mardi 29 mai 2007

Djamel Bouras, le nouveau réac anti-laïque de l'UDF

Il y a toujours eu des réacs à l'UDF, copinant idéologiquement avec l'extrémisme.

Lorsque Christine Boutin a mené son combat anti-PaCS avec des arguments homophobes, c'était sous les couleurs de l'UDF ; comme elle a depuis tenté de faire oublier cela, je vous invite à lire le portrait fait par Prochoix en 1999.

Comme beaucoup de parlementaires UDF, elle a rejoint l'UMP en 2002. L'UDF s'est alors recentré. Mais il restait toujours de vrais réacs en son sein. Charles-Amédée de Courson, qui a même été chargé de la partie économique du programme de Bayrou en 2007 (sans surprise, du Sarkozy light) est anti-PaCS, anti-IVG, pro-peine de mort.

Mais il fait partie des 24 députés UDF qui ont rejoint la majorité présidentielle de Sarkozy, refusant ainsi de suivre l'aventure du Mouvement Démocrate.

Les positions de Boutin, Courson viennent d'une vision des plus réactionnaires du catholicisme… Ils sont donc évidemment contre la laïcité ; Boutin a voté contre la loi sur les signes religieux à l'école, Courson (comme Bayrou d'ailleurs) s'abstenant.
Mais, avec le temps, les choses semblaient changer à l'UDF, ce parti de démocrates-chrétiens. En tant que militant laïque, je ne pouvais que me féliciter de voir Bayrou, l'ancien ministre de l'éducation qui défendait l'école privée, sembler prendre conscience de l'importance de la laïcité. Et le fait que Corinne Lepage, laïque exemplaire, rejoigne le Mouvement Démocrate, me faisait espérer que le mouvement centriste allait enfin opérer un virage clair.

Et là, patatras. Djamel Bouras est désigné candidat. Grand judoka français, champion olympique en 1996, son étoile sera vite ternie par une suspension pour dopage à la nandrolone. Depuis, on l'avait un peu oublié. On le revoyait de temps en temps à la télé chez Ardisson, quand l'homme en noir avait besoin d'un musulman (pour l'audience, mieux vaut inviter un musulman caricatural -absolument pas représentatif des musulmans- et people, qu'un penseur musulman intelligent).
Alexandre Suzler, journaliste à 20Minutes, rappelle sur son blog, puis dans un article pour son journal, comment s'est illustré l'ex-judoka ces dernières années :
  • anti-laïcité : participation à la manifestation organisée début 2004 par le Parti des Musulmans de France (mouvement d'extrême-droite islamiste présidé par Mohamed Latreche) contre la loi sur les signes religieux à l'école
  • dérapages à la Dieudonné (vous savez, le mec qui va au QG de Le Pen pour le soir du premier tour) sur les juifs :
    • en 2000, chez Ardisson, il se demandait quelle était vraiment la nationalité de Michel Boujenah et d'Enrico Macias : cela me fait penser à Le Pen, qui en 1989, lors d'un débat avec Lionel Stoléru (chargé du Plan dans le gouvernement Rocard), demanda à son interlocuteur juif s'il avait la double nationalité franco-israélienne
    • fin 2004, participation à la manifestation de soutien à Al-Manar (chaîne interdite en France en raison des programmes antisémites qui y sont diffusés) où il rebondira sur les accusations de communautarisme pour pointer du doigt une autre communauté ("J'peux vous en montrer tous les jours des communautaires : des gens qui se marient qu'entre eux, des gens qui mangent que dans leurs restos, etc…je vous en montre tous les jours. Des gens qui mettent leur argent que dans leurs banques, etc…")
Si l'UDF avait fini par se débarrasser des anti-laïques qui n'aiment pas les homos, le Mouvement Démocrate se crée en donnant son investiture à un anti-laïque qui n'aime pas les juifs. Ce parti semble irrécupérable...
D'ailleurs, le MoDem donne ici un bon exemple de communautarisme : pourquoi parachuter Djamel Bouras dans la Seine-Saint-Denis et pas le présenter là d'où il vient, à Givors ?

Et, bien évidemment, les dieudonnistes, encore un peu groggys de leur sévère claque prise aux élections (ils espéraient faire péter le système avec Le Pen, celui-ci a fait son plus mauvais score depuis 1974), prennent fait et cause pour le pauvre judoka. Les critiques sur le comportement anti-laïque, sur les dérapages anti-juifs ? Il ne répondent pas là-dessus (sans doute sont-ils d'accord avec lui) : pour eux, il est montré du doigt juste parce qu'il est arabe, musulman, et pro-palestinien (leur blabla habituel, islamophobie, pouvoir sioniste, etc.).

