mardi 27 mai 2008

Le gauchisme de Ségolène Royal

Je pense que le principal problème de Ségolène Royal est la démagogie qu'elle emploie parfois pour montrer qu'elle est bien de gauche.

Revenons sur la campagne présidentielle de 2007. La popularité de Royal était due au fait qu'elle brisait les codes du parti socialiste, que son discours sortait du dogme. Le problème, c'est que, dès qu'elle a été candidate, elle s'est rangée dans le discours convenu du PS, et le charme s'est brisé.
Et oui, comme on l'accusait d'être trop à droite, elle a tenté de donner des gages d'appartenance à la gauche. Mais, en réalité, elle n'a pas fait de la gauche, mais du gauchisme.
En réalité, Royal a tenté d'être la candidate des jeunes, de la banlieue. Et ça n'a pas trop mal marché. Sauf que ce n'est pas suffisant pour gagner une élection.
Je me souviens du meeting de Royal à Grenoble, qui avait pour thème la jeunesse. C'était globalement intéressant, parce qu'elle semblait être la seule candidate à saisir le malaise de la jeunesse française.
Mais j'avais été très gêné par ses références à "Ma France à moi" (où Diam's est assez haineuse contre "la France profonde") ou sa phrase sur Bouna et Zyed (les deux jeunes qui avaient été électrocutés en fuyant la police). Ce discours donnait vraiment l'impression que Royal ne voyait les jeunes que comme des banlieusards, qui écoutaient forcément du rap.
Il ne faut pas s'étonner si, ensuite, Sarkozy a accusé Royal d'être du côté des délinquants.

Sa sortie sur Delanoë, c'est la même chose. En réalité, Royal est aussi libérale que Delanoë, si on considère le sens normal du mot. Mais libéral est souvent désigné aujourd'hui pour désigner une politique de droite.
Mais, soyons précis : ce n'est pas au libéralisme qu'on doit cette situation économique si déséquilibrée, mais au néo-libéralisme dirigé seulement pour le profit des actionnaires.
Même si je suis ouvertement protectionniste, je ne vois aucun problème à être libéral et de gauche : pour moi, protectionnisme et libre-échange sont deux intuitions différentes sur le moyen d'amener le bonheur. Et j'ai toujours été dérangé quand des mouvements nonistes/altermondialistes se disent "antilibéraux", comme s'ils étaient contre la liberté.

C'est pour cela que je suis atteré quand je lis que Royal considère qu'on ne puisse être à la fois libéral et socialiste. Cela me rappelle le problème qu'a eu la gauche pendant des années avec la nation (qui est, pour moi, par essence une valeur de gauche), décrétant l'idée infréquentable puisque récupérée par la droite.

Royal qui, autrefois, rompait le dogme socialiste, est devenue plus dogmatique que les éléphants, lançant des excommunications contre quiconque ose braver un interdit linguistique. Oh non, en fait, pas quiconque : Georges Frêche peut bien traiter les harkis de sous-hommes, là elle ne dit rien, puisqu'il la soutient ; au contraire elle va régulièrement se montrer à ses côtés, pour s'assurer qu'il ne change pas de poulain.
Et puis, c'est quand même bizarre, de préférer s'allier avec le centre qu'avec les communistes, tout en faisant du gauchisme anti-libéral.

7 commentaires:

  1. Fais attention Vinz tu es de plus en plus souvent d'accord avec moi. Soit tu vas finir chez S&D soit je vais finir chez Fabius. ;)

    RépondreSupprimer
  2. Heureusement qu'il reste une différence idéologique sur la construction européenne ;)

    RépondreSupprimer
  3. Ouais quoi que si je devais voter en 2008, je voterai certainement comme toi aujourd'hui.
    Parce que quand je vois ce que Delanoë propose pour l'UE (une union uniquement économique), je me dis que nous avons beaucoup perdu.

    RépondreSupprimer
  4. Tout d'abord la différence idéologique sur la construction européenne, en profondeur, doit pouvoir se résoudre. Même un débat protectionnisme/libre-échange est pas absurde, et on n'est ni dans l'un ni dans l'autre. On doit pouvoir se retrouver dans une forme de protection qui n'est pas un protectionnisme (comme tous les -ismes, c'est à éviter)


    Sur ce texte, je suis assez d'accord, elle se repeint en rouge de temps en temps, sauf que là la peinture à coulée, et c'est assez ridicule.

    Delanoë aussi en partie en faisant croire qu'on l'attaque sur le libéralisme politique, et elle en faisant croire qu'il parle de libéralisme économique...

    C'est l'objet de mon analyse un peu amère :
    http://lebavost.wordpress.com/2008/05/25/delanoe-royal-un-grand-numero-de-theatre/

    RépondreSupprimer
  5. Abadinte :
    oui, mais toi, t'es quand même un socdém atypique ;)
    je disais ça pour résumer, parce que pour moi la divison de la gauche sur l'union européenne n'est qu'un symptôme, qu'une conséquence de différences doctrinales plus profondes qui peuvent exister :
    -sur la place de la nation
    -sur l'école
    -sur la libre circulation des personnes
    -etc.
    (en caricaturant beaucoup, on pourrait dire que c'est la république contre mai 68, Chevènement vs. Delanoë).


    Chouka :
    Je suis bien d'accord, il faut combiner le libre-échange avec un peu de protectionnisme, pour éviter le dumping social.
    et Delanoë fait du cinéma, il fait du Royal contre Royal : les reproches qu'on lui fait de dévier du dogme socialiste lui permettent de se donner l'image d'un homme libre.

    RépondreSupprimer
  6. Salut,

    je suis rédacteur en chef du site internet lebanc.info sur lequel tu(/vous)a laissé un commentaire à propos de l'article sur Grenoble. J'en ai tout de suite avisé le rédacteur de l'article. Par ailleurs si tu es intéressé pour contribuer au site nous serions ravis. Le site se développe et nous sommes à la recherche de nouveau rédacteur. A bientôt et bravo pour le blog

    RépondreSupprimer
  7. Ségolène a perdu malgré le soutien des jeunes et se sont les vieux qui ont fait l'élection pour la 1ère fois de la 5ème République, dommage. On aurait eu une bonne présidente.

    RépondreSupprimer

Modération des commentaires sur les articles de plus de deux semaines