Finkielkraut, Haaretz et les "black-black-black"

Généralement, je n'aime pas écrire d'article sur le vif, je préfère avoir du recul sur les choses. Mais voilà, il se trouve que depuis que le Monde a consacré un article aux propos limites de Finkielkraut dans Haaretz, il y a presque deux fois plus de monde que d'habitude qui vient sur ce blog (la raison étant que si vous tapez "finkielkraut blog" dans Google, je suis actuellement numéro 2).
Dommage pour ces gens, ils ne tombent alors que sur un vieil article que j'avais consacré à Finkielkraut, alors qu'ils aimeraient sûrement lire un avis sur l'"affaire".

Tout d'abord, je vous recommande, si vous parlez anglais, de lire l'article original du Haaretz, plutôt que le résumé totalement biaisé qu'en a fait l'article du Monde. Et aussi de lire les excuses de Finkielkraut (script entier par le nouvel Obs), où il reconnait avoir cru, "pour trouver le vrai", "devoir déchirer le rideau des discours convenus (...) au risque de (se) tromper".

Donc voici ce que j'en pense : Finkielkraut a bel et bien pété les plombs. Il avait été très bon sur les émeutes jusqu'ici, que ce soit dans le traquenard que fut l'émission Ripostes sur les banlieues (où il était le seul à défendre des valeurs républicaines -Julliard n'arrivant pas à en placer une- face à de nombreux communautaristes) ou dans l'interview qu'il a donné au Figaro sur "l'illégitimité de la haine".

Mais là, Finkielkraut, parlant à un journal étranger, qui plus est israélien (qui doit être le pays étranger, avec la Croatie, qui aime le plus Finkielkraut), a dû se dire quelque chose comme "oui, vous, vous me comprenez, je vais vous confier ce que j'ai sur le cœur". Et malheureusement, lui qu'on ne peut suspecter de racisme, a tenu des propos qui peuvent choquer.

Ca m'embête beaucoup, parce que je suis d'accord avec 95% de ce que dit Finkielkraut dans cette interview.

Il a raison quand il dit qu'il y a une haine de la République chez une partie des Français d'origine immigrée, en prenant l'exemple du match France-Algérie, où des Français d'origine maghrébine ont sifflé la Marseillaise, le chant de l'équipe black-blanc-beur (à leur image donc) emmenée par Zidane !!!

Il a raison de se plaindre de la falsilfication de l'histoire qui est faite dans les cours d'histoire. Si on enseigne quelque chose, il faut être objectif. Dire que, oui la colonisation a provoqué des choses affreuses, mais que quelqu'un comme Jules Ferry, l'inventeur de l'école gratuite, y voyait un moyen humaniste d'apporter la culture à ceux qui n'avaient pas la chance de l'avoir.
Dire qu'il n'y a pas que les Européens qui ont mis en esclavage les Noirs, mais que les Arabes aussi l'ont fait. Dire que cette monstruosité que fut la traite des Noirs, ce sont des esclaves noirs amenés aux Etats-Unis, des esclaves qui étaient achetés par les Blancs à des rois noirs.
L'école ne doit pas participer à cette haine de l'Occident.
La haine de l'Occident est tout aussi à vomir que la haine de l'Orient...

Il a raison quand il dit que Dieudonné "est aujourd'hui, le vrai patron de l'antisémitisme en France, et pas le FN de Le Pen".

Tout ça, je suis d'accord.
Mais il y a aussi vraiment des trucs choquants. Comment le passionné de football qu'est Finkielkraut peut-il sortir une aussi énorme stupidité que "l'équipe de France d'aujourd'hui est black-black-black" ? Comment lui, qui ne rate jamais un match de l'équipe de France peut-il dire ça d'une équipe où évoluent aussi Barthez, Coupet, Sagnol, Rothen, Zidane, etc. ???
Je ne l'ai pas compris, et pourtant ce n'est pas faute d'avoir cherché à le faire !

Autre phrase dérangeante, sa conclusion selon laquelle, "L'antiracisme sera au XXIe siècle ce que fut le communisme au XXe". Pour connaître la pensée de Finkielkraut, je comprends ce qu'il veut dire. Mais résumer soi-même sa pensée à une telle phrase n'en est pas moins hallucinant ! Ce qu'il veut dire, c'est que l'antiracisme est utilisé par certains pour s'en prendre à une communauté en particulier : on accuse tout ce qui est lié à la culture judéo-chrétienne de racisme, pour faire passer le racisme anti-juif ou anti-occidental pour un anti-racisme. Le MRAP et la Ligue des Droits de l'Homme sont complices de cette dérive en ne voyant le racisme que quand il vient de la culture judéo-chrétienne.

Dernier point sur lequel je suis en désaccord, quand il ne voit dans ces émeutes qu''un conflit ethnico-religieux" : pour moi, si les différences de culture peuvent en effet faire augmenter la violence de la révolte, ces émeutes ne sont dues à la base qu'à des raisons sociales. Ce ne sont pas des Arabes et des Noirs qui se révoltent, ce sont avant tout des pauvres.

Intéressons nous maintenant aux raisons de ce dérapage de Finkielkraut, de sa voix "très déviante".

La première étant que Finkielkraut est un réactionnaire de gauche, un antimoderne (je ne cache pas être moi-même réac de gauche et antimoderne, c'est d'ailleurs pour ça que je m'intéresse tant à ce qu'il peut raconter).
Plus les jours passent, plus monte dans son discours la détestation du monde d'aujourd'hui, et du sens dans lequel ce monde va, plus monte chez lui une paranoïa. Ce qu'il a exprimé dans l'article de Haaretz, c'est toute sa détestation du monde d'aujourd'hui.

L'autre raison est que Finkielkraut est un des penseurs français les plus connus, et qu'au nom des valeurs républicaines qu'il chérit, il s'est opposé au communautarisme de Tariq Ramadan ou de Dieudonné. Finkielkraut est devenu l'homme (avec Alain Pétré-Grenouilleau) l'homme à abattre des amis de Dieudonné. Lisez les sites où s'expriment les soutiens de Dieudonné (les Ogres ou autres sites communautaires noirs ou arabes). Sa moindre intervention y est décortiquée pour essayer d'y voir le mal. Il y est l'objet d'une véritable haine de gens qui le renomment Finkiel-crotte !! Cette haine dont il est victime peut permettre de comprendre en partie qu'il ait ainsi pété les plombs.

Pour conclure, tout ceci est bien triste. En racontant de telles conneries, Finkielkraut a jeté le discrédit sur le reste de son discours républicain, et sur tout le reste de ses idées, qui sont très intéressantes à entendre (et spécialement sur l'école).

Commentaires

  1. Les bien-pensants titrent sur les excuses de Finkielkraut. Mais de quoi s'est-il excusé ? Il regrette d'avoir donné une interview à un journal israëlien dont il pouvait prévoir que les journaux français feraient une relation biaisée. Il regrette le personnage déformé que les citations tronquées du Monde a présenté Pourvu qu'il ne cède pas au terrorisme intellectuel médiatique actuel et qu'il ne regrette pas d'avoir dit tout haut ce qu'une immense majorité de Français pensent tout bas."la grande difficulté aujourd'hui c'est d'intégrer des gens qui n'aiment pas la France dans une France qui ne s'aime pas"
    Ce qui est triste, c'est que la violence des réactions aux propos d'Alain Finkielkraut sera la preuve de la véracité de ces propos.Il n'y a plus qu'à attendre une fois de plus la démonstration de la pensée unique.

    RépondreSupprimer
  2. Commentaire interessant.

    Je soutiens Finkie !

    RépondreSupprimer
  3. Je pense qu´il a eu raison de s´excuser, si quequ´un comme lui ou un prof d´histoire avait tenu des propos similaires concernant la communaute Juive ou la Shoah, je pense que toute la classe politique aurait crie au scandale (et oui en france c´est 2 poids, 2 mesures), qu´on lui aurait colle un proces au derriere... Seulement voila, dans l´islamophobie ambiante -- on on melange tout -- on laisse tout passer: les propos de Sarko parlant de passer au karcher, traiter des Francais de racaille etc. Je pense qu´il y a un serieux probleme d´integration des immigres d´Afrique mais, ils ne sont pas responsables. On parle d´egalites des chances en France mais comment peut on dire cela alors que je connais quelqu´un qui a change de nom - trop Arabe - pr un nom plus Francais de souche car impossible de trouver un travail? Est-ce cela l´egalite des chances? Que fait la Republique ?

    RépondreSupprimer
  4. Oui, Finkielkraut a eu raison de s'excuser, et le MRAP de retirer sa plainte.
    Quand on lit l'article d'Haaretz, on apprend que l'entrevue entre les journalistes et Finkielkraut a eu lieu dans un café. Et on sent que Finkielkraut, parfaitement carré quand il répéte son discours habituel, s'est laissé allé à des discours de comptoir...

    Par exemple, on peut dire en rigolant que l'équipe de France n'a pas de "vrai" français en son sein, tout en sachant que ce n'est pas vrai. Mais quand on est philosophe, et qu'on tient d'habitude des propos sérieux, cela passe pour sa pensée. C'est dommage.

    Enfin, l'histoire d'un "deux poids deux mesures"... Vous pensez qu'on est plus vigilant sur l'antisémitisme que sur le racisme anti-arabe ou anti-noir, d'autres pensent le contraire au vu de la mobilisation qui se fait autour de quelqu'un comme Dieudonné qui tient régulièrement des propos choquants sur les Juifs...
    La vérité doit se situer entre ces deux visions.

    Par contre, je n'aime pas du tout votre emploi du terme islamophobie. Pour moi, l'islamophobie, c'est ne pas aimer l'islam, et on a le droit de ne pas aimer une religion. Je préfère qu'on désigne ce dont vous parliez par le terme de 'racisme anti-arabe' ou pourquoi pas 'arabophobie', je trouve que c'est plus correct pour désigner cette réalité

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir

    On peut utiliser ces termes de racisme anti-arabe ou arabophobie mais pourquoi pas islamophobie ?

    RépondreSupprimer
  6. Bonsoir

    Le terme "islamophobie" a été introduit par les fondamentalistes musulmans pour désigner des gens comme Salman Rushdie, Taslima Nasreen, des gens de culture musulmane qui osaient critiquer l'islam.
    Donc, chaque fois que j'entends "islamophobie", je pense aux menaces de morts dont ont été victimes Rushdie ou Nasreen.

    Tout comme, par exemple, je suis mal à l'aise quand j'entends l'expression "droit de l'hommisme" parce que ce terme a été inventé par l'extrême-droite.

    Mais, enfin, cela tient plus du détail.
    La vraie raison pour laquelle ça me dérange, c'est l'assimilation qui est faite entre islamophobie et racisme. Des gens emploient ce terme pour parler du racisme contre la communauté arabo-musulmane.
    Mais la signification originelle "islamophobie", c'est simplement ne pas aimer l'islam, et on a parfaitement le droit de ne pas aimer une religion.

    Mais cette confusion est souvent entretenue par les gens qui veulent interdire le blasphème (et notamment Mouloud Aounit du MRAP) : si vous osez critiquer l'islam, vous êtes islamophobe, et si vous êtes islamophobe, vous êtes raciste, donc vous n'avez pas le droit de critiquer l'islam.
    L'interdiction du blasphème serait un énorme retour en arrière dans nos libertés ! Et plus encore, la critique des religions est fondamentale !

    RépondreSupprimer
  7. Ok. En fait pour moi islamophobie est tout simplement phobie/peur de l´islam (equation simple et rapide pr certain: islam=terrorisme).

    "Deux poids - deux mesures" je veux dire par la, que quand un acte antisemite (paroles, agressions etc) il est tout de suite denonce/condamne et par tout le monde. Je n´ai pas l´impression que cela soit la meme solidarite quand un acte est commis a l´egard des Arabes (agression policiere, controle d´identite muscle, propos d´un Sarko, de Villiers etc). Ceci dit je ne dis pas que l´on ne doit pas critiquer la religion, tant que ces critiques ne revetent pas un caractere raciste.
    Pour ce qui est de Dieudonne, je trouve dommage que les gens puissent penser qu´il represente une majorite des Immigres. Ceux qui le soutiennent, le soutiennent au nom de "la liberte d´expression"?.
    Je pense qu´il a quand meme raison de critiquer les Sionistes ou les partisants des sionistes. En vivant a l´etranger je me rends compte de la censure en France envers les actes israeliens.