édit : voici un commentaire validé par les Ogres, sous l'article dont je parlais (orthographe déplorable conservée) :
salam ! jamel,tu conné la fourberie de sion et leurs serviteurs soumis corps et ames ,les ignobles laches, ils sont pres a tout pour que les musulmans non colabeurs ne s elevent dans ce pays ! gangréné par les isaelitistes , la politique est un nid de juifistes fanatiques ,ce combat est le plus beaux, ton tatami c est le 93 ,fait leur d entree ! un ippon !sinon ils vont comme d hab te voler les points !
Beurk...

lundi 14 mai 2007

Me voici redevenu opposant à Ségolène Royal

Jusqu'à la désignation du candidat PS aux présidentielles en novembre dernier, j'ai pas mal tapé sur Ségolène Royal, puisque je souhaitais la victoire de Laurent Fabius.

Royal a été désignée. J'aurais pu voter pour Jean-Pierre Chevènement, mais celui-ci s'est retiré, sans surprise, en décembre. J'ai un temps pensé choisir Corinne Lepage, pour son attachement à la laïcité, mais, face au danger Sarkozy, je me suis résolu au vote utile (tout en pensant que Lepage finirait par se retirer). Étant de gauche, la candidate la moins éloignée de mes idées restait Royal. Son meeting à Grenoble, avec cette jeunesse métissée et unie, a achevé de me convaincre.
J'ai commencé à me dire "je ne suis pas convaincue par Royal, mais si cela plait aux Français, tant mieux, l'important est que les valeurs de gauche passent". Je le disais en mars : "Elle n'est pas géniale, mais elle est la seule chance de victoire de la gauche."

Ségolène nous en a fait avaler, des couleuvres, durant cette campagne. Mais bon, il fallait tout faire pour éviter Sarkozy, donc on faisait avec.
Elle était nettement en deçà de son adversaire sur certains points. Mais je ne relevais pas, préférant insister sur les points positifs.


Mais voilà, elle a perdu. Et donc je retrouve ma liberté de parole.
Je relis ce que j'ai pu dire il y a un an : j'y critiquais Royal la blairiste, je disais qu'elle n'avait pas la stature pour être présidente, prédisait son effondrement rapide à cause de son absence de programme. Bon, elle a surpris beaucoup de monde, moi y compris, en étant bien moins nulle qu'on le croyait.
Comme elle allait passer les primaires PS, je me souviens avoir retardé ma prédiction de l'échéance de la chute de Ségolène Royal dans les sondages en février. Malheureusement, j'ai eu raison.

Malheureusement, quand je pensais que c'était une connerie de choisir une candidate selon les sondages (Royal) plutôt qu'un candidat compétent, j'avais raison. Vous vous rappelez ? Il y a des tas de militants socialistes à qui on a répété pendant des mois "Royal est la seule qui peut battre Sarkozy, choisissez-là", et qui ont voté pour elle uniquement pour cette raison, ce mensonge !
Elle a été choisie (uniquement) pour battre Sarkozy, elle a largement échoué.

Si la gauche a perdu, c'est à cause de Royal. Les Français aiment ce qui change, le candidat surprise, trouble-fête. La stratégie de Royal était parfaite pour prendre le PS face aux éléphants Fabius et DSK. Par contre, une fois désignée, elle est devenue la candidate de l'institution socialiste, et c'est Bayrou qui a joué le rôle du candidat trouble-fête.

J'ai été choqué de voir Royal sourire lors de son discours au soir du 6 mai. Et je le suis aussi de la voir déjà réclamer la désignation du candidat socialiste pour 2012 ! Pour moi, ce sourire signifiait "j'ai perdu la présidentielle, mais au moins j'ai pris le parti", et cela semblait pleinement lui convenir !

La trève de la campagne est enfin passée. Me voici redevenu opposant à Ségolène Royal.

jeudi 10 mai 2007

Au secours, Carignon revient !

Je découvre ce matin que Alain Carignon a profité de la dynamique de la victoire de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielles pour se déclarer candidat à la mairie de Grenoble.

