Bouteflika aministie les terroristes

Ca y est, le président algérien Bouteflika a fait voter sa "Charte pour la paix et la réconciliation nationale". Le score de 97,36% suffit à montrer comment ce référendum fut une mascarade, tant l'opposition fut muselée.

Je suis pourtant partisan des efforts d'unité nationale, où que cela se passe. Mais le texte de Bouteflika contient une chose pas du tout acceptable : l'amnistie des terrorristes qui ont ensanglanté l'Algérie dans les années 90. Pour moi qui considère l'Algérie comme la fille de la France, c'est tout bonnement inacceptable.

J'ai d'ailleurs vu au journal quelqu'un expliquer pourquoi il avait voté oui à cette charte : parce qu'il espérait qu'en pardonnant aux terroristes, ceux-ci arrêteraient leur terreur. Les islamistes ont déjà gagné : leur terreur leur permet d'échapper aux conséquences de leur propre terreur.
Mais je pense qu'il est plus utile de reproduire ici un communiqué d'une association algérienne (qui date d'avant le référendum).

COMMUNIQUE DE L’ASSOCIATION FORUM DEMOCRATIQUE

Les Algériens sont appelés à se prononcer par referendum sur un texte portant "Charte pour la paix et la réconciliation nationale".

Cette Charte est censée apporter la paix par le scellement de la réconciliation nationale, elle même matérialisée par l'effacement des poursuites contre les terroristes qui ont ensanglanté le pays, endeuillé les familles algériennes, marqué à vie dans leur chair et dans leur corps des centaines de milliers de citoyens et causé la perte de plusieurs milliards de dollars. L'Association Forum Démocratique s'interroge sur ces notions de paix et de réconciliation dans un pays qui ne connaît pas de guerre civile mais lutte contre le terrorisme.

Elle note, qu'après le dispositif dit de Rahma, les mesures prises dans le cadre du dispositif de concorde civile et du décret présidentiel portant grâce " amnistiante ", il est de nouveau demandé aux survivants de la folie terroriste de faire davantage d'efforts, de prendre sur eux mêmes et d'oublier pour que soient annulées les condamnations prononcées et que cessent les poursuites contre les terroristes qui n'ont, à ce jour, eu aucun geste ni aucune parole de compassion ou de Rahma.

Sur la forme, Forum Démocratique constate, qu'officiellement, et par la voix du président de la République lui-même, que le texte sur lequel il faut se prononcer n'est pas celui soumis au vote mais celui qui devra se lire entre les lignes. C'est bien la première fois dans les annales constitutionnelles qu'une institution à l'origine d'un referendum demande aux électeurs de ne pas se prononcer sur le seul texte soumis au vote mais sur ce qui peut se trouver entre les lignes. Après l'invention de la grâce amnistiante, voici le temps du referendum virtuel.

Sur le fond, et même si le texte soumis au vote situe les responsabilités dans ce qui est appelée "la tragédie nationale", rend hommage à tous ceux qui ont résisté, combattu et vaincu le terrorisme, fait mine de ne pas permettre l'exercice de l'activité politique à ceux qui sont à l'origine de "la tragédie nationale" et d'exclure des mesures d'amnistie les auteurs des massacres collectifs, des viols et des attentats à l'explosif dans les lieux publics, Forum Démocratique considère que cette charte n'en consacre pas moins, sans justice ni sollicitation de pardon aux victimes et à la Nation, une amnistie réelle des terroristes.

Le fait de préciser que les auteurs des massacres collectifs, des viols et des attentats à l'explosif dans les lieux publics sont exclus de ces mesures d'amnistie est un leurre qui ne trompe personne (voir lecture combinée des points 1 et 8 du chapitre 2 de la Charte). Ces criminels là ont-ils seulement été spécifiquement identifiés ? Le criminel qui a assassiné Abdelhak Benhamouda, celui qui a lâchement tué Tahar Djaout ou le Président Boudiaf, celui qui a sauvagement tué Cheikh Bouslimani, celui qui a tué tel instituteur d'école, ou tel policier, celui qui a décapité tel jeune appelé revenant de l'accomplissement de son devoir national, en quoi ce tueur là a plus de mérite pour être éligible à l'amnistie plutôt que celui qui a participé à un massacre collectif ?

Par ailleurs, le fait d'exclure de l'exercice d'une activité politique les responsables de la " tragédie " n'est pas rassurant en soit dans la mesure où le texte de la charte n'indique pas de qui il s'agit exactement, combien de temps durera cette interdiction et exclu par ailleurs de cette disqualification ceux qui reconnaissent leur " responsabilité dans la conception et la mise en ouvre de la politique prônant le djihad contre la nation et ses institutions " (3èmement du chapitre 3).

Enfin, Forum Démocratique s'oppose à l'idée de solliciter le pardon de l'Etat aux victimes alors que les Algériens savent qui a tué qui et qui doit solliciter le pardon de la nation toute entière. Il est particulièrement grave et révoltant de voir la plus haute institution du pays demander pardon aux " repentis " alors qu'à ce jour ces derniers n'ont pas eu la moindre parole de compassion ni exprimé publiquement la moindre repentance. Il appartient aux terroristes de solliciter le pardon de l'Etat et de la nation au lieu de les laisser claironner à la barbe de leurs victimes qu'ils n'ont pas à rougir de ce qu'ils ont fait subir au peuple et qu'ils ont mené une guerre juste.

Forum Démocratique dénonce le refus de tout débat sur un sujet aussi structurant dans la vie d'une Nation en voie de stabilisation. Elle dénonce le mépris affiché envers les partis politiques, les organisations de la société civile et les associations représentatives des victimes du terrorisme.

Pour Forum Démocratique, ce n'est pas tant de réconciliation nationale qu'il s'agit aujourd'hui, alors que le terrorisme est militairement vaincu et internationalement combattu, mais bien de réconcilier les Algériens avec leur Etat. Pour cela, il faut libérer la parole et les initiatives qui tendent au renforcement des libertés et de la démocratie. Il faut libérer les journalistes emprisonnées pour délit d'expression libre et leur permettre d'exercer leur métier. Il faut libérer l'activité politique et ouvrir le champs médiatique afin de permettre aux authentiques nationalistes, démocrates et pacifistes de s'exprimer et d'agir en vue de l'instauration de mours politiques saines et de la consécration de la démocratie, des libertés et des droits de l'homme. Il faut respecter le suffrage et la volonté populaire, ...

En l'état, Forum Démocratique considère que cette charte est assimilable à une prime à la violence et au terrorisme au moment même ou les Etats du monde, musulmans comme occidentaux, redoublent d'efforts dans la lutte contre ce fléau.
Elle considère que cette charte est porteuse de graves précédents qui ne manqueront pas de remettre en cause les acquis de la lutte contre le terrorisme et le totalitarisme et d'hypothéquer davantage l'avenir des générations actuelles et futures. En conséquence, elle rejette ce texte et appelle à ne pas participer à cette énième mascarade. Elle renouvelle sa fidélité à ceux, morts ou vivants, qui ont résisté, combattu et vaincu le terrorisme et permis, d'une manière ou d'une autre, de préserver l'Etat et de sauvegarder la République.
Paris, le 10/09/05

P/ le Bureau Exécutif
Le Président de l'Association Forum Démocratique
Zoheir ROUIS

le communiqué est tiré du numéro 384 de Respublica (le journal de la gauche républicaine, laïque, écologique et sociale).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les éditorialistes menteurs : Colombani sur Sanders

Get A Kool, un festival raté

Karoutchi et les amalgames au fascisme et à Vichy