    RépondreSupprimer
  8. Deux poids deux mesures ?
    Franchement je ne sais pas. Il est vrai qu'on peut avoir cette impression. Ce que je pense, c'est que quand un juif ou un arabe est victime d'une agression raciste, on en parle.
    (même si des fois les médias sont un peu décalés : début 2004, les agressions antisémites se multipliaient, les medias n'en parlaient pas beaucoup, puis soudain, le délire médiatique s'est mis en route, et on s'est mis à voir des actes antisémites partout, même à tort comme dans la tristement célèbre affaire Marie L.).

    Par contre, les agressions moins spectaculaires n'intéressent pas : les flics racistes le sont essentiellement contre les Arabes et les Noirs, et quand ils dérapent, ils sont couverts par leur hiérarchie.
    Le "racisme ordinaire" ne mobilise pas les medias, parce que c'est pas vendeur. Et comme, si les médias n'en parlent pas, personne n'en parlera... et personne ne s'en indignera.

    Oui, Dieudonné ne représente certainement pas une majorité de la population d'origine africaine, mais il est également vrai qu'une partie non négligeable se retrouve en lui (on peut constater facilement cela en visitant un forum de rap par exemple).

    Sur la liberté d'expression : au début, lors du fameux sketch de Dieudonné qui se terminait par "Isra-heil", je le soutenais au nom de la liberté d'expression (je trouve d'ailleurs toujours qu'il n'y a rien de proprement antisémite dans ce sketch) ; quand il a commencé à parler d'"anciens négriers reconvertis dans la banque", j'ai arrêté.

    Dieudonné ne peut pas jouer le chantre de la liberté d'expression, tout en faisant des procès à tout le monde, en faisant insérer par décision de justice dans le bouquin d'Anne-Sophie qu'il est "injurié" par certaines des analyses de la journaliste. Il faut aussi se rappeler qu'il y a une dizaine d'années, quand Patrick Sébastien avait fait le sketch "casser du noir", Dieudonné ne défendait pas du tout, mais pas du tout la liberté d'expression... Je crois qu'il avait quelque chose comme "Sébastien, il faut le brûler"...
    Dieudonné dessert en réalité énormément sa cause.

    Enfin, sur les actes d'Israël qui seraient "censurés" en France... Je ne sais pas... Les pro-israéliens vous diront que les medias français sont pro-palestiniens, et inversement.
    Moi je me souviens par exemple de Jénine : les medias français en ont énormément parlé, employé le terme de "massacre" qui semble avec le recul fort exagéré.
    Je crois qu'en fait les medias français sont relativement neutres sur le conflit israélo-palestinien, et qu'on peut trouver des deux côtés des crimes que les médias ont passé sous silence.

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir,
    Je suis bilingue anglais/français et j'ai lu l'article dans Haaretz. Je ne vois franchement pas en quoi il peut être biaisé de qualifier les propos de Finkielkraut de racistes.
    J'ai, comme la plupart des Français, étudié pendant un an la philosophie, et il me semble qu'un philosophe est quelqu'un qui non seulement apporte des idées nouvelles sur la vie (un peu simplifié, je sais), mais qui aussi connait la nuance. Ce que je veux dire, c'est qu'on peut très bien voir la haine dans le discours d'un Dieudonné, par exemple, sans tomber dans l'exces inverse. Dire que Finkielkraut se croyait dans une discussion 'de comptoir' n'est pas vraiment une bonne excuse pour un soi-disant intellectuel. Au contraire, cela montre sa vraie pensée (d'ailleurs même Tariq Ramadan a salué la 'sincérité' d' Alain Finkielkraut). De plus, Finkielkraut savait très bien à qui il parlait.
    L'article est rempli de propos xénophobes. Il ne parle pas seulement de 'black black black'. Il critique aussi le language des banlieues, 'l'accent, les mots, la syntaxe'. Que dire alors de la langue anglaise aux Etats-Unis? Faudrait-il cesser d'utiliser des mots yiddish, comme 'chutzpah'?
    Finkielkraut, comme beaucoup d'autres dailleurs, parle aussi des jeunes des banlieue comme des 'immigrés' qui doivent s'intégrer. Pourtant, comme lui, ce sont des Français, nés en France de parents immigrés, voire de grand-parents immigrés. La différence, c'est que chez eux, leur origine se voit sur leurs visages, dans leurs noms, leurs adresses. Peut-être que Finkielkraut pense que les parents maghrébins devraient nommer leurs fils 'Alain'...
    Par ailleurs, Finkielkraut dit qu'il faut d'abord se sentir Français, et qu'il est aussi en colère contre les Juifs français qui s'idntifient par le Judaisme. Pourtant, à plusieurs reprises il s'identifie lui-même comme 'Juif', autant culturemmement que religieusement (il parle en des termes élogieux du 'Shul') ce qui pour un fier républicain comme lui, est un peu bizarre..
    Finkielkraut dit qu'on doit aussi voir le côté 'positif' de la colonisation. Ne devrait-on pas dans ce cas aussi parler du côté 'positif' de l'occupation Nazie en France? Les deux sont des crimes contre l'humanité. Bien sûr qu'il faut parler aux enfants de tous les aspects de ces crimes, mais rien ne doit les justifier. Les Français ont commis un crime contre l'humanité par la colonisation, c'est un fait, et toutes les infrastructures qu'ils ont crées dans les colonies n'y changeront rien.
    Je trouve, par ailleurs, la réaction du MRAP d'une bêtise éxtrème. Finkielkraut doit avoir le droit, tout comme Dieudonné, d'exprimer ses opinions, et de toute façon il n'y a rien dans ses propos qui incitent à la violence. Cepndant, j'ai du mal à comprendre comment les 'excuses' de Finkielkraut changent quoi que ce soit à ses propos:

    "Je présente des excuses à ceux que ce personnage que je ne suis pas a blessé (...). La leçon, c'est qu'en effet je ne dois plus donner d'interview, notamment à des journaux dont je ne contrôle pas ou je ne peux pas contrôler le destin ou la traduction», a déclaré Alain Finkielkraut sur Europe 1."

    Si on lit l'interview dans Haaretz, on voit noir sur blanc le 'personnage' qu'est Finkielkraut. De plus, quelle aplomb de vouloir contrôler ce que disent des journalistes! Est-ce ça la démocracie à la Finkielkraut?
    Il y en aurait beaucoup plus à dire, mais il faudrait des heures...

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour,

    Il faut tout d'abord dire que Finkielkraut n'est pas vraiment un philosophe comme les autres. Il est d'ailleurs agrégé, non pas de philosophie, mais de lettres modernes. En réalité, c'est plus un penseur qu'un philosophe.

    Critiquer le langage des banlieues, c'est être xénophobe ? Quand il dit que si vous êtes commercant, qu'un jeune qui parle comme ça vous demande un travail, vous refusez, il a raison : entre quelqu'un sachant parler correctement et quelqu'un ne sachant pas le faire, s'ils ont le même talent par ailleurs, on choisit celui qui sait parler, ça fait partie des compétences fondamentales. C'est simplement une histoire de jeunes qui se satisfont dans un langage au vocabulaire limité.

    Mais Finkielkraut ne fait pas l'amalgame, il explique bien qu'il est solidaire de tous les jeunes de banlieue qui veulent s'en sortir grâce à l'école.

    Je pense que Finkielkraut se sent français avant de se sentir juif, mais que la montée des propos antisémites lui donne envie de s'affirmer comme juif. Ce sont comme les jeunes de banlieues victimes de racisme à cause de leur couleur, et qui, en réaction, revendiquent leur couleur de peau "je suis noir, tu es raciste envers moi, mais va falloir m'accepter ainsi".

    Par contre, je ne peux pas laisser dire que la colonisation fût un crime contre l'humanité. Oui, ce fût quelque chose d'horrible, mais certainement pas un crime contre l'humanité. Les crimes contre l'humanité, ce sont la Shoah, l'esclavage des noirs, et toutes ces choses génocidaires. Et il y a eu des aspects positifs à la colonisation, beaucoup moins que les aspects négatifs, mais il y en a eu : à la fin du XIXème siècle, les hommes de gauche favorables à la colonisation l'étaient dans un but humaniste, celui d'apporter la culture aux peuples qui ne la possédaient pas.

    Au vu des excuses qu'a faites Finkielkraut, des éclaircissements qu'il a apporté, je ne trouve absolument rien de raciste à ce qu'il a pu dire.

    Enfin, il est vrai que la phrase sur "je ne dois plus donner d'interviews si je ne peux pax contrôler" peut paraître un peu choquante, mais je crois que la plupart des gens auraient la même réaction si on avait tant détourné leur discours. En particulier, à chaque fois que Finkielkraut gardait une phrase choc, puis nuançait son propos en disant quelque chose qui allait dans l'autre sens, le journaliste du Monde n'a cité que la phrase choc. C'est pour ça qu'il parle d'un personnage dans lequel il ne se reconnait pas.

    Je serais le premier à critiquer ce que dit Finkielkraut (notamment quand il dit que la seule raison de ces émeutes est ethnico-religieuse). Mais face au déchaînement médiatique sur cette affaire, j'aurais plutôt tendance, à faire comme le titre d'un article du dernier ReSPUBLICA "D’abord défendre le droit à l’expression de Finkielkraut, ensuite prendre le temps de le critiquer"

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour,
    Finkielkraut est présenté comme un philosophe, au même titre que BHL ou d'autres. Le nie-t-il?
    Je t'invites à revenir sur ce que j'ai cité : 'l'accent, les mots, la syntaxe'
    Je ne parle pas de ce qu'il dit sur la recherche d'un emploi. Et quand bien même je le ferais, que celui qui n'utilise pas de mots d'argots dans son parler de tous les jours lève le doigt...pour autant, parle-t-on ainsi lorsqu'on est devant un employeur potentiel? Finkielkraut a-t-il été présent l'ors d'entretiens d'embauche pour être aussi sûr de ses insinuations?

    Finkielkraut, dans une même phrase admet qu'il y a discrimination et que cette discrimination est (sera) justifiée à cause des émeutes.

    Finkielkraut s'identifie comme juif avant d'être Français par sa défense inconditionnelle d'Israel. On ne peut pas, par ailleurs comparer son identification juive à celle d'un noir, car être noir, ce n'est ni une appartenance religieuse ni culturelle, ni nationale. Personnellement je n'ai rien contre le fait de s'identifier comme juif. Je suis moi-même d'origine juive, et étant donné que ma grand-mère a fui les Nazis, cette origine compte autant pour moi que mon appartenance française. Je suis Français-Britannique d'origine juive-autrichienne et italienne, et je revendique toutes ces appartenances.
    Pour ce qui est de l'antisémitisme. Je suis moi-même anti-antisémitisme(!), et pourtant je critique férocemment Israel. Lorsque Finkielkraut fait l'amalgame entre anti-raciste et antisémite, il est coupable de la même chose que ceux qu'il accuse. Par ailleurs, parmis ceux qu'il accuse, le plus souvent à tort, d'antisémitisme, je ne vois pas de soi-disant 'intellectuels', 'philosophes' ou 'penseurs' (à l'exception peut-être de Tariq Ramadan, dont je n'ai jamais non plus lu de propos antisémites).

    Qui définit 'crime contre l'humanité'? Pourquoi la Shoah, l'ésclavage, ou le génocide auraient ils le monopole? La colonisation fût, elle aussi un acte d'oppression. Nous n'y étions pas pour savoir ce que les colonisés ont endurés, mais l'histoire de la colonisation est parsemée d'actes d'oppression, telle le massacre de 1947 à Madagascar, celui de Jallianwala Bagh en Inde commis par les Britanniques en 1919 entre autres. Si ce ne sont pas des crimes contre l'humanité...