On peut remarquer que les contestations sont de plus en plus fortes contre lui au sein de l'UMP 38 : Gerbi et son "groupe des 35", les candidatures dissidentes de Richard Cazenave (contre Carignon, dans la 1ère circonscription) et de Mathieu Chamussy (contre la candidate investie par l'UMP, Nathalie Béranger, dans la 3ème circonscription).

C'est donc sans doute pour de ramener l'attention sur lui, dans le cadre de sa campagne pour l'élection législative dans la 1ère circonscription de l'Isère, qu'il a fait cette annonce.

La meilleure solution pour éviter le retour d'Alain Carignon est de l'empêcher de gravir la premiere marche, les législatives : s'il n'est pas capable de reprendre "sa" circonscription, réputée de droite, il n'aurait plus aucune légitimité pour prétendre reprendre Grenoble, ville de gauche, qui a voté dimanche pour Ségolène Royal à plus de 58%, et dont de nombreux électeurs ne lui ont pas pardonné d'avoir ainsi sali leur ville.

Les liens à consulter absolument (si vous ignorez les agissements -ou si vous ne vous en souvenez pas- qui ont conduit Carignon à une condamnation pour corruption passive, recel d'abus de biens sociaux, et subornation de témoins) :

mercredi 9 mai 2007

Signer un contrat sans lire les petites lignes

Cela a été dur au début. Mais je commence à mieux comprendre le scrutin. Me dire que les 19 millions de Français qui ont accordé leur vote à Nicolas Sarkozy ne sont évidemment pas tous d'accord avec lui.

La plupart se sont laissés séduire par le beau parleur, par son discours parfaitement ciblé. Et n'ont pas vraiment fait attention au contenu précis de son programmes.

On dit souvent qu'il faut se méfier des vendeurs qui vous proposent des bonnes affaires et qui s'empressent à vous faire signer. Qu'il faut toujours lire les petites lignes du contrat, pour voir s'il n'y a pas d'arnaque dans les clauses.

Et c'est là la principale erreur du PS : ne pas avoir dénoncé ces petites lignes. Par exemple ? La franchise des dépenses de santé. Au-dessous d'un certain seuil annuel (50 euros ? plus, moins ?), les dépenses de santé ne seront pas remboursées. Il parait que cela permettra de réduire le trou de la sécu. L'idée est de responsabiliser les patients, pour qu'il ne se déplacent plus pour rien. 50 euros, pour les familles les plus pauvres, ce n'est pas rien. Croyez-vous qu'une mesure qui incitera à retarder le plus possible sa visite chez le médecin (et spécialement pour les plus pauvres) soit intelligent d'un point de vue sanitaire ?
A-t-on entendu le PS fustiger ce projet, qui pénalisera les plus pauvres ?
Quelle occasion manquée !

La pétition contre cette franchise est signable sur http://www.appelcontrelafranchise.org/

dimanche 6 mai 2007

Être né sous l'signe de l'hexagone…

Être né sous l'signe de l'hexagone,
c'est pas c'qu'on fait d'mieux en c'moment,
et le roi des cons, sur son trône,
j'parierai pas qu'il est all'mand

(Renaud, Hexagone, écoutable ici)

Dire qu'il nous ont ressorti Mireille Mathieu

Je suis désolé

Ma participation au groupe DESOLE sur Dailymotion (initié par Nicolas Voisin ) :


Verbatim :
Coucou c'est VinZ en direct de Tokyo.
Ici il est un peu plus de 4 heures du matin, ce qui fait un peu plus de 21 heures en France...
Je suis sorti prendre l'air en pleine nuit, parce que j'en avais besoin : Sarkozy a été élu président de la République, et j'en suis désolé.

Je suis désolé de voir que la laïcité défendue par la gauche a perdu face au communautarisme défendu par Sarkozy.
Je suis désolé de voir que le patriotisme de Royal a perdu face au nationalisme de Sarkozy.
Je suis désolé de voir que le progrès social, le progrès sociétal, incarné par la gauche, a perdu face à la réaction, incarnée par Sarkozy, notamment en ce qui concerne le droit des homosexuels.
Je suis désolé de voir que le partage, la redistribution des richesses, incarné par la gauche, a perdu face à la démagogie anti-impôts, face à l'individualisme incarné par Sarkozy.

Voilà, je suis désolé, parce que les valeurs de la République ont perdu ce soir, parce que les valeurs du progrès ont perdu face aux valeurs de la réaction.

