blancs noirs jaunes..., à éventuellement s'expatrier en Afrique et ne laisser que les meilleurs éléments à la France ? Je pense que non, se serait un extrême libéral et capitaliste. Vinz je ne sais pas comment Segolène pourra arriver à gerer ce que les autres n'ont pas réussi. Je vote Bayrou.

    RépondreSupprimer
  6. Beaucoup de jeunes (et moins jeunes) ne sont pas intégrés, malgré leur carte d'identité française, par ce que la société les rejette... discrimination à l'embauche par exemple.

    Comment peuvent vivre des gens qui n'ont pas de boulot ou un boulot super mal payé ?

    -> aides sociales, que certains voudraient d'ailleurs supprimer, petits trafics en tout genre pour la subsistance.

    L'intégration est une volonté politique pour l'égalité de tous les citoyens

    La première des choses à faire serait donc que tous ceux qui veulent bosser puissent bosser et à un salaire décent, permettant de vivre. Surtout pas rallonger le temps de travail, ce qui laisserait toujours autant de monde à la rue, mais mieux le répartir. Pourquoi certains pourraient faire du fric en dormant (les actionnaires) et les autres crèveraient de faim ?

    Quel est le programme économique de Bayrou ?

    Il y a de l'argent. Les entreprises du CAC40 n'ont jamais fait autant de bénéfs, mais ils sont réservés à une élite. La clef de la réussite du prochain gouvernement portera sur l'économie, contre le MEDEF, contre les lois de la concurrence de Bruxelles, les privatisations des services publics etc tout ce qui conforte l'inégalité.

    Ma raison me dit de voter "utile", donc Ségo, bien que mon coeur soit bien plus à gauche.

    RépondreSupprimer
  7. Le programme economique de Bayrou, c'est du Sarkozy light (baisse de l'ISF, des droits de successions, contre la hausse du SMIC, contre l'abrogation du CNE)

    RépondreSupprimer
  8. Bon alors ça par contre je suis pas d'accord, et je pense que le patriotisme n'a été source que de conflits et de malheurs depuis le commencement de l'humanité, si si. Moi je suis française, je n'en suis pas fière, et j'aurais été allemande, je n'aimerais pas plus mon pays. Quelle drôle d'idée de vouloir faire aimer quelque chose qu'on a pas choisi, dont on regrette les inclinations, qui nous exaspère...
    Ce pays, je l'aime bien parce que c'est le mien, pas parce que c'est la Franceet, j'ai aucune "idée" de la France et du monde.
    C'était un commentaire très utile que je tenais à exprimer x)

    RépondreSupprimer
  9. ciao, je suis une fille italienne!!
    j'ai trouve cet blog...et j'ai decider d'ecrire...se tu veut tu peut passer dans mon bolg...!!!
    ciao kia

    RépondreSupprimer

Modération des commentaires sur les articles de plus de deux semaines