    Encore une fois, relis ce que j'ai écrit. J'ai dit qu'il fallait éffectivement, enseigner tous les aspects de ces crimes, qu'ils soient Français, Britanniques ou même Nazis. Cependant, ces crimes ne pourront jamais être justifiés. C'est pourant ce que Finkielkraut et d'autres insinuent, en s'insurgant contre la tendance à vouloir apparemment accabler l'Occident de culpabilité. Effectivement, les Européens occidentaux ont été coupables de colonisation, tout comme les Allemands ont été coupables de Nazisme. Si on veut montrer les côtés positifs de ces nations, ce n'est ni dans le colonialisme, ni dans la Nazisme qu'on doit les chercher. Il y avait peut-être des 'humanistes' parmis les colonisateurs, puisqu'à l'époque, tous avaient une pensée moins développée, mais aujourd'hui nous savons que cet humanisme était très paternaliste. Et pourtant, encore aujourd'hui, d'aucuns usent de ce soi-disant 'humanisme' pour justifier l'invasion et le viol d'un pays, sans en consulter les citoyens.

    Je répète que j'ai lu l'article original dans Haaretz, et je ne vois pas oû Finkielkraut nuancait ses propos. Il a des contradictions, certes, mais pas de nuance. Si il ne se reconnait pas, je lui conseillerait de faire une analyse!

    Fais comme bon te semble, mais personnellement je me sens tout à fait capable de défendre son droit à l'expression tout en le critiquant.

    RépondreSupprimer
  12. Si ça t'intéresse, tu pourrais lire l'article suivant (en deux parties). C'est un peu long, mais très instructif pour qui voudrait comprendre l'argumentation (ou plutôt la non-argumentation) d'Alain Finkielkraut.
    http://www.lmsi.net/article.php3?id_article=191
    http://www.lmsi.net/article.php3?id_article=193

    RépondreSupprimer
  13. Non, Finkielkraut ne nie pas être un philosophe...
    On ne parle pas avec ses amis de la que dans un contexte professionnel, cela est évident... Toutefois, tout le monde sait que le fameux "accent des banlieues" est assez agressif, et que les jeunes qui se laissent enfermer dans un tel langage ont un vocabulaire plus restreint que les autres.
    En effet, il admet qu'il y a cette "discrimination" du langage, qu'elle sera justifiée par les émeutes. Mais il est contre toute discrimination contre les jeunes de banlieues. Dans l'interview au Figaro le 15 novembre, il se déclarait "résolument solidaire de tous les élèves noirs ou arabes qui, parce qu'ils préfèrent les diplômés aux dealers, se font persécuter, racketter, traiter de «bouffons». Ceux-là doivent être aidés ; la discrimination à l'embauche doit être
    inlassablement combattue ; il faut oeuvrer sans relâche à l'égalité des chances, aller chercher l'excellence dans les cités, détruire les grands ensembles, désenclaver les banlieues.
    "
    Dans Ripostes, il disait qu'il fallait "faire honte" aux casseurs. En refusant de leur faire honte, en disant "c'est normal qu'ils cassent, ils vivent en banlieue", on généralise, et on participe bien plus à l'amalgame banlieue=casseurs, et on renforce ces discriminations.

    Je ne crois pas que Finkielkraut s'identifie d'abord comme juif. Sinon, pourquoi ne parlerait-il qu'une seule fois de l'antisémitisme dans le très long entretien à Haaretz ?
    Quand Tariq Ramadan a publié sur internet un article où il faisait une liste de penseurs accusés de soutenir Israël uniquement parce qu'ils étaient juifs, il a fait ainsi une liste de juifs : le dernier à l'avoir fait avant lui étéiat Le Pen...

    Oui, il y a eu des massacres pendant la colonisation. Mais le crime contre l'humanité doit rester exceptionnel : si on commence à reconnaître des choses non génocidaires comme crime contre l'humanité, cela n'aura plus la même puissance. La colonisation dans son ensemble n'ayant pas de volonté génocidaire, je considère qu'on ne peut pas à coup sûr pas la qualifier de crime contre l'humanité.

    Moi, aussi je me sens tout à fait capable de défense son droit à l'expression tout en le critiquant, c'est d'ailleurs ce que j'ai fait dans mon article. Dans les medias classiques qui en parlent, il est vrai que ça reste assez digne : même dans le Nouvel Obs qui l'allume, Jean Daniel arrive quand même à faire un éditorial le soutenant...
    Mais sur Internet, dans les sites gauchistes, c'est un vrai lynchage....

    Quand aux liens que tu donnes, ils proviennent du site "Les Mots sont importants" de Pierre Tévanian et son camarade Laurent Lévy, tellement contre la loi contre les signes religieux qu'ils ont fondé le collectif "Une école pour tous-tes" dont la seule activité est de dire que cette loi serait raciste... Je suis de la gauche républicaine et laïque, et ces gens, Tévanian et compagnie, nous détestent, nous les laïcs, les républicains, les féministes.

    RépondreSupprimer
  14. Je suis ecoeure de voir que mon texte à été retiré de ce blog concernant Finkielkraut,
    Quand je lis l'entete de ce blog

    Le blog de VinZ
    "Attention, blog sans concession ! Feu à volonté !"

    Ce blog à mon sens defends les interet des juifs et casse les autres par des discours de tolérances.
    Finkielkraut s'excuse ma ca n'empeche pas qu'il l'a balancé son discours sur black.

    Pour moi c'est un antisemite,

    Et Vinz qui dit :

    Par contre, je ne peux pas laisser dire que la colonisation fût un crime contre l'humanité. Oui, ce fût quelque chose d'horrible, mais certainement pas un crime contre l'humanité. Les crimes contre l'humanité, ce sont la Shoah,

    Les crimes contre l'humanité c'est la Shoah !!!! et les autres non.



    Les esclaves déportés dans divers pays pour travailler comme des chiens pendant des années l'Apartheid ,le Rwanda ,la guerre d'algerie et j'en passe, certes y pas eu 6 millions de morts mais la souffrance des ces peuples ont eu les memes concequences.

    ce blog c'est de la propagande.

    maintenant vous pouvais me censurer et retirer ce texte.

    RépondreSupprimer
  15. Alors, pour répondre : oui, j'ai supprimé un commentaire. Ce que je ne fais jamais d'habitude : je garde même les commentaires qui flirtent avec le racisme ou l'antisémitisme, pour mieux démonter ensuite leurs arguments .

    Je n'ai pas censuré le commentaire en question parce que j'étais en désaccord, mais parce qu'en plus de flirter avec l'antisémitisme, il était incompréhensible.

    Quand tu dis "Ce blog à mon sens defends les interet des juifs et casse les autres par des discours de tolérances" : non, ce blog ne défend aucun intérêt particulier, il défend les valeurs de la République, plus précisément celle de la gauche républicaine.

    Si je m'en prends à Dieudonné et que je défends Finkielkraut, ça n'a rien à voir avec l'origine de l'un ou de l'autre. C'est simplement que Dieudonné est raciste, et que Finkielkraut ne l'est pas. J'ai suffisament lu ce que racontaient l'un et l'autre pour le savoir.

    Quand tu cites ce que j'ai dit sur les crimes contre l'humanité, tu n'as même pas l'honnêteté de conserver la fin de la phrase : j'ai dit "Les crimes contre l'humanité, ce sont la Shoah, l'esclavage des noirs, et toutes ces choses génocidaires"

    RépondreSupprimer
  16. C'est discriminatoire de juger qqn par rapport à sa façon de parler. Nous vivons dans un pays anciennement colonialiste, et donc multi-ethnique, multi-culturel. Je suspecte Finkielkraut, et toi aussi, de n'avoir pas plus d'expérience des banlieues que moi, et donc, je pense que parler de soi-disant discrimination entre 'diplomés' et 'dealers' relève d'une généralisation basée sur une vision fantaisiste que les médias portent sur les banlieues.
    Si Finkielkraut a des propos plus ou moins tolérants selon à qui il parle, cela ne montre que son hypocrisie.
    D'autre part, je pense que d'insinuer que l'intégration doit passer par l'assimilation est un discours de rejet de l'autre en soi. Si on accepte l'autre, on l'accepte tout entier, culture et tout, sans demander qu'il s'assimile à une soi-disant culture française.
    Finkielkraut a assez parlé dans divers articles (dont celui que cite LMSI) de l'antisémitisme et/ou des juifs. Dans l'interview de Haaretz, il met les juifs sur un pied d'estal, comme si les juifs pouvaient être généralisés comme un groupe homogène. Laurent Lévy désaprouverait!
    Je me demande si tu as lu le texte de Tariq Ramadan. Moi oui, et il n'y a rien qui montre qu'il s'attaque aux 'intellectuels' qui défendent coûte que coûte Israel simplement par-ce qu'ils sont juifs. Il se trouve que la grande majorité de ceux qui défendent à tout prix Israel sont juifs. Mais tous les juifs ne défendent pas Israel quoi qu'il arrive.
    De dire que seuls certains massacres peuvent être qualifiés de 'crime contre l'humanité' relève de la politique. La colonisation est un crime, et elle est un crime à l'encontre de l'humanité. Le fait que certains crimes soient plus ou moins horribles, n'en fait pas plus ou moins des crimes. Je suis d'origine juive, je suis là car ma grand-mère a pu fuir l'Autriche et les Nazis. Ce n'est pas pour autant que je vais m'accaparer le terme 'crime contre l'humanité'.
    Ecoutes, il est tojours très facile de traiter ceux avec qui on est en désaccord de 'gauchistes' ou 'droitistes' ou autres insultes, mais cela n'avance en rien l'argument.
    Cela va de même pour LMSI. Si tu as lu les liens, je te demande d'argumenter ton opposition, et non d'user de l'assassinat de caractère. Tévanian et compagnie sont par ailleurs des féministes, tout comme je le suis moi aussi, tout en étant opposé à la loi qui exclut les élèves voilées de l'école. Dire que nous sommes anti-féministe insinue que nous sommes POUR le voile, alors que s'opposer à une exclusion des filles voilées n'équivaut pas à justifier le port du voile. N'importe quelle personne sensée est capable de comprendre cette logique.

    RépondreSupprimer
  17. Je te conseille de lire l'essai "La Révolte des banlieues ou Les Habits nus de la République" de Yann Moulier Boutang, qui est un professeur de sciences économiques et chercheur (ce qui est autrement plus concret que le très vague 'intellectuel'). je peux même te l'envoyer si tu veux. Sinon, tu le trouveras aux éditions Amsterdam pour 5 Euros.

    RépondreSupprimer
  18. C'est discriminatoire de juger quelqu'un à sa façon de parler ??? Si on le juge sur son accent pour le juger sur ses origines, oui, c'est discriminatoire. Si on le juge sur la façon dont il module sa voix (ton agressif ou pas ?) et sur le vocabulaire qu'il emploie, non ce n'est discriminatoire, c'est simplement chercher à savoir son niveau de culture.
    Je vois pas en quoi parler de diplômés et de dealers dans les banlieues est fantaisiste. J'ai lu il y a pas longtemps dans Marianne qu'il y avait en proportion légèrement plus d'étudiants chez les jeunes dont un des parents est étranger que chez un jeune avec deux parents français. Il y a dans les banlieues des jeunes qui ne rêvent que d'une seule chose, s'en sortir. Nier qu'il existe en banlieue des jeunes qui veulent s'en sortir et d'autres qui ne veulent pas s'en sortir, c'est mélanger tout le monde, et nuire à ceux qui veulent s'en sortir en les amalgamant avec les casseurs.

    Sur les propos de Finkielkraut qui seraient plus ou moins "tolérants" selon à qui il parle. Je pense que lorsqu'il est dans un débat, il modère naturellement son propos, et que, lorsqu'il parle tout seul, il n'y a personne pour le contredire, et donc il va plus loin. Mais je ne vois pas la moindre intolérance dans ses propos.
    Selon, toi, dire qu'intégrer, c'est assimiler, ça serait un rejet de l'autre en soi ? Pour toi, il faut tout accepter ? L'excision puisque c'est une tradition de certains peuples ? Les propos de l'imam de Vénissieux, selon lequel on peut battre sa femme, puisque c'est dans le Coran ? Et plus généralement, le multiculturalisme est une connerie : il ne faut pas faire co-exister une culture française, un autre juive, une autre arabe, etc., qui s'ignoreraient ; il faut que toutes les cultures amenées par tous les immigrants en France se mélangent, se fondent, dans une culture commune : par exemple, le couscous est rentré totalement dans la culture française alors qu'il y a quelques années, c'était encore un plat "exotique"... Bien sûr, il ne faut pas nier les cultures d'origine de quiconque, mais il faut les considérer sur l'apport qu'elles peuvent amener à une culture commune.
    C'est toujours une question de nuance, trouver les points communs sans nier les différences.

