Articles

Affichage des articles du avril, 2007

Retour en 1967

Qui a dit ?Dans cette élection il s’agit de savoir si l’héritage de mai 68 doit être perpétué ou s’il doit être liquidé une bonne fois pour toutes.
Je veux tourner la page de mai 68.Ou encoreJe propose aux Français de rompre réellement avec l’esprit, avec les comportements, avec les idées de mai 68. Je propose aux Français de rompre réellement avec le cynisme de mai 68. Ou L’idéologie de mai 68 sera morte le jour où dans la société on osera rappeler chacun à ses devoirs.
L’idéologie de mai 68 sera morte le jour où dans la politique française on osera proclamer que dans la République les devoirs sont la contrepartie des droits.
Nicolas Sarkozy, le candidat UMP, dans son discours de dimanche, lors de son meeting électoral à Bercy.

Il y a beaucoup de choses à critiquer dans mai 68, notamment sur les conséquences néfastes que cela a eu sur l'enseignement.

Cependant, mai 68, c'est aussi un grand vent de liberté. Une révolution. Qui a apporté plein de bonnes choses. C'est aussi cela,…

Choix de civilisation

Dimanche prochain, il faudra faire un choix entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy. Entre la gauche et la droite. Entre les forces de progrès et celles de réaction. Entre la candidate du dialogue et celui de l'intimidation.
Lorsqu'elle était venue à Grenoble, Ségolène Royal avait parlé de ce choix ainsi :
Cette élection est un choix de civilisation entre l’humanisme et l’égoïsme, entre la fraternité créative et la concurrence destructrice, entre le respect pour chacun ou la guerre de tous contre tous.
En dehors de toute considération extra-politique, sur le danger de Sarkozy, il faut élire Ségolène Royal. Parce que, entre la candidate du Parti Socialiste et le candidat de l'UMP, c'est bien la première qui défend le mieux les valeurs républicaines.

Sarkozy n'est pas laïque, il est communautariste. C'est bien un choix de civilisation qui s'ouvre devant nous. Élire Sarkozy, ce serait amener la France sur la voie de la désunion. Notre Republique est belle et fragi…

Propagande honteuse de Nicolas Sarkozy

Vous vous souvenez de l'affaire H.B. ? En 1994, un homme prend en otage des enfants dans la maternelle de Neuilly, se faisant appeler HB, sans qu'on sache que cela signifie (on l'apprendra après qu'il soit abattu : Human Bomb, bombe humaine).

Sarkozy, alors maire de Neuilly et ministre du Budget, arrive rapidement sur les lieux. Il s'impose dans le processus, bien décidé à jouer les héros. Il va chercher des gamins, et les ramène devant les caméras.
Ce qu'il faut savoir, c'est que contrairement aux membres du RAID présents sur place, Sarkozy n'est absolument pas formé à la gestion d'une prise d'otages. Il agit sans réfléchir, juste pour pouvoir passer pour un héros devant les caméras.

Et bien, je l'apprends chez Versac, cette affaire ressort ce week-end, une semaine avant le second tour de l'élection présidentielle...
Une vidéo postée sur dailymotion par un certain sarkoheros (sic) utilise cet événement tragique, utilise l'image des enfa…

Blog et présidentielle : effet RTBF

Image
En consultant les statistiques de mon blog, j'ai constaté une hausse de la fréquentation le 22 avril : c'est normal, un jour où les gens cherchent des infos sur Google d'ordre politique, qu'ils tombent plus que d'habitude sur mon blog.

Non, ce qui m'a vraiment surpris, c'est le pic de fréquentation entre 18 et 20 heures.

L'explication ?
Les requêtes correspondantes sont blog rtbf, rtbf blog, et de nombreuses autres variations (majuscules, pluriel) sur lesquelles je suis dans les 4 premières réponses.
Rappelons qu'à cette heure-là, le site de la RTBf, comme tous ceux des medias belges d'importance, était inaccessible… 18 heures, c'est la publication (à l'étranger) des premiers sondages (sorties des urnes). Donc pic. 20 heures, les bureaux de vote étant tous fermés, les télévisions françaises révèlent le résultat du premier tour. Plus besoin d'aller le chercher sur internet. Donc fin du pic.

Au delà de l'anecdote, cela me donne l'…

Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy au second tour : ma réaction

Aujourd'hui, étant au Japon, j'ai voté par procuration. Cela fait bizarre : je ne sais pas à quelle heure ma mère a placé mon vote dans l'urne, je n'ai pas donc pu me dire "a voté".

Je me suis couché tôt, j'ai dormi deux ou trois heures. Histoire de pas être trop crevé par la nuit que je vais passer : il y a 7 heures de décalage horaire. Les résultats de 20h, je les entendrai à 3h du mat.