J'en suis vraiment désolé. Je ne sais pas trop quoi raconter, à part vous dire qu'il faut continuer le combat, que dans quelques semaines, c'est les législatives, et qu'il faut éviter que les valeurs de la réaction aient une totale assemblée pour s'exprimer.
Et je pense notamment et surtout à ma ville, Grenoble, chez moi, où Carignon veut revenir. Il faut empêcher à tout prix cet homme qui a jeté le discrédit par ses agissements... qui a jeté le discrédit, la honte sur notre ville pendant des années... il faut l'empêcher de revenir à tout prix.

Voilà. Continuons le combat.

Blog en berne

Blog en berne

vendredi 4 mai 2007

Votez Ségolène Royal !

Image and video hosting by TinyPic
Je n'entrerais pas ici dans des débats sur les programmes précis, sur les polémiques.
Pourquoi voter Royal, simplement.

Parce que Royal c'est la protection sociale pour tous, alors que Sarkozy c'est une médecine réservée aux riches.
Parce que Royal c'est le dialogue avec les représentants des travailleurs, alors que Sarkozy c'est le refus du dialogue.

Parce que Royal, c'est l'éducation et l'environnement avant tout, cela devrait être la base de tout programme, alors que Sarkozy ne jure que par l'économie.

Parce que, grâce à cela, c'est un programme d'avenir pour le long terme, là où Sarkozy ne voit que le court terme. La grandeur d'un pays ne passe pas que par des chiffres.

Parce que le programme de Royal c'est le partage, alors que le programme de Sarkozy c'est l'individualisme.

Parce que le flou du programme Royal le rend romantique, là où le programme Sarkozy est si calculé qu'il est totalement froid.


Soyez romantiques.

Sarkozy, un danger pour la liberté de la presse

J'avais posté ce qui suit sur un forum, alors qu'on me demandait de prouver ce que j'affirmais (que Sarkozy cherche à museler la presse)
Je trouve intéressant de rappeler cela alors que des millions de Français s'apprêtent a voter pour à lui…
Un court résumé de tous les cas que je connais d'actions de Sarkozy contre des journalistes trop contestataires.


1994. Eve Metais, journaliste a France2. Placardisée sur pression de Sarkozy pour avoir démontré dans un reportage (un soir ou le journal recevait le ministre du Budget Sarkozy) que les mesures qu'il mettait en place alourdissaient en réalité la fiscalité

1994. Ghislaine Ottenheimer. Journaliste au Nouvel Économiste. Victime d'un contrôle fiscal (Sarkozy était ministre du budget) pour avoir écrit des articles, puis un livre trop critique sur "les deux Nicolas" (Bazire et lui)

2004. L'hebdomadaire Marianne, rare journal anti-sarkozyste. Jean-Francois Kahn et Maurice Szafran, les patrons de Marianne, ont emprunté beaucoup d'argent pour augmenter leur part dans le journal. Sarkozy se renseigne sur les créanciers, puis fait pression sur l'un d'eux, "au nom de (leur) amitié" pour que celui-ci exige d'être remboursé tout de suite, afin d'étrangler financièrement le journal trop critique. Fort heureusement, le créancier refuse.
Quelques mois plus tard, Sarkozy fait organiser un petit-déjeuner par un de ses amis avec des dirigeants de Marianne, histoire d'arriver a l'improviste. Et il arrive... et dit d'un ton violent, en les montrant du doigt "Vous voulez savoir ce que c’est qu’un journal d’enculés ? Voilà un journal d’enculés ! Vous voulez savoir ce que c’est qu’un journal fasciste ? Voilà un journal fasciste !"

2005. Joseph Macé-Scarron, patron du Fig-Mag, débarqué par Dassault (ami de Sarkozy) pour avoir "refusé de tailler des pipes" a Sarkozy (selon ses propres mots).

2005. Valerie Domain, journaliste a Gala, publie "Cécilia : entre le cœur et la raison" aux éditions First. Quelques jours avant la mise en place du bouquin en librairie, Sarkozy convoque le patron de First : celui-ci mettra les 25 000 exemplaires déjà imprimés au pilon.

2006. Alain Genestar, patron de Paris-Match, viré par Lagardère sur pression de Sarkozy pour avoir publié la photo de Cécilia et de son amant quelques mois plus tot.