    Je ne vois pas en quoi Finkielkraut met les juifs sur un piédestal... Il y a déjà plus de 20 ans, dans le Juif Imaginaire, il s'en prenait à ceux qui cherchent à s'approprier la Shoah, et aujourd'hui il s'en prend au "droit à la Shoah pour tout le monde", à ceux qui veulent avoir leur Shoah à eux, leur crime de l'humanité dont auraient été victimes leur ancêtres... Dans les deux cas, il s'agit d'éviter de trop regarder le passé. Quand on nous dit que la France refuse d'assumer son passé esclavagiste, alors qu'elle a voté en 2001 la loi Taubira qui en fait un crime contre l'humanité, on a envie de répondre "vous voulez quoi de plus ?".

    Sur le texte de Ramadan sur les "nouveaux intellectuels communautaires", il ne contient pas de propos antisémites à proprement parler, mais nul doute pour moi que sa motivation soit antisémite. C'est, je le redis, le seul personnage public depuis Le Pen à avoir fait une liste de juifs en les attaquant sur les origines. La majorité des Juifs est solidaire d'Israël, comme la majorité des Arabes et des Musulmans est solidaire de la Palestine. Par contre, accuser ces intellectuels de défendre à tout prix Israël est une connerie. Ils défendent tous l'existence de 2 états, un Palestinien, un Israélien.
    Finkielkraut en particulier a toujours soutenu la gauche travailliste israélienne. Il a été très très critique sur Sharon au début de son mandat. Et puis Sharon a fait évacuer Gaza. Beaucoup de gens espèrent que Sharon sera le De Gaulle du Moyen-Orient. Oui, Sharon était vraiment à droite, mais depuis qu'il est arrivé au pouvoir et qu'il a été confronté à la réalité, il s'est déporté vers le centre, quittant même le Likoud pour pouvoir continuer son plan de désengagement. Si Sharon réussit là où tout le monde a échoué depuis des décennies, tant mieux. Laissons-lui le bénéfice du doute.

    Comme je le disais tout à l'heure, aujourd'hui, tout le monde veut SON crime contre l'humanité... C'est dangereux, il faut réserver ce terme pour les choses les plus horribles. La colonisation a été dans son ensemble quelque chose d'horrible, mais il n'y a pas absolument pas crime là-dessous.

    Je ne "traite" pas ceux avec qui je suis en désaccord de "gauchistes", je ne fais que le constater. Et puis, je préfère parler de gauchistes que d'extrême-gauche, parce qu'il y a aussi des gens bien à gauche de la gauche. Par gauchistes, je désigne la minorité bruyante et crétine au sein de l'extrême-gauche.

    Sur LMSI...
    Depuis mon dernier commentaire, j'ai appris des trucs... Tu le sais peut-être, il était devenu le patron de la section de Paris-XXème du MRAP. Et il a dû quitter cette association (qu'on ne peut pourtant pas suspecter d'être pro-sioniste) à cause des remous provoqués par un entrevue avec Dieudonné publiée sur les Ogres, où il a tenu des propos jugés racistes et antisémites par certains autres membres du Mrap...
    Tu as le droit d'être contre la loi sur le voile. Mais Tévanian, Lévy et compagnie ne s'arrêtent pas là : ils accusent cette loi d'être raciste, ce qui est franchement con ! Si on a fait cette loi, c'est par un souci laïque ! Très peu de filles voilées le font réellement avec bonheur. Cette loi a permis à la majorité d'entre elle de pouvoir ce débarasser au moins à l'école de cet objet de "mutilation sexuelle" pour reprendre l'expression de Chadortt Djavann. Quant à celles qui le portent délibérément, elles font preuve d'un fondamentalisme qu'on ne peut accepter à l'école laïque... Si elles veulent porter le voile en cours, y a des écoles coraniques pour ça !

    RépondreSupprimer
  19. Je vois que tu ne réponds pas à mes commentaires, mais à côté.
    Je le répète, qui te dit que les jeunes 'de banlieue' ne savent pas parler 'correctement' devant un employeur potentiel? Parles-tu de la même façon devant tes amis que devant un employeur potentiel? Moi non.
    Je le répète, je pense qu'il est fantaisiste de réduire la situation des jeunes de banlieue à un choix entre diplômés ou dealers. Aussi, il est simpliste de nier les causes du crime, oû qu'elles soient.
    Effectivement, Finkielkraut va plus loin, quand il est seul face à un journaliste, surtout un qu'il croit être un symapathisant à sa cause: il va jusqu'à des propos franchement réactionnaires, voire xénophobes. Les propos qu'on a évoqué ici-même montrent bien son intolérence de l'autre. Continues à le nier, si tu veux, c'est ton choix.
    Je ne suis pas d'accord avec ta définition du mélange culturel. Il n'y a guère qu'en France (du moins dans le monde 'démocratique') qu'on veut créer une culture commune. En fait, ce n'est même pas le cas. En réalité, il est clair pour toute personne qui se donne la peine de réfléchir, que les immigrés et leurs déscendants sont tenus dans la république de s'assimiler à une culture bien française et bien chrétienne, malgrès le leurre de la laïcité. La culture ET la religion chrétienne se portent très bien dans la république. D'ailleurs, ça peut t'intéresser que j'ai parlé ce soir à un ami franco-français(pas bâtard comme moi!) de Singapour oû il a vécu un temps. Il m'a expliqué que c'est un état multi-culturel, et que la culture singapourienne est aussi multi-culturelle. Ce qu'il m'a dit a confirmé pour moi la nature fantaisiste qu'a ce que Laurent Lévy (qui apparemment est un laïque confirmé)appelle le 'spectre du communautarisme'. En effet, il y a a Singapour différentes communautés ethniques, qui-et ça rejoint la situation an Grande-Bretagne-constituent des communautés bien distinctes au sein de la société, mais au niveau de l'état, et dans les médias, sont représentées de manière équivalente. Ce n'est sans doute pas parfait en GB, et bien sûr Singapour n'est pas un modèle de démocratie, mais il me semble que ce multi-culturalisme n'est pas un des aspects les plus négatifs. Un autre exemple qui va dans ce sens est l'Inde (qui reste malgrès tout une société plutôt tolérante et pacifique étant donné sa taille et son histoire). On peut choisir de se 'voiler' la face, ou on peut regarder la réalité multi-culturelle de notre société en face. Sachant, que si on choisit la première option ça finira forcément par nous péter à la gueule, comme on l'a vu récemment. Je pourrais t'en dire un peu plus sur Singapour, car j'y vais ces vacances.
    Personne n'a démontré que la majorité des jeunes filles musulmanes qui portent le voile EN FRANCE le font par obligation. Il est d'autre part de très mauvaise foi, voire d'un manque de respect extrème de comparer le port du voile à des pratiques portant atteinte physiquement à une femme ou un homme. C'est vraiment malhonnête.
    Si l'intégration du couscous dans la cuisine française(et franchement je ne dirais qu'on puisse parler de la cuisine française comme ouverte à l'exterieur)prouve l'intégration de cultures étrangères, je trouve qu'on est mal barré. Si tu connais un peu la scène musicale Indo-Britannique (British Asian), je te demande de me dire qu'est-ce qui est comparable en France, à part Rachid Taha, peut-être, et encore...Et qu'en est-il de politiciens ou de personnages médiatiques d'origine maghrébine, asiatique, africaine, ou même des Dom-TOMs?
    J'ai déja parlé des propos élogieux de Finkielkraut sur le peuple juif, le Shul etc. Réfères-t'y, si tu veux bien t'en donner la peine.
    Par contre, tu n'a donné aucun élément qui montre en quoi T. Ramadan attaque les 'intellectuels' juifs SUR leur origine.
    Lorsque je parlais des juifs qui défendent Israel coûte que coûte, je parlais de leur refus de critiquer Israel sur ses actions par rapport aux palestiniens. Les palestiniens sont sans état. Comment peut on mettre sur un pied d'égalité un peuple sans état, et un peuple avec état et en plus avec la troisième force militaire au monde(si je ne me trompe)? De plus, il est faux d'insinuer que tous les arabes soutiennent les attentats contre des civils israeliens, alors qu'en soutenant Israel, les 'intellectuels' juifs soutiennent de facto les attaques contre les civils palestiniens. Question de nuance...
    Autre nuance. Sharon n'est pas une colombe. Un de ses adjoints, a même dit que le retrait DE GAZA servait à maintenir le status quo. Qu'en est-il de la Cis-jordanie? Qu'en est-il du mur?
    Si tu dis qu'envahir un pays souverain n'est pas un crime, alors l'occupation nazie de nombreux pays n'était pas un crime? Je trouve cela abérrant de vouloir nier comme cela la souffrance de peuples aux mains d'autres.
    Sur LMSI, qui est devenu patron de la section du MRAP? LMSI? LMSI n'est pas une personne, mais un groupe. Explique toi, stp. Ainsi que sur les propos 'racistes'. Comme dans le cas de Ramadan, tu te contentes d'accuser. C'est pourtant pas difficile:je ne te demande que d'adresser les opinions exprimés dans les articles que j'ai posté.
    De même pour tes commentaires sur les opinions de Tévanian&co sur la loi contre le voile à l'école. Si tu n'es pas d'accord avec leurs arguments sur sa nature raciste, propose des arguments. La loi vise apparemment tout signe religieux, et pourtant même ses défenseurs admettent qu'il s'agit d'une loi sur le voile. De prétendre que les filles musulmanes en France sont forcées à mettre le voile, c'est mal connaitre la question. D'une part, une grande partie des premiers immigrants maghrébins sont laïques. Si tu t'intéresse un peu à l'immigration et à ses aspects psychologiques, tu sauras que c'est souvent les troisièmes générations qui se retournent vers leur culture d'origine. Quand on sait que les populations d'origine maghrébine sont particulièrement discriminées par rapport à d'autres minorités ethniques, il est d'autant plus compréhensible qu'elles sentent le désir de revenir à leurs origines. Même moi, qui suis tout à fait 'intégré' dans la société française, je sens une forte attirance pour mes origines que je n'ai même pas connu.
    D'autre part, c'est aussi assez hypocrite de la part des dirigeants de dire que la loi vise à protéger les jeunes filles musulmanes. Si l'on pense que ces jeunes filles sont forcées à porter le voile, alors pourquoi empirer leur situation en les obligeant à provoquer leurs 'pères' et 'grands frères' qui, d'après certains républicains bien pensants, les attendent à la sortie de l'école?
    Pour terminer, autant que je sache, il n'y a pas d'école coranique en France, et d'ailleurs nombreux sont les musulmans qui s'y opposent. Ils voudraient seulement que leurs enfants, qui sont aussi les fils et filles de la république, puissent aller librement à l'école de la république, c'est à dire en éxercant leur droit à la libre expression.
    Un dernier truc:ça t'intéresse le livre de Y M Boutang ou pas?

