Royal au Liban et les medias sarkozystes

On peut reprocher à Ségolène Royal son côté girouette lors de son voyage au Proche-Orient : rencontrer le Hezbollah mais refuser de rencontrer le Hamas ; dire au soldats français de la FINUL son opposition au survol de leurs positions par les avions israéliens puis, une fois en Israël, dire qu'elle peut "comprendre" ces survols.

Par contre, certains lui reprochent n'importe quoi. Sarkozy a peur de sa rivale si populaire, alors il essaye de trouver la moindre petite chose contre elle.

Vendredi 1er décembre, Ségolène Royal rencontre des députés libanais, et, parmi eux, un député du Hezbollah qui commet une diatribe anti-américaine et anti-israélienne. Royal répond fermement, rappelle qu'Israël a le droit à sa sécurité.

Mais il se trouve qu'une des phrases du député n'a pas été traduite par l'interprète : il comparait les résistants libanais face à l'armée israélienne, aux résistants français qui luttaient contre les Nazis. D'ailleurs, les journalistes français n'en parlent pas dans leur articles.
Lorsqu'elle apprend que cette phrase a été tenue, elle dit ne pas en avoir eu connaissance et dit qu'elle aurait quitté la salle si cela avait été le cas. L'ambassadeur de France au Liban confirme. L'histoire est finie ? Non.
Trop tard, Sarkozy a décidé de sortir l'artillerie lourde pour exploiter ce détail.

La droite française avait sévèrement critiqué Jospin en 2000 lorsqu'il avait osé qualifier le Hezbollah de terroriste. La diplomatie de la France (gouvernée ces dernières années pour la droite) est plutôt conciliante avec le Hezbollah, refusant que ce groupe soit inscrit sur la liste des organisations terroristes établies par l'UE.

Il y a une semaine, la droite française s'est tout d'un coup rendu compte que le Hezbollah (qui a déjà commis des attentats contre des Français, mais aussi contre des juifs en Argentine) est une organisation terroriste. Sarkozy et tous ses alliés tirent toute la journée de samedi. Ils parlent de "faute lourde". Douste-Blazy, qui il y a quelques mois, allait jusqu'à louer le "rôle stabilisateur" de l'Iran au Moyen-Orient, proclame désormais que le Hezbollah (parti pro-iranien) est "l'ennemi de la France".

Bref, le temps d'un week-end, l'UMP oublie la diplomatie (critiquable) pro-arabe de la France, dit le contraire de ce qu'elle aurait dit la veille. Mais le pire, c'est l'exploitation communautariste qui est derrière tout cela. En voulant faire croire qu'on s'oppose à une dérive de Royal qui laisserait le Hezbollah insulter Israël, Sarkozy veut se montrer comme un ami d'Israël, il rameute même Cukierman, le (regrettable) président du Crif (qui prétend représenter les juifs de France).

Cela aurait pu marcher ! Le problème pour eux, c'est qu'ils étaient encore après accuser Royal de laisser insulter l'état juif, qu'elle était déjà en Israël, accueillie quasiment comme un chef d'état par Ehud Olmert, à la une de Haaretz et d'autres journaux, se faisant féliciter de sa position ferme contre le nucléaire iranien.

Mais, le plus pathétique, c'est sans doute la façon dont les medias sarkozystes ont repris l'accusation telle quelle. Bon, venant de journaux qui acceptent de publier une interview de Sarkozy (sa déclaration de candidature) où aucun de leurs journalistes n'étaient présents, on ne peut pas s'attendre à mieux…

France2 acceptera d'ailleurs de participer à la mascarade de Françoise de Panafieu. Également en Israël, la candidate UMP aux prochaines municipales à Paris fera tout pour croiser Royal (elle l'a d'abord raté à la Knesset, elle l'a donc attendu dans le hall de l'hôtel King David). N'ayant pas apprécié que Panaf participe au tir indigne de l'UMP, Ségolène lui répond "je suis désolée, mais après vos propos, madame, je ne vous salue pas". La vidéo est vite mise en ligne, et se retrouve en une du site de l'UMP. Les blogueurs sarkozystes se dépêchent de faire la même chose sur leur blog. Le plus connu d'entre eux, celui qui réussit à se faire passer pour un blogueur d'opinion (merci les medias sarkozystes) alors qu'il ferait passer Steevy Boulay pour un fin politologue, pondra même un titre d'une malhonnêteté intellectuelle incroyable (qui a dit "comme d'habitude ?").

À lire, un très bon article dans le Marianne de cette semaine (n°503) : "La fausse affaire Ségolène Royal"

Commentaires

  1. Ségolène s'est faite avoir au Liban ? possible. En général dans ce type de voyage ultra-sensible chacun a son interprète admettons alors que l'ambassade n'a pas été ou vouly être à la hauteur. Ce qui me parait plus inquiétant et grave ce sont les déclarations en Israel, accepter l'existence d'un mur entre Israel et la Palestine me parait monstrueux de la part de quelqu'un qui se dit de gauche les électeurs juifs n'en demandaient pas tant, refuser le nucléaire civil à l'Iran c'est risible ridicule et vain et contraire à tous les accords internationaux. Comment faire confiance à quelqu'un d'aussi novice

    RépondreSupprimer
  2. S"arkozy a peur de sa rivale si populaire ?"

    Je ne pense pas... Les militants socialistes n'ont pas élu la personne la plus à même de faire le poids internationalement parlant. Un DSK aurait eu largement plus de poids, et Ségolène pas du tout.

    RépondreSupprimer
  3. Nicolas Sarkozy avec la commision Machelon, le maire de Ploërmel Mr Anselin et la statue deu chef de la secte catholique l'appelé Jean paul II sont bien sur des gens qui ne sont favorables aux sectes. Ségolène Royale est-elle fiable elle sur ce sujet ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modération des commentaires sur les articles de plus de deux semaines

Posts les plus consultés de ce blog

Les éditorialistes menteurs : Colombani sur Sanders

Get A Kool, un festival raté

Karoutchi et les amalgames au fascisme et à Vichy