À 1h (18h en France), dur de résister à la tentation de chercher les résultats sur les sites internet étrangers. Pas facile : la plupart sont inaccessibles, leurs serveurs étant surchargés à cause de l'évènement.

Je finis par les trouver. Comme prévu, Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy au second tour, François Bayrou et Jean-Marie Le Pen loin derrière.

Je pense aux camarades bayrouistes qui nous expliquaient que François Bayrou pouvait devancer Ségolène : je ris doucement, même si je sais que c'est mal ;)

Participation record. Tant mieux. Le peuple de gauche s'est …

Votez Ségolène Royal !

Image
Ségolène Royal est la seule candidate qui peut faire avancer les combats progressistes.
Et ceux qui sont tentés par le vote Bayrou doivent bien se rendre compte que le programme du candidat centriste est du Sarkozy light.

Au niveau social :Ségolène Royal est pour la hausse du Smic, pour l'abrogration du CNE, Bayrou est contre, comme Sarkozy.Le programme économique de Bayrou, comme Sarkozy, est néo-libéral : moins prendre aux riches (forte baisse de l'ISF, réduction des droits de succession), et compenser en prenant plus aux moins riches (hausse de la TVA). Celui de Ségolène Royal est contre toutes ces mesures de droite.Au niveau sociétal :Pour la liberté de l'orientation sexuelle : Ségolène Royal est la seule candidate qui mettra en place une égalité totale de droits entre couples homosexuels et couple hétérosexuels.
Rappel: Bayrou, comme Sarkozy, avait voté contre le Pacs. Pour la laïcité. Ségolène Royal, après quelques erreurs, a pris conscience de son importance. Bayrou, n…

"Oui, nicolas sarkozy est dangereux"

Image
Je n'aime pas qu'une campagne se joue sur la peur. Cela a été fatal à Jospin en 2002.

Mais là, on ne peut rester sans rien dire. Alors qu'un homme dangereux comme Nicolas Sarkozy risque d'être élu à la présidence de la République. Il faut que les Français qui hésitent encore entre lui et un autre candidat sachent ce à quoi cela nous exposerait s'ils portent leur voix sur le petit César.

Je l'ai déjà dit, je ne suis pas du genre à taper bêtement sur Sarkozy, à le traiter de facho alors qu'il n'en est pas un.
Je pourrais taper sur les idées de Sarkozy, mais je suis convaincu que cela joue très peu dans une élection présidentielle, qu'en fait tout se joue sur la personnalité des candidats.
Il faut donc dénoncer la personnalité dangereuse du candidat de l'UMP.

Achetez le Marianne de cette semaine, avec ses 12 pages qui démontrent que Sarkozy est dangereux, fou.
Lisez-le, faites-le lire. Les gens qui ne suivent pas en détail la campagne apprendront plein d…

Cristallisation

Ces derniers jours sont déterminants.
C'est maintenant que les indécis vont faire leur choix.

À mon avis, les dérapages répétés du petit César (gènes de la pédophilie et du suicide, une excessive anti-repentance), tous les dossiers qui ressortent (son appartement, ses actes en faveur de la scientologie, etc.) vont faire peur aux modérés indécis, tout comme ses discours pointant du doigt une France supposée être profiteuse.
Je l'ai déjà dit plusieurs fois sur ce blog, je considère qu'il y a un risque de dérive autoritaire si Sarkozy devient président. L'actualité récente me conforte encore plus dans cette idée, dans cette peur.
J'ai réellement peur de l'élection éventuelle de Sarkozy. Beaucoup plus que si cela avait été un autre candidat de droite. Et je pense que je ne suis pas le seul à avoir peur.

Je pense qu'il sera au second tour face à Ségolène Royal. Qu'entre la figure maternelle rassurante que represente la candidate socialiste, et la folie de Nicolas…

La honteuse démagogie divisante du petit César

S'il y a une chose que je ne supporte pas en politique, c'est lorsqu'un homme utilise des raccourcis scandaleux pour faire passer ses adversaires pour des dangereux ennemis de la nation. C'est cette phrase stupide de George W. Bush qui disait que "ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous".

C'est ce que fait Sarkozy depuis longtemps. Mais là, dans la campagne, cela devient carrément honteux.

Ça avait commence par des sous-entendus, lorsqu'il était allé à Rungis "parler à la France qui se lève tôt", pour faire comprendre que lui était le candidat de ceux qui bossent, pas comme ces socialistes qui défendent les branleurs.

Ça a continué par sa réaction aux attaques de Royal et Bayrou sur son bilan comme ministre de l'Intérieur suite aux émeutes de Rungis. Sarkozy, qui n'a pourtant pas de quoi la ramener (les chiffres de la violence contre les personnes ne cessent d'augmenter), a le culot d'affirmer que ses adversaires "o…