    RépondreSupprimer
  20. Je ne comprends pas pourquoi des gens cherchent à nous faire croire que Finkielkraut n'est pas raciste et antisémitique. Nous avons tous lu son interview et là on vient nous parler de traduction...Mais les faits sont là. Hitler quand il capturait un soldat français Noir le montrait à ses troupe en ces termes " voilà un soldat français " et ceci provoquait un rire généralisé. Finkielkraut dit la même chose " L equipe de france est black black black , ce qui est la risée de l'Europe ". Avec de telles affirmations il se trouve des gens pour venir nous faire croire à autre chose.
    De grâce Dieudonné lui n'a pa eu droit à cet " comprenhension " mais à un lynchage médiatique bien orchestré.
    Finkielkraut est raciste tout le monde le sait POINT

    RépondreSupprimer
  21. Finkielkraut a expliqué d'où venait ce prétendu rire suscité par l'équipe de France...
    Quand il était jeune, son père (polonais) regardait la composition de l'équipe de France, et lui disait en rigolant, devant cette équipe emmenée par Kopa et d'autres polonais, qu'il n'y avait pas de vrais Français dans l'équipe. Et c'est, selon lui, ce qu'il a voulu faire lorsqu'il a parlé du "ricanement dans toute l'Europe" : il est vrai que nos voisins se moquent gentiment de nous, les français "de souche" blancs, majoritaires dans la population française mais si mauvais en sport que nous sommes minoritaires dans l'équipe nationale.
    Je crois en l'explication de Finkielkraut. Mais après il est vrai que l'expression "black-black-black" est relativement choquante.

    Mais en tout cas, je reste persuadé que Finkielkraut n'est pas raciste !

    RépondreSupprimer
  22. Jez>
    je n'ai pas dit que les jeunes de banlieue ne savaient pas parler correctement devant un employeur potentiel, simplement de ceux d'entre eux qui ne savaient pas le faire. Et Finkielkraut, dans l'interview à Haaretz ne dit pas plus :
    "Imaginez simplement que vous tenez un restaurant et que vous êtes antiraciste. Vous pensez que toutes les personnes sont égales et aussi que vous êtes Juif. En d'autres termes, parler d'inégalité entre les races est un problème pour vous. Et disons qu'un jeune homme de banlieue vient vous voir pour un emploi de serveur. Il parle la langue de la banlieue. Vous ne l'embauchez pas pour le job. C'est très simple. Vous ne l'embaucherez pas parce que c'est impossible. Son travail est de vous représenter et cela requière de la discipline et de bonnes manières, ainsi qu'une certaine façon de parler. Et je peux vous dire que les Français blancs qui imitent le code de comportement des banlieues — et une telle chose existe — rencontreront exactement le même problème."

    Tu dis "il n'y a guère qu'en France qu'on veut créer une culture commune". Moi, j'en suis fier. Le multi-culturalisme, la co-existence de communautés qui s'ignorent, je n'y crois pas. Tu donnes l'exemple de l'Angleterre, on a vu ce que ça a donné : le Londonistan et les attentats de juillet, les émeutes raciales de Birmingham il y a quelques semaines. Pourquoi y a-t-il des émeutes raciales en Angleterre, en Australie, aux États-Unis et pas en France ? Parce qu'en France, nous vivons ensemble, et que quand on vit avec les autres, on est beaucoup moins tenté par le racisme. Parce quen France, on essaye de croire encore a une identité nationale, où quelque soient notre couleur de peau, notre religion, nos origines, on a la volonté de vivre ensemble.

    Sur le voile, si la majorité de filles qui le portaient le faisaient vraiment par conviction et non pas par obligation, elles n'auraient pas si facilement accepté dans leur immense majorité de l'enlever pour pouvoir continuer d'aller en cours.
    Des artistes d'origine africaine en France ? Pas mal de rappeurs, mais aussi Taha, Ridan, Noah...
    Le peuple de l'herbe (que j'ai d'ailleurs vu à Solidays, excellents) me semble être un équivalent français de Asian Dub Fundation...
    Des politiques d'origine extra-européenne ? Y a dans le gouvernement actuel deux Arabes (Mekachera, Begag) et un Guyanais (Bertrand). Au PS, y a Malek Boutih, Harlem Désir, Fadela Amara (la filière SOS-Racisme/NPNS quoi). A l'UMP y a Rachid Kaci... Le PRG avait présenté Taubira comme candidate en 2002... Oui, ce ne sont pas des politiques de premier plan, mais on verra dans dix ans...
    Dans les médias ? Audrey Pulvar qui présente le 19/20 sur F3, Sébastien Folin la météo sur TF1, ou sinon l'excellent Rachid Ahrab qu'on voit depuis des années à la télé, etc.

    Sur Ramadan, moi je lis "des intellectuels juifs français que l’on avait jusqu’alors considérés comme des penseurs universalistes ont commencé, sur le plan national comme international, à développer des analyses de plus en plus orientées par un souci communautaire. S'en suit une liste de ces intellectuels juifs, qui ne le sont d'ailleurs pas tous. Il accuse ces intellectuels de se sentir juif avant de se sentir autre chose. Ca me rappelle furieusement Le Pen qui pointait du doigt les journalistes israélites (et déjà là, étaient englobés dans la liste des non-juifs, comme J-F Kahn).

    Euh je ne connais pas la force militaire israélienne, par contre il est vrai qu'on dit souvent du Mossad qu'il s'agit des meilleurs services secrets au monde (faut dire qu'avec le nombre d'attentats qu'ils ont a empêcher, ça aide).
    Je n'ai jamais insinué que tous les arabes soutiennent les attentats. Par contre, il est vrai qu'il existe une bonne partie de gens qui cautionnent les terroristes palestiniens du Hamas. La cause palestinienne est on ne peut plus juste, mais les terroristes (qui se font sauter dans des bus avec comme seul but de tuer le plus de juifs possibles) sont des salauds.
    Toi, tu ne te gênes pas pour dire qu'"en soutenant Israel, les 'intellectuels' juifs soutiennent de facto les attaques contre les civils palestiniens". Alors que c'est totalement faux. Ce que cherche à faire Tsahal c'est éliminer les terroristes ; si les terroristes ne se cachaient pas dans des villages pour se servir des populations comme de boucliers humains, il n'y aurait pas de victimes civiles. Je suis plutôt pro-israélien, et toutes les bavures commises par Tsahal me débectent.
    Sharon n'est pas une colombe. Oui, certes. Mais bon, Rabin n'en était pas une non plus. Quel général était le chef de l'état-major israélien lors de la guerre des Six-Jours, la plus grande victoire militaire d'Israël, qui a conduit à l'occupation de Gaza et de la Cisjordanie ? Le général Rabin ! Et puis, il s'est un jour rendu compte que la situation était intenable, qu'il fallait arrêter les guerres et donner un état aux Palestiniens. Depuis qu'il est au pouvoir, Sharon semble avoir pris le même chemin. Je n'en suis pas sûr, mais comme je le disais, je lui accorde pour l'instant le bénéfice du doute. Je pense que l'affirmation que le retrait se limiterait à Gaza était là essentiellement pour satisfaire le Likoud qui rêve encore du grand Israël. Pourquoi aurait-il quitté le Likoud pour créer un parti au centre (Kadima) qui l'amènera certainement à mener un gouvernement d'alliance avec les travaillistes (favorables au retrait total des territoires occupés), s'il n'était lui-même favorable au retrait de la Cisjordanie ? Quant au mur... si on arrive à deux états séparés par un mur, bah ça ne sera pas très grave : l'essentiel sera là (les deux états), et puis le mur sera certainement détruit au bout de quelques années.

    Sur LMSI, je parlais de Tévanian. Dans ma tête, j'avais dû faire l'équation LMSI=Tévanian, en écrivant mon message, et c'est ainsi que je me suis retrouvé avec un "il" non défini, je m'en excuse.
    Donc, oui, c'est de Tévanian dont je parlais. Y a une (très) longue lettre dans laquelle Tévanian explique son départ, tu peux la trouver sur le site d'Alain Soral (personnage que je n'aime pas particulièrement).
    Quand je disais dans un commentaire plus haut qu'il détestait la gauche républicaine et laïque, il qualifie dans cette lettre mes amis de ReSPUBLICA de site "national-républicain chauvin, franco-centriste, islamophobe et à l’occasion anti-arabe et antisémite"...

    Oui, la loi sur les signes religieux vise essentiellement le voile. La raison est que l'Education Nationale avait un nombre très faible de cas lié à des croix ou à des kippas, et des centaines liés au voile. Ce qui représente une infime partie des musulmanes de France.
    Et oui, la loi vise à protéger les jeunes filles musulmanes, en les écartant de cet objet de mutilation sexuelle qu'est le voile.

    Moi je suis très laïc. Un laïciste ou un laïcard comme nous appellent ceux qui veulent nous dénigrer. Un signe religieux n'a rien à faire à l'école publique : ni croix visible, ni kippah, ni voile.
    Laisser ces filles porter le voile au nom de la libre expression ? Moi, je crois que la religion doit rester dans un sphère privée, et donc surtout pas de voile (qui a pour but de faire que, dès qu'on regarde la personne, on se dise "elle est musulmane" ; donc pour but de clamer une identité religieuse). Les lois laïques de la France passent avant les préceptes religieux.

    Sinon, le livre de YMB, non ça ne m'intéresse pas. Je me suis renseigné sur ce mec, je suis tombé sur l'article "Les vieux habits neufs de la République" où il donnait les arguments qu'il a certainement développé plus en profondeur dans son livre. Donc, il soutient les émeutiers. Je vois même qu'une partie des ventes de ce livre servira à défendre les émeutiers face à la justice. Défendre les émeutiers ? Ces petits cons qui brûlent les voitures des pauvres, les écoles, les bus, mais pas les McDo ou les magasins de Nike ? Jamais. Il y a des tas de raisons d'être en colère. Mais ça ne doit en aucun cas excuser leurs actes.

    RépondreSupprimer
  23. Mohand (prénom d'origine Kabyle !)

    hééé bien d'abord, salut à tous ! ( si sa peu détendre un petit peu ...lol!), je tiens tout d'abord à féliciter Vinz pour ce blog car en ayant pris la peine de lire TOUS les commentaires du blog, je constate que les principaux point de vues sur les propos décevants tenues par A. Finkielkraut sont tous publiés et tant mieux !
    Bon ben moi ausi je vais y aller du mien !
    Je vis en banlieu,( je le précise car cela peu être interressant d'avoir le point de vu d'une personne comme moi sur cet article par contre, je ne prétend pas non plus détenir "la vérité" !) et croyez moi, j'ai pris la peine de lire l'ensemble de cet article en anglais (ma parole !) et j'ai étais tous simplement écoeuré !! Sur tous les propos de A. Finkielkraut publiés dans le magazine Haaretz je pense peut-être bêtement qu'il n'y a pas à les justifier, le racisme est INJUSTIFIABLE point finale ! A. Finkielkraut s'est excusé, oui mais de quoi? en gros sur ces escuses j'ai le sentiment qu'il ne regrette qu'une chose: c'est de ne pas avoir pu contrôlé la publication de ces propos et il parle de "personnage qui aurait pu blesser ou choquer certaines personnes..." comme si ce personnage n'était pas lui mais quelqu'un d'autre alors qu'il ne nie absolument aucun de ces propos parues dans Haaretz !!
    Je ne comprend pas ta réaction Vinz de vouloir "défendre" A. Finkielkraut en avançant des arguments qui ne sont pour l'ensemble que des interprétations : tu ne peux pas t'exprimer à la place de A. Finkielkraut, tu n'est pas dans sa tête pour savoir ce qu'il pense !
    Par ailleur je ne comprend pas le mépris qu'a A. Finkielkraut envers des jeunes de cités comme nous, OK ils nous arrive de parler en ver-len et en argo mais bon-sang, cela justifie-t-il un tel mépris! Oui je parle de mépris car j'ai vu deux émission T-V où il en à fait preuve :
    _ l'émission Riposte, où il a été soit-disant face aux "méchant arabes communautaires" alors que lui tel un chevalier blanc il défendait seul les valeurs de la république par les propos suivants : " JE LES APPELLES FRANCAIS issue DE l'immigration MAGREBINNE CAR LES AUTRES NE BRÛLENT PAS LES ECOLES !" ...Heuuuu je tiens à dire que dans ces émeutes il y'en avait de toutes les origines : blanches, noires, arabes, portuguaises, asiatiques et même juives ! maintenant si y'en a que pour les noirs et les arabes c'est tout simplement que dans les banlieux, ils y sont parqué en majorité par des causes historiques.
    _ puis dans l'émission Culuture et dépendance, où A. Finkielkraut s'en prend tout simplement au pantalon Baguy !!! Il parle en gros de pantalon grotesque et je ne sais plus puis il compare ce pantalon a notre façon de nous habiller puis à notre façon de parler avec que des clichés que même Le pen ne tiendrait pas !

