mercredi 29 août 2007

La démagogie anti-corrida

Je ne suis pas un aficionado de corrida. Je n'ai jamais assisté à cela, je ne sais même pas si cela me plairait. Mais ce que j'en connais ne m'a pas semblé atroce, inhumain, ou d'autres choses que je peux lire. Donc je ne suis pas de tous ces gens qui veulent interdire la corrida.

Il y a quelque chose qui m'agace beaucoup dans tous le discours anti-corrida : c'est la volonté de faire interdire des traditions, cette obsession de la modernité galopante et aseptisée qui doit vite effacer les traces pas assez lisses du passé. Je n'aime pas la corrida, mais je m'opposerai fermement à une quelconque interdiction de cette coutume.

Alain Léauthier, dans un article sur Marianne2007 parle de "gauche morale" et d'"intellectualisme marshmallow" pour désigner l'engagement anti-corrida. Une gauche morale assez vaste, des professionnels de l'indignation de gauche (Dominique Sopo de SOS Racisme et Fadela Amara de Ni Putes Ni Soumises[1], etc.), aux libertaires soixante-huitards (le meilleur exemple étant Renaud, l'une des figures majeures de ce mouvement) : il est interdit d'interdire, sauf la corrida
Mais il faut reconnaître que leur pétition ne recueille pas que des signatures de gauche : il y a aussi des célébrités au talent douteux et ne brillant pas pour leurs réflexions (Miss France 2006, madame de Fontenay, Zara Whites, Jean-Luc Lahaye, Michel Leeb, etc.) et d'autres noms étonnants (comment peut-on être content d'avoir la signature d'un mec aussi regrettable que Roger Cukierman ?)

Il y a une relativisation universelle malhonnête, qui voudrait faire croire que tuer un animal c'est comme tuer un homme, et cela me choque vraiment. Mais c'est sans doute à partir de cette idée qu'une bonne partie des anti-corrida est absolument persuadée d'avoir raison et ne respecte pas le point de vue adverse : j'ai déjà lu sur internet des débats sur la corrida, et ce sont toujours du côté des "anti" que viennent les insultes (puisqu'ils sont convaincus que la corrida est une torture, tous ceux qui ne sont pas contre sont forcément des cons)…

Je tiens à préciser que je ne fais pas de généralités, et que la plupart des gens se prononçant contre la corrida ont un discours tout à fait courtois. Tout à fois, si j'hésitais à me prononcer pour ou contre la corrida, le fait de voir des gens insulter ceux ayant un avis contraire me fait fuir ce camp-là.

De plus, il y a certaines méthodes qui me déplaisent : le "Comité Radicalement Anti Corrida" (CRAC) se félicite sur son site web que l'hebdomadaire Marianne ait "consacré (…) une double page" à leur pétition anti-corrida, comme si cela était un choix éditorial du magazine. En vérité, il s'agit d'une publicité (sobrement indiquée par "communiqué" en haut de celle-ci) : la pétition a deux pages dans Marianne uniquement parce que ses initiateurs ont payé pour cela. Sur une autre page, il jette en patûre l'adresse mail de l'Abbé de la Morandais, coupable d'avoir affirmé sur une antenne qu'il aimait la corrida.

En bref, je n'aime pas particulièrement la corrida, mais je ne supporte pas les méthodes, les propos et les argumentations de certains anti-corridas qui ne respectent pas l'avis adverse.

[1] oui, Fadela Amara n'est plus présidente de NPNS, puisqu'elle est devenue ministre, mais si NPNS était démocratique, ça saurait : elle a pris soin de placer un de ses clones à la tête du mouvement, sans concertation.

PS : comme je parle ici de commanditaires d'une publicité essayant de faire passer celle-ci pour un élément d'information cautionné par une rédaction, j'en profite pour citer le cas de Taser (les pistolets à décharge électrique) qui a publié un communiqué tellement (volontairement) ambigu à propos de la chronique publicitaire qui sera bientôt diffusée sur RTL que la radio a pondu un communiqué pour nier quelconque projet avec cette société, et dénoncer cette méthode.

7 commentaires:

  1. merci, tout simplement.

