lundi 23 juillet 2007

Yves Leterme aime si peu la Belgique…

…que lorsqu'un journaliste lui demande de chanter La Branbanconne, l'hymne national belge, il entonne La Marseillaise, l'hymne français.

Yves Leterme sera vraisembablement nommé dans quelques jours premier ministre de la Belgique, son parti ayant remporté largement (en Flandre) les élections législatives belges du 10 juin dernier, dans une coalition qui emmenerait les partis orange (centristes démocrates : le CD&V flamand de Leterme et le cdH francophone) et bleus (libéraux : le MR francophone et le VLD flamand).

Samedi 21 juillet, c'était jour de fête nationale en Belgique. Un journaliste de la première chaîne de la RTBF, la télévision publique de la communauté française, est allé interroger des politiques à propos de cette fête. Tout d'abord, quel anniversaire célèbre le 21 juillet ? Leterme pense à celui de la proclamation de la Constitution Belge. Perdu, c'est celui de la prestation de serment de Léopold Ier, premier roi des Belges, en 1831. Déjà, pour un futur premier ministre, ce n'est pas terrible.
Mais la suite est encore plus intéressante : le journaliste continue d'interroger Leterme. Connaît-il la Brabanconne, l'hymne belge ? "Un peu, oui". Le journaliste veut l'entendre chanter, et voilà le leader flamand qui entonne "Allons enfants de la patrie, le jour de gloire est arrivé…".

Une erreur ? Sans doute plutôt une provocation supplémentaire.
Lors des dernières législatives, plus de la moitié des électeurs flamands ont choisi des partis réclamant l'autonomie (CD&V), voire l'indépendance de la Flandre (Lijst Dedecker, Vlaams Belang). Le parti de Leterme fait d'ailleurs alliance électorale depuis plusieurs années avec la NVA (Nieuw-Vlaamse Alliantie), l'une des composantes issues de l'explosion au début de ce siècle de la Volksunie, le parti nationaliste flamand historique. Leterme s'était déjà fait remarquer l'été dernier avec un entretien à Libération où il affirmait que "apparemment les francophones ne sont pas en état intellectuel d'apprendre le néerlandais" ; il y déclarait aussi que "la Belgique n'est pas une valeur en soi" et y développait une vision confédérale du plat pays.

Pour moi, il s'agit donc d'une erreur volontaire.
Je ne sais pas comment Leterme voit l'avenir de la Wallonie en cas d'indépendance de la Flandre, mais peut-être a-t-il voulu signifier aux francophones (qui sont eux majoritairement favorable au maintien de la Belgique) que leur hymne naturel est la Marseillaise ? (le rattachement de la Wallonie et de Bruxelles à la France étant une hypothèse fréquemment évoquée en cas d'une scission de la Belgique)
En tous cas, la Branbançonne étant l'un des rares symboles nationaux de la Belgique unissant flamands et wallons, Leterme devait être embêté de la chanter, par peur que son électorat flamingant le lui reproche, si bien qu'il s'en est tiré par une pirouette.

La Branbançonne n'a pas la même importance pour les Belges que celle qu'a la Marseillaise pour les Français. Cependant, qu'une personne qui prétend être premier ministre, entonne un hymne étranger quand on lui demande de chanter celui de son pays, ça reste choquant

6 commentaires:

  1. Complément d'info. Le Figaro online : "Aujourd’ui, il reconnaît une « faute »." Avec la coquille. ;)
    http://www.lefigaro.fr/international/20070724.WWW000000265_le_mea_culpa_du_futur_premier_ministre_belge.html

    RépondreSupprimer
  2. Moi même, on m'avait enjoint de chanter la marseillaise en me levant. Je me suis assis et ai chanté l'internationale.
    aujourd'hui ça serai "a las barricadas"
    ni dieu, ni maitre, ni patrie!

    RépondreSupprimer
  3. Et toi tu connais les septs couplets de la marseillaise?
    Cedric Augier

    RépondreSupprimer
  4. Comparez ce qui est comparable. Leterme se trompe d'hymne, rien ne l'empêchait "je connais les paroles seulement en flamand"

    Qui connaît les 7 couplets de la Marseillaise, à part les gens qui ont eu un jour à les chanter ?
    Moi à part le premier je connais seulement "Nous entrerons dans la carrière quand nos aînés n'y seront plus" et "Amour sacré de la patrie, conduis soutiens ce bras vengeur, Liberté liberté chérie, combats avec tes défenseurs"… merci Gainsbourg et "Aux armes etc." ;)

    RépondreSupprimer
  5. Ouhla, j'ai écrit tout le long "Branbanconne" et pensant "Brabançonne" dans me tête… et j'ai d'ailleurs failli refaire la faute ici. Mon cerveau me joue de tours :p

    RépondreSupprimer
  6. La verité. Faut'il se poser la question suivante: Que peut on penser d'une classe politique aussi ignorante de l'histoire officiel de son propre pays.
    J'en parlais cet aprés midi par téléphone avec un cousin qui habite Liège,né comme moi en France et comme moi originaire de l'ile de Majorque aux Baléars en Espagne.
    Sincerement que ce soit en Belgique,en France ou en Espagne incroyable l'ignorance d'un possible chef de gouvernement qui méconnait l'hymne du pays dont il est le representant de son pouvoir éxécutif.

    RépondreSupprimer

Modération des commentaires sur les articles de plus de deux semaines