    Bref ! Je ne demande qu'à avoir tord sur ce que je pense de A. Finkielkraut, je n'ai rien contre lui, car moi, je ne juge pas les personnes sur leurs origines, leurs façons de parler ou de s'habiller, la preuve : je ne l'ai pas fait sur A. Finkielkraut, alors que je pourrai m'en prendre à sa coupe de cheuveux et y aller moi aussi de clichés grotesques !

    SVP Vinz, publies cet article et donnes-y une réponse car comme je l'ai déja dit: je ne prétend pas détenir la vérité, comme toi d'ailleur car sinon je ne pense pas que tu prendrai la peine de donner la parole à TOUS !

    Sur ce, merci et bonnes fêtes à toutes et à tous !

    RépondreSupprimer
  24. Alors, sur les interprétations que je donne sur Finkielkraut.
    J'aime bien le personnage, notamment ce qu'il peut dire sur l'école. Je l'écoute souvent à la radio.
    Je l'écoutais notamment avant l'"affaire" Haaretz. Donc, toutes les idées de Finkielkraut qu'on trouve dans cet article, je les avais déjà entendues, développées dans leur longueur, justifiées. Et j'ai aussi lu les "excuses" qu'il a faites sur E1 et dans le Monde, et j'ai écouté ses émissions de radio où il revenait sur la polémique. Donc, je pense connaître un peu les convictions réelles de Finkielkraut, et je n'y vois aucun racisme. Et quand je donne des interprétations, je ne fais que reprendre ce qu'il a lui-même dit de ses propos.

    Franchement, il a été piégé par le journaliste pro-émeutier de Haaretz, puis par le découpage orienté qu'en a fait le journaliste du Monde, qui a fait un puzzle de citation et créé un personnage détestable, dans lequel il ne se reconnait pas. Dans l'interview faite par Elkabach, il dit ceci :
    .-P. E. : Mais n'entretenons pas alors la haine. Alors ce matin, Alain Finkielkraut, ici, qu'est-ce que vous dites aux Français d'origine africaine et maghrébine qui se sentent blessés et insultés par vos propos?
    A. F. : Je leur dis que je déteste autant qu'eux le personnage né de ce puzzle, que je ne lui serrerais pas la main. Je leur dis que je ne pense pas comme lui.


    Mais le problème de Finkielkraut, c'est qu'il essaye de développer un discours dans une société on ne retient que les phrases chocs et non les explications.
    Moi, franchement, je l'ai trouvé très bon à Ripostes, mes amis de la gauche républicaine aussi.
    Crois-moi, Finkielkraut ne méprise pas les jeunes de banlieue dans leur ensemble, mais seulement la minorité de casseurs qu'il y a en leur sein. Il disait dans une interview au Figaro quelques jours plus tôt "Dans cette affaire, il faut évidemment se garder de stigmatiser une population. Né polonais en France, je suis moi-même un immigré de la seconde génération, et je me sens résolument solidaire de tous les élèves noirs ou arabes qui, parce qu'ils préfèrent les diplômés aux dealers, se font persécuter, racketter, traiter de «bouffons». Ceux-là doivent être aidés ; la discrimination à l'embauche doit être inlassablement combattue ; il faut oeuvrer sans relâche à l'égalité des chances, aller chercher l'excellence dans les cités, détruire les grands ensembles, désenclaver les banlieues. ".

    Sur ce qu'il a dit à Ripostes. Oui, il faut appeler un chat un chat. Bien évidemment qu'il y avait une minorité d'"européens" parmi les casseurs. Mais la majorité des casseurs, ceux qui parlaient aux medias, mettaient en avant leur origine maghrébine ou africaine en expliquant qu'ils étaient en colère parce qu'ils étaient victimes de discriminations à cause de ça. On ne peut pas à la fois accepter que les casseurs se servent de quelque chose lié à leurs origines (les discriminations dont ils sont victimes) pour justifier leurs actes, et reprocher à Finkielkraut de parler de leurs origines. Ce sont les casseurs eux-mêmes qui ont donné une explication ethnique au conflit. Après, je pense personnellement que ce ne sont pas des émeutes ethniques, que la rebellion vient essentiellement de la pauvreté.

    Sur le pantalon baggy... Oui, j'avais vu cette émission. Si je suis assez d'accord d'habitude avec son discours antimoderne, il est vrai que là, ça faisait un peu "vieux con". Mais il y a quelque chose dans ses idées qui se rapproche de "si on ne demande même pas aux jeunes de s'habiller correctement à l'école, comment voulez-vous qu'ils respectent l'autorité de l'école ?". Mais enfin, je trouve ça quand même très anecdotique, le discours sur le baggy...

    Si j'ai écrit cet article de mon blog, c'est que je crois sincèrement que Finkielkraut n'est pas raciste, et que je trouve ça infâmant pour quelqu'un d'être traité de raciste quand il ne l'est pas. Après, je trouve que parmi ce qu'il a dit à Haaretz, y a des conneries.
    C'est vrai qu'on a l'impression qu'il ne tape que sur les noirs et les Arabes, mais comme il le dit dans Haaretz, il est "color-blind", il se moque de la couleur de peau de la personne. Et il est aussi exigeant avec les Arabes et les Noirs qu'il peut l'être avec les Blancs et les Juifs. Je crois que c'est Malek Boutih du PS qui j'avais entendu dire que pour lui, un arabe ou un noir qui fait une connerie n'a pas plus d'excuse qu'un blanc qui fait une connerie. Moi, je suis d'accord avec ça, si j'étais arabe, je me sentirais humilié par un discours qui consisterait à dire "c'est normal qu'il fasse des conneries, il est arabe".
    Finkielkraut est dans le même axe de pensée, et dans Haaretz, il s'en prend surtout à ceux qui jugent les émeutiers sur la couleur de leur peau, à ceux qui les excusent parce qu'ils sont noirs, mais traiteraient ces mêmes émeutiers de fascistes s'ils étaient blanc. Pour lui, brûler la voiture d'un pauvre de banlieue, ça le révolte, et il ne supporte pas qu'on leur trouve des excuses.
    Mais c'est vrai que même si cela part de convictions radicalement différentes, ça ressemble parfois un peu à un discours FN. Et c'est l'amalgame qui est fait et qui est dangereux. Finkielkraut n'a absolument rien à voir avec le FN, même s'ils tentent de récupérer ses propos. Il a des convictions qui viennent de la gauche républicaine.

    Sinon, oui, je laisse les avis s'exprimer... Quoi de plus intéressant que de confronter son avis à celui d'autres qui ne sont pas d'accord ? C'est d'ailleurs le principal intérêt des blogs.

    RépondreSupprimer
  25. Je passe comme sa par hazard et PAF directe une réponse !

    BAAA ok ok sa me rassure tout simplement de voir ce que A. Finkielkraut dit dans l'interview faite par Elkabach : "(A.F.): Je leur dis que je déteste autant qu'eux le personnage né de ce puzzle, que je ne lui serrerais pas la main. Je leur dis que je ne pense pas comme lui."
    ou encore : "[...] je suis moi-même un immigré de la seconde génération, et je me sens résolument solidaire de tous les élèves noirs ou arabes [...] "
    Sa fait du bien de lire sa ! Car j'avoue bêtement que A. Finkielkraut en avait non pas sur les noirs et les arabes ( je savais que c'était con de penser cela !) mais particulièrement sur les jeunes des cités mais il s'avère d'après ta réponse que ...NON !

    Mais bon il n'y a pas non-plus dans les cité soit que des diplômé en minorité et le reste de dealers, de voyoux ou autres ! Mais bon ...

    Aussi je constate que quand tu prend la défense de A.Finkielkraut j'apprécie que tu sois choquer par les propos sur l'équipe de France " black black black" mais bon comme tu le dis toi même, le problème est de développer un discours dans une société dont on ne retient que les phrases chocs et non les explications.

    Mais je t'avoue que je reste perpelexe en ce qui concerne l'émission Riposte où il dit : " JE LES APPELLES FRANCAIS issue DE l'immigration MAGREBINNE CAR LES AUTRES NE BRÛLENT PAS LES ECOLES !" , tu l'explique par le fait que les casseurs qui expliquent leurs actes de violences avancent leurs origines et cela donne donc le droit à A. Finkielkraut de tenir ce genre de propos ? Toi même tu ne le fait pas, alors pourquoi A. Finkielkraut le fait-il ?

    Je ne pense pas que des casseurs mettent en avant les origines pour justifier leurs actes dans le sens où c'est parce qu'ils sont noirs ou arabes qu'ils cassent donc ils ont "le droit" mais plutôt dans le sens qu'ils subissent le racisme, l'exclusion et plein d'autres problèmes à cause de leurs origines, vois tu la nuance ? Je tiens a préciser que je ne justifie aucunes violences .

    Voilà si tu pouvais m'éclaircir sur ces dernier point sa me ferai plaisir et merci d'avoir répondu !

    RépondreSupprimer
  26. AAAoui pardon j'avai oublier d'ajouter : les casseurs mettaient en avant leur cartes d'identité française ....

    dsl d'ajouter sa comme sa mais bon falait que sa soit dit ...

