Contre le travail le dimanche

Je suis contre l'ouverture des magasins le dimanche.
66% des Français sont pour. Mais sans doute que, parmi eux, une grande partie refuserait de travailler le dimanche.

Pour faire passer la pilule, les instigateurs de ce projet font croire que le salarié sera libre de travailler ou non le dimanche. On nous avait déjà fait le coup pour les heures supplémentaires.
Mais qui peut croire, à l'heure où les emplois n'ont jamais été aussi précaires, que les salariés ont perdu tout pouvoir face aux patrons, qu'un travailleur est libre de ses choix de travail ?

Quand j'ai vécu à Tokyo au printemps 2007, j'allais faire mes courses dans un supermarché qui était ouvert 7 jours sur 7. Certes, c'était pratique. Mais ici, je vis très bien sans ce confort.

Je suis contre le travail le dimanche.
Certains le sont pour des raisons religieuses, cela n'est certainement pas mon cas (de toute façon, il y a sans doute en France plus de musulmans pratiquants que de catholiques pratiquants, alors…).

Une raison importante pour moi est le fait que cela favoriserait la grande distribution au détriment des commerces de proximités. Et j'ai toujours eu beaucoup plus de sympathie pour les petits commerçants que pour monsieur Leclerc.

Mais, je suis sans doute également contre le travail le dimanche par un vieux réflexe anti-capitaliste.
J'avais été marqué, en 2007, quand l'une des rares choses qu'Alain Finkielkraut voyait à reprocher à Sarkozy, c'est que ce dernier ne voyait, lui semblait-il, "pas d’inconvénients à nous précipiter dans une société gouvernée par le travail et la consommation, quasi exclusivement, d’où mon inquiétude à le voir sacrifier, sans le moindre problème, le repos dominical".

Je suis attaché au fait qu'il y ait un jour dans la semaine qui ne soit pas consacrée à la consommation, mais aux loisirs. Une certaine idée du "vivre ensemble".
La France garde, depuis longtemps, une certaine place à l'épanouissement du peuple par les loisirs, là où d'autres pays sont axés uniquement sur le travail. Cela ne nous a pas empêché d'inventer le TGV.

Commentaires

  1. bonjour,

    je suis ton blog avec plaisir, mais là, ce post n'avance aucun argument correct. (non pas que je sois pour le travail le dimanche ...).

    Le devoir d'un laïc/socialiste c'est de fonder ses choix sur des principes clairs et argumentés.

    Tu n'exprime rien que ton attachement au "dimanche". Ce n'est rien d'autre qu'un "conservatisme", qu'un "traditionalisme". Des mots qui ne sont pas digne de ce que je lis de toi habituellement.

    Je te le dis, amicalement, car je suis impatient de voir un vrai argumentaire contre le travail le dimanche.

    RépondreSupprimer
  2. Si tu me lis régulièrement, tu devrais savoir que je suis un antimoderne.

    Être de gauche, ça veut dire jeter tous les trucs du passé pour pas être conservateur ?

    Certainement pas.

    RépondreSupprimer
  3. @Vinz

    Ni antimoderne, ni promoderne. La nouveauté, (comme la science) n'a pas de valeur politique en soi.

    Il faut regarder en l'espèce cette "nouveauté" pour savoir si elle est bonne ou mauvaise. (je fais court).

    J'aime tes analyses, mais là, il n'y en a pas, juste un relent d'"antimodernisme". Je te titilles un peu, car je suis sur que tu es capable d'aller chercher l'essenciel (et je l'avoue m'aider dans mon opinion personnelle).

    Pour info, le dimanche chomé, n'est pas une invention Catholique/Chrétienne. A l'époque, et logiquement les Chrétiens réclamaient le Samedi chomé.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Dimanche#Histoire_du_dimanche_comme_jour_de_repos

    ( c'est du wikipédia... mais quand même)

    RépondreSupprimer
  4. Moi je suis totalement pour l'ouverture des magasins le dimanche. Quelle discrimination qui veut que seuls les gens ne travaillant pas tard le soir sont autorisés à faire leurs courses! T'as déjà pensé à toutes ces infirmières, ces ambulanciers, médecins, workaholics, pompiers, policiers qui ne peuvent pas faire leurs courses parce qu'ils doivent travailler jusqu'à 22h? Vive l'ouverture des magasins le dimanche pour eux! D'ailleurs, pourquoi plaindraient-ils les caissières alors qu'ils ont travaillé samedi, dimanche, jours fériés et nuits toute leur vie?
    Quant au mieux vivre ensemble, quelle règle veut que tu choisisses le dimanche comme jour libre? Tu pourrais aussi désigner le mercredi ou le jeudi, ou...

    RépondreSupprimer
  5. Je travaille les dimanches ( enfin... 1 dimanche sur deux). J'ai une indemnisation pour ce travail dominical. Admettons que la loi passe, ma prime n'aura plus lieu d'etre puisque travailler le Dimanche ne sera plus une exception primée. Donc, me voilà déchiré et embourbé dans ce paradoxe de travailler le dimanche et de ne pas vouloir l'ouvrir aux autres ! Comme quoi la Vie réserve toujours plein de surprises, non ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modération des commentaires sur les articles de plus de deux semaines

Posts les plus consultés de ce blog

Les éditorialistes menteurs : Colombani sur Sanders

Get A Kool, un festival raté

Karoutchi et les amalgames au fascisme et à Vichy