2006. Un sondage que La Tribune a commandé à CSA, montre que les Francais font davantage confiance à Royal qu'à Sarko pour les questions économiques et sociales, la rédaction décide de titrer là-dessus. Le directeur de la rédaction, sur pression des amis de Sarkozy qui contrôlent le journal, fait annuler la une et la publication du sondage.

2006. Raphelle Picard, journaliste a l'AFP. Poussée à la mutation après avoir écrit une dépêche relatant des perquisitions effectuées par erreur par la police.

J'ai écrit cela la semaine dernière, en m'inspirant de la série d'articles "Sarkozy et la presse" du blog de prochoix (qui fait du très bon boulot pour démonter Sarkozy dans cette campagne)
Mais on peut désormais rajouter les pressions effectuées sur Plantu, le dessinateur du Monde. Oui, Sarkozy, celui qui affirmait soutenir Charlie Hebdo lors de son procès au nom de la liberté de caricature.

mercredi 2 mai 2007

Débat live - Conclusions

Réforme des institutions. Rien de très compréhensible. Dommage.

Conclusion. Enfin ! Le débat était bien trop long.

Sarkozy se débrouille pas mal. Il conclut avec son habituelle division, montrant du doigt une partie des Français (travailleurs vs. profiteurs), qui me révolte toujours autant. Royal se vend vraiment bien. Mais je ne sais pas si cela sera suffisant pour passer devant Sarkozy.

Pour moi, Royal a (trop ?) légèrement gagné le débat. Dire qu'on nous la présentait comme Bécassine ! C'est une femme d'état. Vraiment. Sarkozy fuyait le regard de Royal, préférant se tourner vers PPDA pour répondre.
Mais est-ce qu'il s'est passé assez de choses pour renverser la balance ? Je ne suis pas super optimiste là-dessus.

PS : d'autres blogueurs live, de tous bords politiques sur http://2007.fr.msn.com/article_spe.aspx?key=Les_blogueurs_reagissent_au_debat_Royal_Sarkozy

Débat live - Europe, Étranger, Immigration

Sur la Turquie. Je suis opposé à l'entrée de la Turquie dans l'Union Européenne. Et les arguments de Sarkozy sur la géographie sont bons. Passons. Mais le fait que Royal parle de la grande manif laïque (un million de personnes) qui a eu lieu en Turquie, cela fait plaisir au laïque que je suis, qui ne veux pas voir les religieux y prendre le pouvoir.
Sur la Chine, elle se défend bien. Darfour : indignation convenue, rien de révolutionnaire.

Concernant l'immigration. Sarkozy caricature la position de Royal : selon lui, elle voudrait régulariser tous les sans-papiers, parents et grands-parents de tout enfant scolarisé. Mais il le sait que c'est faux. Cela lui sert vraiment de faire autant de mauvaise foi ?
Ils régulariseront tous les deux au cas par cas. La gauche sera sans doute moins sévère.

Bref, pas de grandes différences. Pour moi, match nul sur ces points.

Débat live - Environnement et Éducation

L'argumentaire de Sarkozy est bien rôdé. Mais l'environnement, c'est un domaine de Royal. Là, c'est elle qui domine. Nettement.

Éducation. Autre sujet majeur du projet de Royal. Elle maîtrise. Ségolène, sa vision est intelligente, ce n'est pas une caricature de la vision "soixante-huitarde" de la gauche sur l'école. Donc Sarkozy a du mal à se différencier, à caricaturer son adversaire. Il veut restaurer l'autorité. Elle, elle veut donner de l'argent, des profs.
Bon, quand elle parle si longtemps à la suite, on a du mal à suivre de bout en bout.

Pour moi, avantages Royal : net sur le premiers de ces points, plus léger sur le second point.

Ouhla. Sarko, tu n'aurais pas du lui parler des handicapés. On sent que cela lui tient à cœur. Je ne sais pas si l'énervement de Royal aura un impact positif ou négatif : les Français se fient beaucoup aux commentateurs des radios et télé. Si les commentateurs la cassent là-dessus, on est mal. Mais j'espère qu'ils seront honnêtes. En tout cas, pour moi, Royal a largement raison. Et je trouve que mépriser la colère d'une femme sur les handicapés, c'est franchement nul.

En tout cas, Sarkozy qui dit qu'un président de la République ne doit pas s'énerver. L’hôpital se fout de la charité.

Débat live - Retraites

Les retraites. Assez équilibré. Ils parlent de deux choses différentes. Sarkozy essaye de caricaturer la position de Royal, sur la remise à plat de la réforme Fillon. Elle se défend bien.
Sarkozy se fait piéger sur les régimes spéciaux. Il essaye de montrer que Royal refuse de réformer. Sauf qu'elle dit qu'elle le fera.

