Karoutchi et les amalgames au fascisme et à Vichy

Je découvre que Roger Karoutchi, dans une interview au Parisien réclame « qu’on laisse Hitler, Mussolini et Pétain à l’histoire ».
Il se dit notamment « scandalisé de voir les responsables de gauche traiter le gouvernement de nazis, de fascistes, ou de vichystes ».

Je suis d'accord : je suis toujours profondément agacé par ces tentatives d'amalgame, de nazification de l'adversaire.
Si bien que j'en ai déjà parlé ici… à propos du même Roger Karoutchi. C'était il y a deux ans et demi, alors que Sarkozy était déjà au plus bas dans les sondages.
Un article du Nouvel Observateur nous en avait appris de belles. Le ministre s'était lâché.
Les journalistes ? (c'était après l'histoire du faux SMS « Si tu reviens j'annule tout" » publié par le Nouvel Obs)
Roger Karoutchi a comparé l'attitude des journalistes d'aujourd'hui à celle de la "presse des années 30" (…) "On a l'impression d'un vent de folie qui respire les années 30 avec ce que cela a de plus nauséabond". (…)
(Il) n’a pas hésité à assimiler les "attaques" contre Nicolas Sarkozy à celles subies par Jean Zay "mi juif, mi protestant" cible de la presse d'extrême-droite sous le gouvernement de Vichy. "Cela a contribué au fait qu'il soit assassiné", a-t-il même tenu à préciser.
Les adversaires politiques de Sarkozy qui avaient signé l'appel républicain de Marianne ?
"Il y a des types qui n'ont toujours pas accepté que Sarkozy gagne les élections. C'est du déni de démocratie"…et "du fascisme rampant".

Pour monsieur Karoutchi, il est donc scandaleux de « traiter le gouvernement de nazis, de fascistes, ou de vichystes », mais on peut le faire sans problème si cela concerne ceux qui osent critiquer le grand maître Sarkozy.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les éditorialistes menteurs : Colombani sur Sanders

Get A Kool, un festival raté