    RépondreSupprimer
  27. Tout d'abord je voudrais dire qu'il existe de nombreux racismes, et non pas seulement celui du FN. Les propos de A.F. dans Haaretz peuvent être qualifiés de racistes. Il est évidemment facile de se contredire après coup. Si il n'est pas raciste, il n'est en tous cas pas très futé pour un intellectuel!
    Des émeutes sont des émeutes.Il y a eu des émeutes qu'on peut qualifier de 'raciales' à Birmingham, R.U. récemment, et il y en a eu d'autres. Les émeutes en France, dont les dernières ne sont pas des cas si exceptionnels, ne sont peut-être pas raciales, mais elles représentent le coup de colère d'une population à majorité immigrée habitant un ghetto (appelons un chat un chat n'est-ce pas?). Sur ce qui est des attentats, aurais-tu oublié les attentats attribués aux islamistes à Paris en 1986 et 1995? Aurais-tu oublié que les PREMIERS attentats 'islamistes' au R.U. peuvent très logiquement être expliqués par le rôle de la GB dans les guerres en Afghanistan et en Irak? Ce terme 'Londonistan' est réellement une expression pratique pour les agents de la langue de bois de la 'guerre contre le terrorisme' de Bush et ses accolytes volontaires et involontaires...! Tout comme le terme 'communautarisme' pour les défenseurs de la république centralisée et anti-minorités. Bien évidemment que le multi-culturalisme n'est pas une fin en soi, ce que prouve les violences aux Etats Unis dont les sources remontent à loin. Cependant, de dire qu'en France on ne croit pas au racisme et que nous sommes unis, c'est vraiment être aveuglé par la propagande au mieux. Crois-tu réellement que 'liberté égalité fraternité' ça veut dire quelquechose en France, ou es-tu un porte-parole du gouvernement?
    Quand A.F. se définit comme 'colour blind' il fait comme le république qui nie l'existence de minorités. Oui nous devons être égaux, mais nous sommes loin de l'être, et quand Villepin dit que la solution c'est plus d'égalité, qui croit-il tromper? Quelques semaines après les émeutes, et déja les minorités dont on a entendu un tout petit peu la colère, retombent dans l'oubli. C'est comme les SDF, dont Villepin a soudain décovert l'existence, et qui seront bien vite oubliés arrivés les beaux jours.
    Franchement, Noah, un exemple du métissage français?! Les rappeurs? As-tu déja écouté ADF? Je ne veux pas juger Le Peuple de l'Herbe sur le peu que je connais d'eux, mais je ne vois pas oû est le métissage dans leur musique. Mais tout cela est inutile, puisque tu ne crois pas à un métissage de cultures. Pour toi, apparemment un métissage s'arrête à manger du couscous! Je ne pense pas que tu sois particulièrement raciste, mais nier ainsi les cultures des autres ne peut mener qu'au racisme. Par ailleurs, je suis en train de regarder une émission sur la BBC de comiques indo-britanniques qui traitent avec humour de leur propre culture. Cela prouve bien à quel point ils sont intégrés il me semble.
    Comme tu le dis, on verra dans dix ans pour les politiques, et cela dans un pays soi-disant 'égalitaire', alors que dans des pays soi-disant 'communautariste', la situation et beacoup plus en avance...
    Ta logique à propos des jeunes filles voilées et du 'parler de banlieue' est un peu bizarre. D'un côté tu insinue que les jeunes filles sont assez fragiles pour être obligées de porter le voile, et d'un autre tu n'admet pas qu'elles peuvent être obligées de l'enlever. Pour toi, elles n'attendaient que cette loi pour s'arracher le voile? Il y a de nombreux profs à LMSI et parmi les Indigènes de la République, qui ont il me semble bien plus d'expérience du voile à l'école que toi, moi ou A.F. Moi, ce qui m'intéresse dans la recherche de la réalité c'est l'expérience, le discours logique, et non pas l'idéologie, qu'elle soit religieuse, républicaine ou autre.
    Si Ramadan écrivait un texte à propos du communautarisme et le fait qu'on parle du communautarisme arabo-musulman mais peu du communautarisme juif, il me semble normal qu'il parle d'intellectuels juifs qui défendent les actions de l'état d'Israel à tout prix, puisqu'ils le font bien évidemment par soucis de solidarité envers l'état juif. Je n'ai pas tellment envie de discuter ici du sionisme ACTUEL et des attaques de JUIFS et de NON-JUIFS qui critiquent ce sionisme et Israel, mais il est clair que si on est un non-juif critique d'Israel on est automatiquement antisémite, et si on est juif critique d'Israel comme Noam Chomsky (sionsiste de la vieille école) ou Norman Finkelstein par exemple on est accusé de 'haine de soi juive' et on n'a que peu d'accès aux grands médias.En plus de ça on est victime d'incessantes fausses accusations de 'révisionnisme' ou autres. Honnêtement, j'aurais toujours du mal à comprendre que des républicains laïques puissent défendre un état qui se définit par la religion (ex:on donne la nationalité israelienne à un juif selon les règles de la religion juive).
    De plus, que vient faire Rabin dans cette conversation? Crois-tu vraiment qu'il suffit d'être prix nobel de la paix pour être un homme de paix? Arafat était aussi prix nobel de la paix rappele toi. Rappele toi aussi que le mur pénètre la Cis-Jordanie plusieurs fois afin d'englober plusieurs colonies juives dans l'état d'Israel.
    Je ne pense pas du tout te convaincre, puisque l'argument rationnel ne te convainc pas, et que tu préfères apparemment l'idéologie.
    A propos de Tévanian, j'attends toujours de voir en quoi il est raciste. Si il accuse tes amis, pourquoi ne pas réfuter ses arguments à l'aide d'arguments logiques au lieu de t'exciter comme ça? De même pour YMB. Ah mais oui, toi tu préfères les explications d'un Finkielkraut 'intellectuel-philosophe' qui tente de relativiser ses propos racistes après coup à un sociologue/économiste qui analyse une situation explosive à l'aide de recherche pratique et d'analyses rationnelles. Toujours l'idéologie!

    RépondreSupprimer
  28. Et maintenant je regarde une série comique qui se moque ouvertement de la religion anglicane et dans lequel apparait le 'leader' de l'église anglicane, l'Archevêque de Canterbury (le vrai). Cela à la TV publique d'un pays non-laïque...

    RépondreSupprimer
  29. Momo>
    T'as eu de la chance, le soir où tu as laissé ton précédent commentaire, quand j'ai reçu la notification, je me suis "j'ai le temps d'y répondre avant d'aller me coucher". Par contre, cette fois, j'avais plus la tête à fêter Noël qu'à répondre à un commentaire ;D

    Sur la phrase de Finkielkraut sur les origines des casseurs, pourquoi le dit-il ainsi ? C'est vrai qu'en insistant sur le fait que les émeutiers étaient essentiellement noirs et arabes, que ce soit à Ripostes ou dans Haaretz, il tend le bâton pour se faire battre (en l'occurrence, se faire traiter de raciste). Ca fait partie d'un discours qu'il a répété dans plusieurs interviews, où il dit que si les émeutiers avaient été blancs, on les aurait traité de fascistes (je pense que cela aurait été effectivement le cas). Pour lui, de la même manière qu'on aurait dû faire honte face à des émeutiers blancs, on doit faire honte à des émeutiers majoritairement arabes ou noirs.
    Il est vrai qu'une minorité des émeutiers est "européenne", mais à l'époque de l'émission, on ne le savait pas vraiment encore, et ce qu'on savait de ces émeutes, c'étaient ce que nous montraient les médias, c'est-à-dire uniquement des émeutiers arabes ou noirs (et oui, il faut toujours se méfier des médias). Finkielkraut ne dit pas ça pour stigmatiser une population particulière, mais simplement pour expliquer son raisonnement. Mais je comprends tout à fait que ses propos aient pu été pris pour de la stigmatisation, surtout dans le contexte exceptionnel d'alors.

    Ce qui était surprenant, c'est que c'était les mêmes intervenants qui, quelques minutes plus tôt, expliquaient que les émeutes venaient du racisme, des discriminations, et de l'abandon subis par les populations arabes (et nous expliquaient que la France est -d'après eux- raciste), qui considéraient donc une dimension ethnique dans le conflit, qui ont tiqué quand Finkielkraut a parlé des origines... Le pire étant Tariq Ramadan, affirmant que désigner quelqu'un par ses origines, c'était contester son appartenance à la nation, semblant oublier le texte qu'il a lui-même publié il y a deux ans sur les "nouveaux intellectuels communautaires", où il s'en prenait à des intellectuels qui soutenaient Israël parce que, selon lui, ils étaient juifs.

    Mais je pense qu'il faut éviter les formules ambiguës. Mais franchement, cela ne vient pas que des propos. Aurait-on été aussi choqué si les propos étaient venus de Jacques Julliard, qui était assis à côté de Finkielkraut (et qui d'ailleurs, disait à peu près la même chose, quand il arrivait à en placer une, que le philosophe) ? Je ne pense pas. Y a une façon de dire les choses. Julliard restait calme pour dire les choses, alors que Finkielkraut bouillonnait. Puis y a le personnage médiatique. Finkielkraut n'a jamais eu peur de choquer, et il avait déjà quelques casseroles derrière lui.
    Finkielkraut dit ce qu'il pense, même quand c'est pas politiquement correct, même quand ses propos peuvent être accusés de racisme.

    Après, comme je l'ai dit dans mon article, il a son interprétation de la crise des banlieues (uniquement ethnico-religieuse), et elle me semble erronnée (pour moi, le côté ethnico-religieux n'est qu'une partie importante du problême, mais les émeutes sont surtout dues à la misère des banlieues et aux provocations répétées de Sarkozy. Et tu as mille fois raison, ces jeunes insistaient sur leur nationalité française. Et ils s'en prennent à la France parce qu'ils s'en sentent rejetés. C'est comme une histoire d'amour, quand on aime une personne, mais que celle-ci ne nous aime pas, on en vient à la détester. Faut donc redonner à tous les enfants de la République le sentiment d'être aimés et reconnus.

    RépondreSupprimer
  30. C'est bien ce qui me semblait: tu n'es pas d'accord avce l'interprétation de AF sur des émeutes ethnico-racistes. Pourtant tu le défends, alors que cette interprétation est la base de son racisme. Ce qu'il dit (et si il ne le pense pas vraiment, il n'a cas apprendre à s'exprimer, l'intellectuel!), en disant que c'est un conflit ethnique et religieux, c'est que si ils cassent, c'estpar-ce que ils sont arabes, noirs et musulmans (en oubliant que bien des noirs ne sont pas musulmans!). Quand Ramadan critique le communautarisme juif (je ne crois pas un 'communautarisme' juif ou autre, mais il n'a pas tort en ce qui concerne certains intellectuels juifs-les plus médiatisés), il critique ces intellectuels qui défendent à tout prix Israel, tel un Elie Wiesel, qui a dit 'Je soutiens Israel-point final. Je n'attaque jamais, je ne critique jamais Israel quand je ne suis pas en Israel".
    Ramadan critiquait les paroles et les écrits de certains soi-disant intellectuels, pas les Juifs. AF rejette toute un population à majorité maghrébine.
    Je le répète, être choquant, dire ceque l'on pense n'est pas forcément intelligent. Le Pen dit apparemment aussi ce qu'il pense...Ce n'est pas ce que 'pense' un intellectuel qui m'interesse, mais plutôt ce qu'il a trouvé, le fruit d'une réflexion et/ou d'une recherche intellectuelle.

    RépondreSupprimer
  31. Momo

    Ok ok Vinz, merci et bonnees fêtes de fin d'année ;) !!

    Et bonnees fêtes à tout le monde aussi !!!!

    RépondreSupprimer
  32. Que veut dire 'communautarisme' de toute façon? Si ça veut dire que je peux manger un bon couscous chez l'arabe du coin ou un excellent strudel chez Finkelstajin dans le Marais ou encore un café ténébrux au café égyptien des Halles, alors je bénit le 'communautarisme'. Si ça veut dire soutenir un état technocrate, juif ou musulman, par soucis identitaire je le maudit. Quand je vois un barbu juif orthodoxe habillé tout en noir ou une jeune fille musulmane voilée, je suis triste (encore qu'une jeune fille voilée peut-être très sexy-dieu me pardonne!), mais je ne voudrais jamais imposer une tenue vestimentaire à qui que ce soit.
    Bonne année 2006 à tous!

    RépondreSupprimer
  33. Jez>
    Tu dis, en parlant de Finkielkraut, que "Si il n'est pas raciste, il n'est en tous cas pas très futé pour un intellectuel!". C'est excessif mais c'est vrai qu'il est surprenant qu'un homme connaissant tant les medias se soient fait ainsi piéger par un journaliste.
    Sur les attentats terroristes de Paris, ils étaient plus dûs à la politique de la France vis-à-vis de l'Iran pour 1986 ou de l'Algérie pour 1995 qu'à une raison religieuse (même si c'était lié, puisque la France s'opposait à la prise de pouvoir des islamistes dans ces pays). Après, il faut reconnaître que si la France n'a pas encore été victime sur son sol d'Al Qaïda, essentiellement à cause du talent de la DST à déjouer les attentats.
    Je ne vois pas en quoi "Londonistan" est "expression pratique pour les agents de la langue de bois de la 'guerre contre le terrorisme' de Bush et ses accolytes volontaires et involontaires..." ! Tous les gens qui pensent que le terrorisme islamiste est un danger sont-ils des bushistes qui s'ignorent ? Je n'aime pas du tout Bush, mais entre Bush et les terroristes, je préfère cent fois Bush !!! Ce qui ne m'empêche pas d'être contre toutes ces restrictions de liberté qu'on essaye de nous imposer au nom de la lutte contre le terrorisme.

    Sinon, oui, je crois vraiment que "liberté égalité fraternité" ça veut dire quelque chose, et je rajouterais laïcité. Et pire encore, je crois à l'universalité de cela. J'aime profondément l'héritage révolutionnaire de la France, les valeurs des Lumières.
    Si être color-blind, c'est nier l'existence des minorités, tant pis. Mais je ne le crois pas. Y a une chanson du Suprême NTM que j'aime, elle disait "il est blanc, je suis noir, la différence ne se voit que dans les yeux des bâtards" (Blanc et Noir, 1991).
    En tant que républicain, devant un français de souche blanc et un français dont aucun parent n'avait pas la nationalité française, je considère autant français l'un que l'autre. Je suis attaché à la nation, à l'unité de la France, je suis même carrément jacobin. C'est pour ça que toutes les revendications régionalistes, religieuses ou ethniques me gavent profondément. J'exècre par exemple tout autant le nationalisme breton de Patrick Le Lay que le communautarisme noir de Dieudonné.
    C'est de l'idéologie républicaine, ça ne tient pas compte des différentes revendications communautaires, mais tant pis. Mais je ne nie pas les cultures des autres, au contraire je les vois comme un atout, à travers ce qu'elle peuvent apporter à notre propre culture. Je suis contrairement à ce que tu dis, POUR le métissage des cultures : si je suis contre le fait qu'elles co-existent en s'ignorant, c'est justement que je veux les mélanger.
    Des comiques français qui se moquent de leur origines, il y en a : "Mme Sarfati" d'Elie Kakou, ça date d'il y a environ quinze ans, ça, non ? Jamel le fait très bien aussi. J'aime aussi beaucoup le sketch de Tomer Sisley sur la galère d'être à la fois juif et arabe.

