Suisse : le "mouton noir", ça aurait pu être pire

En 2007, l'UDC, le parti de droite nationaliste qui domine la vie politique suisse, a fait campagne en utilisant l'affiche du "mouton noir" : 3 moutons blancs qui chassaient le noir du territoire suisse "pour plus de sécurité".
Les adversaires de l'UDC s'étaient alors fortement émus de ce dérapage raciste.

Ueli Maurer, qui mène le parti dans l'ombre de Christoph Blocher, a été élu il y a quelques jours conseiller fédéral (ministre) par le parlement suisse.
Fin octobre, il avait accordé une interview au Temps, le quotidien suisse francophone de référence.
Dans celle-ci, il revenait sur la polémique :
Nous avions des affiches plus horrifiantes que celle du mouton noir. Par exemple un homme de couleur muni d'un couteau maculé de sang. Elles sont restées dans les tiroirs.
(dans la suite de l'interview, Maurer se défend de faire l'amalgame entre étrangers et délinquants…)

En effet, le sous-entendu est souvent plus efficace qu'une attaque trop violente.
Si l'électorat UDC voit ça comme des blancs chassants le noir délinquant, le clin d'oeil est réussi ; si les adversaires y voient la même chose (et crient au racisme), le parti nationaliste leur répond que c'est une interprétation, qu'elle est erronnée, que cela fait seulement référence à l'expression "mouton noir".

C'est ce que Gérard Miller appelait, pour désigner les liens entre Le Pen et ses sympathisants, la jouissance du sous-entendu : ces clins d'oeil, "on nous interdit d'en dire plus, mais vous et moi savons bien ce que je veux dire".

Commentaires

  1. Pour avoir été en Suisse l'année dernière, dans une petite ville au bord du lac Léman près de Lausanne, quelque chose m'avait fortement surpris. Je m'explique: je sortais d'une nuit très courte et je traversais le marché du samedi matin à peine réveillé pour aller déplacer ma voiture car la police fait des rondes incessantes pour vous verbaliser. Je passe devant un stand avec des personnes distribuant des tracts. L'un d'entre eux m'en tend un. Je refuse. Je regarde le stand sur lequel je vois marquer UDC. Etant français et ne connaissant pas vraiment la Suisse, je ne sais pas à quoi cela correspond. Je continue mon chemin. Je déplace ma voiture, reviens sur mes pas et repasse devant le stand. Je m'arrête et reste figé. Mais c'est un stand politique! J'ouvre mes yeux bien éclaté par le soleil (et par ma soirée) et m'aperçois rapidement que c'est l'équivalent de notre front national (en France). Là, placé entre les stands de saucisson, d'oeuf et de tous les produits locaux! J'étais consterné que dans une petite ville comme celle-ci ou il y a des rondes de polices toutes les 30 minutes, où la population est bien blanche et que le seul noir à des kilomètres est aussi riche que la plupart des habitants (si ce n'est plus), il y ai un parti comme l'UDC qui puisse faire autant d'émule et avoir un stand en plein marché du samedi matin. Je suis pour la libre expression, la démocratie mais je trouve que les affiches de l'UDC (celle des moutons mais aussi celle des passeports) sont plus qu'à la limite de la diffamation et de l'injure. J'ai envie de conclure en disant que c'est tout simplement gerbant...

    RépondreSupprimer
  2. Qu'est-ce que tu veux dire quand tu affirmes que Maurer est "dans l'ombre" de Blocher ? Les deux hommes se détestant cordialement, je doute que l'un ait de l'influence sur l'autre.

    Pour Bertrand : Le Parti Socialiste (pour la nuance) se montre aussi dans des évènements comme celui que tu as vu, c'est assez commun de voire cela en Suisse. Mais ce n'est pas pour autant que les gens y adhère en fermant les yeux. Je ne connais pas ta connaissance sur ce sujet, mais je tiens à préciser qu'à ma connaissance, la plupart des partisans UDC sont issus de la bourgeoisie suisse effrayé par les "grands méchants étrangers" (qualificatifs à prendre au second degré).

    Et non, tout les habitants de l'arc lémanique ne sont pas riches, même dans les petits villages ;)

    RépondreSupprimer
  3. Sophia>
    Pourquoi tu dis que Maurer et Blocher se détestent ?

    En tout cas, Maurer et Blocher, ce sont les chefs de l'aile zurichoise de l'UDC, la branche dure, populiste.

    Quand je dis que Maurer "mène le parti dans l'ombre de Christoph Blocher", c'est parce que Blocher incarne médiatiquement l'UDC (et en est le chef spirituel), alors que le président du parti (de 1996 à 2008), celui qui gére les troupes, c'était Maurer.

    "Je ne connais pas ta connaissance sur ce sujet, mais je tiens à préciser qu'à ma connaissance"… tu te répètes pas un peu, ma Soso ? ;p

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modération des commentaires sur les articles de plus de deux semaines

Posts les plus consultés de ce blog

Les éditorialistes menteurs : Colombani sur Sanders

Karoutchi et les amalgames au fascisme et à Vichy

Get A Kool, un festival raté