Belgique : Fortisgate, ou Leterme l'incompétent

Il y a presque un mois, je relevai le fait que la Belgique avait tenu plus de 3 mois sans crise politique, pour la première fois depuis les élections législatives.
La raison de cet accalmie était la crise financière : le sauvetage du secteur bancaire belge (Fortis, KBC, Dexia, etc.) avait réussi à éclipser les divisions entre flamands et wallons.

Mais, aujourd'hui, la crise politique belge est de retour !

Rappel des faits :
Début octobre, Fortis, principale banque belge, est au bord du gouffre. Dans l'urgence, le gouvernement Leterme nationalise la banque puis la revend (la partie néerlandaise est rachetée par les Pays-Bas, les parties belges et luxembourgeoises par le français BNP-Paribas).
Cela est fait par le gouvernement Leterme à la va-vite, oubliant toutes les bases légales de la gestion d'une entreprise et notamment l'accord d'un conseil d'administration.
Pas très rigoureux, mais Leterme se défendait en disant que c'était le seul moyen d'éviter la faillite de Fortis.
Ce n'est (au final) pas l'avis de la justice belge rendu samedi dernier, considérant qu'une situation grave n'est pas une raison pour violer la loi.

Pire, les juges ont cafté : oui, Leterme, se doutant que ces décisions allaient être cassées par la cour d'appel, a bien essayé de lui forcer la main, de faire pression pour influer sur la décision finale.
Scandale ! C'est le Fortisgate : Leterme est poussé à la démission, sa 4ème (comme formateur puis comme premier ministre) en un an et demi !

Leterme a finalement été une erreur de casting magistrale. Certes, en temps que chef du parti vainqueur des élections législatives, c'était le plus légitime.
Mais être légitime ne vous rend pas compétent.
Leterme a été incompétent à résoudre la crise communautaire (les partis wallons et flamands discutent dans le vide depuis... juin 2007 !!!). Même BHV est toujours au point mort.
Leterme a été incompétent à résoudre la crise financière belge, ajoutant à une bêtise (vendre Fortis à BNP Paribas sans demander l'avis de personne) un grave dérapage (pressions sur la justice).

Si le roi accepte la démission de Leterme (ce qu'il n'avait pas fait en juillet), le gouvernement, entré en fonctions le 20 mars dernier, aura tenu 9 mois.
9 mois, normal pour Leterme ;)

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Modération des commentaires sur les articles de plus de deux semaines

Posts les plus consultés de ce blog

Les éditorialistes menteurs : Colombani sur Sanders

Karoutchi et les amalgames au fascisme et à Vichy

Get A Kool, un festival raté