Shoah : comment l'enseigner ?


Peu après la libération, des enfants rescapés du camp d’Auschwitz sortent des baraques pour enfants. Pologne, après le 27 janvier 1945.
United States Holocaust Memorial Museum


On parle beaucoup ces jours-ci du 60ème anniversaire de la libération des camps de concentration, et notamment celui d'Auschwitz.

Il est nécessaire de ne jamais oublier ce qu'il s'est passé, ce génocide comparable à aucun autre. Et pour cela, il faut l'enseigner aux enfants.
Ceci est néanmoins difficile : les enseignants se heurtent parfois, lorsqu'ils veulent parler de la Shoah, à un refus de certains jeunes élèves d'origine arabe, qui disent qu'ils en ont assez d'entendre parler des malheurs des juifs. Et reviennent toujours au conflit israélo-palestinien.
Finkielkraut dit très justement que "l'enseignement de la Shoah se révèle impossible à l'instant même où il devient obligatoire". Que faire alors que certains sont assez antisémites pour, lors d'un voyage de classe à Auschwitz, dire "ils ont bien fait de les brûler", ou se permettre de faire des batailles de boules de neige à l'intérieur du camp ? D'ailleurs, Finkielkraut explique qu'on apprend beaucoup plus en lisant Primo Levi (Si c'est un homme, éd. Pocket) qu'en allant à Auschwitz.

Une chose essentielle lorsqu'on parle de la Shoah est de bien préciser le contexte, d'expliquer que, comme le fait le film La Chute, Hitler n'était pas un extraterrestre mais un humain, et que c'est bel et bien un homme qui est responsable de cette extermination. Il faut aussi remettre les choses dans le contexte : expliquer que l'antisémitisme a existé avant Hitler, parler de l'affaire Dreyfus…

Mémorial de la Shoah : http://www.memorialdelashoah.org

Encyclopédie multimédia de la Shoah : http://memorial-wlc.recette.lbn.fr

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les éditorialistes menteurs : Colombani sur Sanders

Get A Kool, un festival raté

Karoutchi et les amalgames au fascisme et à Vichy