Sur les 4 points de fiscalité en moins. Sarkozy explique qu'il faut absolument baisser les impôts, mais absolument pas comment financer tout cela.

Et Royal retape sur le thème de Sarko candidat sortant. C'est bien joué.
Bouclier fiscal à 50%. Sarko caricature, défend les pauvres gens payant plus de 50% d'impôts, qui ont absolument besoin d'un bouclier. Royal sépare bien les 2 problèmes (patrimoine et revenu). Pas mal.
Attaque nulle de Sarkozy contre Hollande et son "je n'aime pas les riches". Quel niveau :(

J'adore cette petite réplique de Royal il y a quelques minutes : "Cessez de m'interrompre. Je connais bien la technique."

Débat live - Fiscalité et 35 heures

Il parle bien, Sarkozy, sur les impôts, sur les 35 heures. C'est le problème quand on est de gauche : comme on veut faire du social, on doit défendre des trucs pas super fun, comme les impôts.

Sarkozy donne une leçon de budget à Royal. Et on voit mal Royal se muer en Pasonaria les 35 heures. Elle n'est pas vraiment à l'aise. Parler des emplois-tremplins, c'est bien, mais bon, cela fait un peu gadget par rapport au reste. Mais, quand même, une bonne réplique : si la droite trouve les 35 heures si affreuses, pourquoi ne les a-t-elle pas supprimées ?

Sur ce point, avantage Sarkozy. C'est pas comme cela qu'on va gagner dimanche. Vite, passons à un autre sujet.

Débat live - Insécurité

Je commence par un commentaire tout à fait subjectif : Ségolène Royal est très élégante.

Elle attaque tout de suite Sarkozy sur son bilan de ministre de l'Intérieur. L'explosion des violences contre les personnes. Sarkozy répond plutôt à côté : il parle du chiffre global de délinquance (en baisse) pour faire oublier les violences contre les personnes (en hausse).

Sarko veut réduire le nombre de fonctionnaires. Royal répond bien, lui demandant où il veut supprimer ces postes (policiers ? enseignants ? juges ?).

Je suis bien sûr partial pour commenter ce débat. Mais je trouve qu'elle tape là où cela fait mal, là où il faut, là où j'aurais tapé.
Et je reconnais que Sarkozy se débrouille bien. Démago, mais il sait répondre. Deux candidats doués.
Mais il pourrait mieux répondre. Prenons le nombre de fonctionnaires : pour se justifier, il donne des exemples d'endroits où il compte en enlever. Mais il aurait pu en profiter pour en remettre une couche sur la réduction de la dette, ce qu'il n'a pas fait.

Débat live - Heure H-1

Il reste une heure avant le débat entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy.

L'excitation monte. Puisque le débat sera déterminant. Si Royal domine le débat, elle peut gagner dimanche.
Et comme dimanche se joue un choix de civilisation… L'avenir du pays se joue, plus ou moins, dans les prochaines heures.

Le débat live

Ce soir je tente le commentaire en live du débat entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal. J'ai tendance à me méfier de ce genre d'exercices. Mais, d'un autre côté, je trouve intéressant de tenter cette expérience.

En attendant, je vais dormir. Sept heures de décalage horaire, cela fait un débat à 4h du mat.

mardi 1 mai 2007

Faites confiance à la jeunesse

Concert-meeting de Ségolène Royal au stade Charléty.

Un public jeune, de toutes les couleurs (pas comme dans les meetings de Sarkozy). "Peuple insoumis".
L'ambiance est vraiment festive, Cali, Têtes Raides, Benabar, on se croirait à Solidays :D

Bravo à l'équipe de Royal. Ils font un excellent entre-deux-tours.
Le débat Bayrou-Royal de samedi a permis d'occuper le terrain.
Le concert-meeting, en plein air, c'est beau. Et ça ringardise le Sarko-show avec Gilbert Montagné.

Et surtout, après Sarkozy qui ne cesse de diviser la France, de montrer de doigt une partie (quand il sous-entend que la gauche soutient les fraudeurs et les délinquants), Segolène est vraiment rassembleuse, elle :
"Je ne veux pas la victoire d'une partie de la France contre l'autre. Ce que je veux, c'est la victoire de la France présidente"