Dans la série "je parle de Facebook pour faire moderne"…

…un article du figaro.fr sur le lâchage de Martinon à Neuilly par Jean Sarkozy, qui se termine ainsi :
Sur le réseau social Facebook, dont Jean Sarkozy et David Martinon sont deux adeptes, la rupture n'est pas encore consommée, et les deux hommes y étaient toujours, à la mi-journée, affichés comme des «amis». En revanche Arnaud Teullé, lui aussi membre du réseau, n'est toujours pas «ami» avec David Martinon.
Intérêt zéro.
Franchement, que peut-on déduire du fait que deux personnes soient ou non amies sur ce réseau social ? Rien, ce n'est que du virtuel (c'est d'ailleurs pour cela que l'AFP interdit à ses journalistes de se servir de Facebook comme source).
Alors, que la rupture entre celles-ci n'y soit "pas encore consommée" a encore moins d'intérêt (comme si Jean Sarkozy n'avait pas des choses plus importantes à faire, alors que la confusion règne désormais dans la droite neuilléenne, que d'aller effacer Martinon de ses amis sur Facebook)…

Rien qui permette de compléter ou d'analyser l'information, et qui justifierait la présence de ces lignes.
Juste une volonté de faire moderne, en parlant du truc branché que la grande majorité des lecteurs ne connait pas : il y a un an, on aurait fouillé les myspaces ou les QG virtuels sur Second Life…

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Modération des commentaires sur les articles de plus de deux semaines

Posts les plus consultés de ce blog

Les éditorialistes menteurs : Colombani sur Sanders

Karoutchi et les amalgames au fascisme et à Vichy

Get A Kool, un festival raté