Fabius ou DSK ?

Même si cela n'aura lieu que dans deux ans, il est un sujet qu'il convient d'aborder tout de suite tant il est important pour notre avenir : l'élection présidentielle de 2007.

Sarkozy sera sans aucun doute le candidat de la droite. Peut-être pas le seul d'ailleurs : les chiraquiens pensent que le populisme du patron de l'UMP fera fuire au second tour les électeurs centristes dans les bras du candidat de la gauche, et cherchent à mettre en selle Villepin. Un ou deux candidats de droite, un au centre (Bayrou), et à gauche, combien ?

Quelque soit le résultat du prochain congrès du Parti Socialiste, il apparaît de plus en plus probable qu'il y ait deux candidats socialistes en 2007 : l'un qui mènera le gauche républicaine, celle du non (Fabius) et l'autre qui conduire la gauche socio-démocrate, celle du oui (vraisemblablement Strauss-Kahn).

Il y a une différence fondamentale entre ces deux gauches : la première considère que la France doit être fidèle à son histoire et être l'exemple du monde, la seconde que la France doit s'adapter au monde. La rupture face à la gestion.

En 1983, Fabius était favorable à ce que la France sorte du Serpent Monétaire Européen, ce qui tend à prouver que ce n'est pas la première fois qu'il exprime des réticences envers la politique européenne. Mais le gouvernement choisira de rester dans le SME, et pour cela devra appliquer une politique de rigueur. Mauroy refusant de le faire, c'est Fabius qui le remplacera et mènera cette nouvelle politique.

Fabius est comme Chirac. Il ne pense qu'à être président. Quitte à dire tout et son contraire, à changer d'avis quand le vent tourne. Miterrand était comme ça aussi... Pour être un bon président, il faut savoir se contredire sans que personne ne s'en rende compte.
Ca ne marche pas toujours : quand Fabius envoie son plus fidèle lieutenant, Claude Bartolone, dire qu'il est contre la privatisation des autoroutes, ses adversaires lui font remarquer que c'est lui qui, alors ministre des Finances, avait initié cette privatisation. Mais qu'importe, les électeurs, eux, oublient...

Moi, mon choix est fait depuis longtemps. Je suis devenu fabiusien au moment où il s'est déclaré pour le non à la Constitution Européenne, et qu'il a subi un incroyable lynchage médiatique dans la semaine qui a suivi. Parce que c'était le premier, et le seul homme politique de son importance qui a osé dire non, osé refuser la fuite en avant. Parce que c'est le seul qui a osé prendre ce risque. Parce que c'est lui qui a rendu le NON crédible.
Et donc, je souhaite naturellement qu'il prenne, avec Mélanchon et Montebourg, la tête du PS. Parce que Fabius et Mélanchon sont les seuls qui représentent vraiment la gauche républicaine, celle que j'aime.

Et puis, je suis séduit par le projet de Laurent Fabius pour la France. Un vrai projet républicain, un vrai projet de gauche. La seule manière de gagner une élection présidentielle est de rassembler les voix de son camp au premier tour, or DSK ne pourra généralement pas obtenir celles des sympathisants de gauche nonistes, alors que l'inverse n'est pas vrai. Fabius représente donc une meilleure chance que DSK pour battre Sarkozy en 2007.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les éditorialistes menteurs : Colombani sur Sanders

Karoutchi et les amalgames au fascisme et à Vichy

Get A Kool, un festival raté