    Je ne connais pas la composition de LMSI ou des Indigènes de la République. Peut-être il y a-t-il en effet des profs. Mais la grande majorité des profs sont de notre côté, nous les laïcs contre le voile, et ils ont autant l'expérience du voile que les profs Indigènes.
    Puis LMSI, les Indigènes... Je ne sais pas vraiment les classer politiquement. Islamo-gauchistes ? Ca serait méchant pour l'extrême-gauche, la LCR ayant d'ailleurs désapprouvé l'appel des Indigènes, lui reprochant le fait de présenter comme un raciste colonialiste tout personne qui est contre le port du voile, et comme agent de Bush tout homme qui critique le fondamentalisme religieux musulman. Je n'irai pas jusqu'à reprendre ce que dit le Marianne de cette semaine sur les Indigènes de la République ("une organisation réactionnaire, racialiste, à la rhétorique fascisante"), mais je pense qu'il y a chez eux une réelle paranoïa, à voir du racisme là où il n'y en a pas.
    Les sondages le montrent : la France est un des pays occidentaux où les discours racistes ont le moins de succès dans l'opinion. On voit où le multiculturalisme a mené les Pays-Bas : à l'assassinat de Van Gogh, et à la montée soudaine et forte des idées racistes.

    Sur le texte de Ramadan, dire que Finkielkraut, Taguieff, BHL "défendent les actions de l'état d'Israël à tout prix", c'est quand même franchement stupide. C'est sûrement à cause du communautarisme juif que Finkielkraut a défendu les Croates (chrétiens), que BHL a défendu les Bosniaques (musulmans) ou que Glucksmann défend les Tchétchènes (musulmans)...
    Il ne faut pas croire que des non-juifs critiques d'Israël sont catalogués antisémites. Moi-même, non juif (et n'ayant même pas d'aïeul juif que je connaisse), je ne me prive pas de critiquer Israël. La cause palestinienne est un cause juste, la critique du gouvernement d'Israël l'est tout autant. Jusqu'ici tout va bien. Mais ce qui me dérange, c'est les quelques personnes qui en profitent pour dévier : d'abord de l'opposition à Israël à l'opposition à l'existence d'Israël (mais on pourrait encore l'accepter), puis de l'opposition à l'état juif à la haine anti-juifs, et donc à l'antisémitisme.
    Par contre, ce que je ne supporte pas, c'est qu'on cautionne cet antisémitisme-là. Et par exemple, quand Finkielkraut fait pleurer Binoche sur le plateau de Tout Le Monde En Parle, ce qu'il lui reproche, ce n'est pas de manifester pour la Palestine, mais de ne pas réagir quand des gens crient "morts aux juifs" dans ces manifs.

    Pourquoi un républicain laïque peut-il défendre un état religieux comme Israël ? Peut-être parce qu'Israël est la seule démocratie du Proche-Orient. Mais c'est surtout par refus du manichéisme : en refusant de voir les Israëliens comme les responsables de tout, en reprochant à Arafat ses actions terroristes, on est vite catalogué comme pro-israélien, alors qu'on ne soutient pas plus Israël que la Palestine. Pourquoi ai-je parlé de Rabin ? Parce que je pense qu'une population ne peut accepter de perdre une partie de son territoire que si cela est mené par un homme qui s'est battu pour la grandeur du pays : en France, le Général De Gaulle pour l'indépendance de l'Algérie ; en Israël, le général Rabin, puis le général Sharon... Par contre, si Sharon et Peres échouent à créer une Palestine indépendante, on est reparti pour des années de guerre encore...

    Sur Tévanian, je trouve pas réellement qu'il soit raciste. Les propos incriminés de son entrevue avec Dieudonné sont les suivants "J’ai envie de dire que la vraie gangrène communautaire dans ce pays, c’est le CRIF, mais c’est aussi le Front National, c’est aussi Philippe Devilliers, c’est aussi le PS blanc..." et quand il dit que les sionistes "sont un rouage, ils sont les chiens de garde...". Mais ce que je lui reproche surtout, c'est de traiter de raciste tout ceux qui s'en prennent au voile, tout en mininisant l'antisémitisme. Réfuter ses arguments ? Comment réfuter les arguments de quelqu'un qui vous répondra tout le temps "raciste !", ça ne sert à rien !
    Et oui, je l'avoue, le préfère la philosophie à l'économie, je préfère les valeurs des Lumières à toutes les autres. Franchement, je me méfie beaucoup des économistes : la plupart vantent le néo-libéralisme que je n'aime absolument pas (Marianne note d'ailleurs cette semaine, que c'est quand les néolibéraux sont au pouvoir que la dette se creuse le plus, tant il faut dépenser en social pour rattraper les conséquences dramatiques du libéralisme).
    En parlant de YMB, je me suis bien marré en lisant un article de Libé qui parlait du passé mao de Finkielkraut : "Il faisait pourtant partie de l'un des groupuscules les plus dogmatiques de l'extrême gauche : les maos, tendance Yann Moulier-Boutang, l'équivalent français de l'autonome italien Toni Negri." D'ailleurs, comme Negri, YMB s'était engagé à fond pour le oui au TCE... Perso, en tant que partisan des E-U d'Europe et noniste, me méfie beaucoup des béni-oui-ouistes... Finkielkraut, lui, a longtemps failli voter non, puis s'est résigné au oui parce qu'il ne se sentait pas de voter la même chose que Dieudonné ou Le Pen, et qu'il avait peur de gâcher cette occasion de construction européenne.

    Je continue... Finkielkraut a bien le droit de croire qu'il s'agit d'émeutes à caractère ethnico-religieux... Ca ne le rend pas pour autant raciste... Il dit qu'il faut se méfier des généralisations. Et il dit que "le problème, c'est que la plupart de ces jeunes (les émeutiers) sont noirs ou Arabes, avec une identité musulmane", ce qui est vrai. Il continue, en se demandant pourquoi ces jeunes-là font les émeutes et pas les autres immigrés (asiatiques notamment), puis cherche à répondre à cette question dans la suite de l'entretien. Jamais il ne dit "que si ils cassent, c'estpar-ce que ils sont arabes, noirs et musulmans", comme tu le prétends.
    Finkielkraut ne rejette pas "toute une population à majorité maghrébine" : il a passé son temps à répéter qu'il condamnait les casseurs parce qu'en temps qu'immigré de la deuxième génération, il se sentait solidaire de tous les Arabes et les Noirs des banlieues qui voulaient vraiment s'en sortir, et qui étaient victimes de l'image que les casseurs renvoient de la banlieue.

    Et enfin, contrairement à toi, je pense qu'on peut imposer à quelqu'un de porter une tenue correcte pour aller à l'école, qui ne soit en particulier pas marquée religieusement. Mais je crois que tout ça remonte à des différences fondamentales de convictions entre nous deux ;D

    RépondreSupprimer
  34. Je suis en Nouvelle Zelande en vacances, alors j'ai lu vite fait ton dernier post et vais y repondre aussi brievement. Si j'oublies de repondre a certains points, ce sera pour plus tard...
    Franchement, tu confonds apparemment tout. En commencant par mes arguments et les tiens. Je te rappelerai que c'est toi qui a accuse le 'modele multiculturel' de favoriser les attentats fondamentalistes islamistes et moi, je n'ai que demontre que cet argument puisqu'en France, pays republicain et -politiquement, du moins- anti multi-culturel, il y a eu de tels attentats bien avant Londres. Je n'ai jamais pretendu que le modele republicain favorise de tels attentats, et je te soupconne de l'avoir compris.
    Ensuite, je voudrais clarifier qu'il n'y a pas de soi-disant 'modele multiculturel', surtout pas dans le sens d'un modele republicain. Il ya seulement des pays qui acceptent de regarder la relaite en face, et d'integrer les vagues successives d'immigres, plutot que de chercher a les assimiler. Lorsque j'ai expliqu a mon amie ici qu'en France on attendait des immigres et de tous les Francais qu'ils s'assimilent a une 'culture francaise', elle m'a demande "mais qu'est-ce qu'une culture francaise?". Je suis oblige de repondre: blanche et catholique. Quoi d'autre? Comment attendre d'immigres arabes ou asiatiques au'ils assimilient une telle culture?
    Il est particulierement arrogant de vouloir imposer un tel modele de facon universelle. Meme si l'on accepte que le modele republicain sied bien a la France (et je ne l'accepte pas), ce n'est certainement pas le cas d'autres pays. D'ailleurs, je n e connais pas d'autres pays qui pratiquent le meme modele-meme la tres laique Turquie...
    Franchement, j'en ai marre de parler de Finkielkraut. Effectivement, il a le droit de penser ce qu'il veut, et moi j'ai le droit de penser que c'est un penseur a deux balles. Quel genre d'intellectuel est assez stupide pour voter oui pour ne pas voter comme ses ennemis? Ce philosophe ne connait-il pas la nuance? Pourquoi n'a-t-il pas vote blanc? Il pouvait aussi s'abstenir.
    Sur Israel, la nuance, toujours la nuance. Tout d'abord, il faut un sacre manque de nuance pour clamer qu'Israel est une democracie. Pour les siens, elle l'est sans doute, mais pas pour les Palestiniens. Ensuite, en quoi denoncer les actes terroristes d'Israel serait-ce approuver ceux de Hamas ou la politique d'Arafat? N'es-tu pas au courant que parmis les Palestiniens tous n'etaent pas d'accord avec lui, et tous ne sont pas allies a Hamas ou autres terroristes? Connais-tu Edward Said, malheuresement decede?
    Et puis c'est franchement faire preuve d'une myopie extreme que de vouloir mettre les Israeliens et les Palestiniens sur un meme plan moral. Les premiers ont un etat, une armee de premiere classe et des allies super-puissants. Les autres, qu'ont-ils? On ne peut pas blamer le peuple palestien pour les actes terroristes de Hamas ou autres. Le peuple Israelien, cependant, est represente et defendu par un etat a caractere religieux et donc a mon sens anti-democratique, et une armee terroriste soutenue par la premiere armee terroriste mondiale, l'armee US. Ceci ne veut bien evidemment pas dire que je definis tout Israelien comme un terroriste ou un fasciste ou meme un sioniste.

    RépondreSupprimer
  35. Petites corrections:
    A propos des attentats terroristes a Londres/Paris j'aurais du ecrire:
    "que cet argument est faux puisque..."

    A propos du 'modele multi-cilturel', j'aurais du ecrire
    "ideologie multi-culturelle"
    En effet, dans les pays anglo-saxons, que je connais mieux que d'autres, le modele d'integration n'est pas le fruit d'une ideologie (sauf peut-etre aux Etats-Unis) comme c'est le cas en France avec le Republicanisme. D'ailleurs, la France et les Etats-Unis se ressemblent pas mal sur le plan ideologique. A develoipper peut-etre...
    Edward Said..j'ai oublie de preciser que c'etait un Palestinien chretien qui bien evidemment defendait les droits de son peuple, aux cotes du juif sioniste (ancienne ecole) Noam Chomsky.

    RépondreSupprimer
  36. Sur Finkie et la censure j'ai posté ici
    http://librechoix.blogspot.com/2006/01/google-et-lauto-censurefinkielkraut.html

    RépondreSupprimer
  37. Finkielkraut a clairement derape, il s'est excuse, ca n'est pas l'evenement le plus glorieux de son existence, mais bon, passons.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modération des commentaires sur les articles de plus de deux semaines

Posts les plus consultés de ce blog

Les éditorialistes menteurs : Colombani sur Sanders

Karoutchi et les amalgames au fascisme et à Vichy

Get A Kool, un festival raté