    Je suis aficionado, et je souffre de cette attitude "obscurantiste" que tu décris parfaitement.

    Je comprends qu'on n'aime pas la corrida, il y a un fort prérequis culturel, mais tu es du coté de la raison.

    Tout cela découle de cette tendance de vouloir régler par la loi la vie privée des gens... ring a bell ?

    RépondreSupprimer
  2. Bien sûr que tout cela sent bon l'hypocrisie. Corrida contre abbattoirs, toréador et picadors contre Buffalo-Grill. Voilà, on en est là. Exterminons mais pas en public et sans faire souffrir dans le secret des abattoirs par des gens spécialement formés.
    Tiens au fait, Pierre Messmer vient de mourir et parmi ses hauts faits d'armes passés sous silence, on trouve la direction d'une politique coloniale qui a fait pratiquer des assassinats politiques et exterminer des 10zaines de milliers de camerounais quand il était haut-commissaire au Cameroun puis ministre de la défense du 1er gouvernement De Gaulle..

    C'est sûr, on achève bien les... taureaux.

    RépondreSupprimer
  3. "demagogie anticorrida"
    on voit que tes préjugés viennent de tes fréquentations idéologiques.
    mais les contradictions devraient t'apparaître.
    Tu fustiges les musulmans, le voile et d'autres signes ostentatoires de la tradition de cetrains de nos compatriotes, pour relayer encuites les propos affligeants des défenseurs de la barbarie.
    Ben oui, c'est barbare de faire souffrir gratuitement (façon de parler, parce que c'est avant tout un bisiness juteux) un animal, pour donner le spectacle de sa mort.
    Ou alors pourquoi interdire les combats de pittbull?
    les arguments des "aficionados", je les démonte un par un. Ou ce triste "spectacle" sera un jour interdit, comme on a interdit les mariages arrangés ou d'autres pratiques cruelles enversles animaux.
    On ne peut en tout cas rien justifier au nom dela tradition. les traditions passent, les civilisations évoluent, point.

    RépondreSupprimer
  4. Bon, déjà, je ne te permets pas de dire que je fustige les musulmans, je ne critique que leur religion, ce qui est une grosse différence, comme je critique les autres religions !

    Pour le reste : je n'aime pas la corrida, mais je ne trouve pas que ce soit barbare.
    Je ne suis pas pour une standardisation du monde : chaque lieu a ses spécificités, ses propres traditions, qu'on doit accepter ou non : perso, à partir d'un moment où il n'y a pas d'intolérance, que les gens fassent ce qui leur plait.

    S'il faut parfois interdire des traditions indignes, s'il faut souvent se battre contre des traditions vecteurs d'intolérance, la corrida ne fait, pour moi, pas partie de celles-là.

    RépondreSupprimer
  5. Et je serais bien curieux de savoir ce que tu appelles mes "fréquentations idéologiques"…

    RépondreSupprimer
  6. Je baserais simplement mon raisonnement sur la "raison d'être" des taureaux utilisés lors d'une corrida. Ils naissent pour ça, ils sont élevés et grandissent pour ça, ils n'existeraient pas sinon...ni en captivité et encor moins en liberté.
    A partir du moment ou ces taureaux sont un produit humain, voire même manufacturé. Je ne vois pas au nom de quoi on pourrait empêcher alors ce qui en ont la charge de l'utiliser à quoi bon il leur semble.
    Ce raisonement est transposable aux débats végétariens, sur les fourrures d'animaux élevés en captivité etc.....ainsi qu'au combat de pitbull en effet.
    A partir du moment ou l'animal n'existerait pas sans l'intervention humaine, il n'est plus vraiment et devient un produit, ça attristera peut être les gens mais si on ne les avait pas domestiqués les vaches auraient disparus il y quelques siècles...
    Quand à savoir si l'homme à "raison" d'être tout puissant c'est un autre débat...

    RépondreSupprimer
  7. http://es.youtube.com/watch?v=0raTwHMSn0k Encore une horreur parmi tant d'autres! A vomir. Fais passer. Merci.

    RépondreSupprimer

Modération des commentaires sur les articles de plus de deux semaines