dimanche 17 janvier 2010

Identité nationale, Vincent Peillon, vote des étrangers

Oui, le débat sur l'identité nationale est une manœuvre politique, lancé par un gouvernement embourbé dans les scandales Hortefeux (le dérapage sur les "auvergnats"), Frédéric Mitterrand (le tourisme sexuel) et Jean Sarkozy (le népotisme).
Mais il n'est pas question de refuser ce débat a priori. La gauche n'a qu'à être la meilleure, elle gagnera le débat, et aura pris l'UMP à son propre piège.

Ce qu'a fait Vincent Peillon (annuler au dernier moment sa venue à l'émission À vous de juger sur France 2, laissant Besson face à Marine Le Pen) est simplement minable.
Il a bien prémédité son coup, n'annulant au dernier moment, de manière à empêcher qu'un autre dirigeant socialiste puisse aller débattre à sa place, mettant donc ses camarades devant le fait accompli (laisser Éric Besson comme seul opposant à Marine Le Pen, fallait le faire…)
Pire, en appelant à la démission d'Arlette Chabot, il ridiculise le PS (qui, certes, n'avait pas besoin de ça pour être ridicule).

J'avais beaucoup d'estime pour Vincent Peillon, docteur en philosophie, un des esprits socialistes les plus fins. Mais, depuis qu'il se rêve chef des socialistes, il me déçoit beaucoup :
  • il a fondé le courant « L'espoir à gauche », à partir de la motion soutenue Ségolène Royal au dernier congrès socialiste, pour l'écarter ensuite et devenir le « chef de clan » qu'il rêvait d'être ;
  • lorsque Royal débarque à Dijon à une journée du courant auquel Peillon avait pris soin de ne pas l'inviter, il surpassera Frédéric Lefebvre en parlant carrément de « psychiatrie lourde » ;
  • et maintenant ce coup médiatique minable…

Au final, ce débat sur l'identité nationale aura été une occasion ratée de faire avancer les choses pour le « vivre ensemble », il n'aura servi qu'à jeter un écran de fumée pendant trois mois sur la nullité de la droite au pouvoir.

Et maintenant (c'est d'ailleurs Éric Besson qui a remis cela sur le tapis), on reparle du droit de vote des étrangers, que les socialistes soutiennent évidemment.
Personnellement, je suis contre le droit de vote des étrangers : je considère le vote comme le droit premier donné par la citoyenneté, et je suis contre le fait qu'on puisse obtenir ce droit sans prendre la citoyenneté française ; je suis par ailleurs pour qu'on rende les naturalisations beaucoup plus faciles.

Mais le PS, bien qu'il se déclare favorable au droit de vote des étrangers, n'y croit pas vraiment : cela fait 25 ans qu'ils ressortent cela à chaque élection, pour faire peur aux électeurs les plus à droite, et les inciter à voter FN plutôt que RPR/UMP (et favoriser la victoire du candidat PS).
Je me souviens très bien quand, en 2002, à quelques jours du premier tour de l'élection présidentielle, Jospin a ressorti le droit de vote des étrangers de son chapeau. Il s'agissait de faire monter Le Pen face à Chirac, et uniquement cela (si la gauche tenait vraiment à cette mesure, elle l'aurait mise en place pendant les 5 ans qu'elle venait de passer au pouvoir). On a vu le résultat.

1 commentaire:

  1. France et...

    L’essentiel n’est-il pas ce qui nous manque, pour savoir ce qui nous rassemble? Notre quotidien est-il le même pour nous tous. Nos aspirations font-elles échos à un idéal, ou à des valeurs communes? Toutes ces questions, apportent autant de réponses, qu’il y a d’individus qui se sentent touchés ou concernés. Pensez-vous que vos idées valent d’être énoncées et écoutées, comme celles de ceux qui vivent à vos côtés, que vous croisez ou dont vous n’avez jamais entendus parler? Sur l’Arbre France et sur l’écorce de son histoire, ses branches s’épanouissent et puisent leur force au fondement de leurs racines communes. Tout est question de point de vue! Que dire de ces trois personnes à qui l’on demande, pourquoi creusent-elles un trou? La première nous dira qu’elle creuse un trou tout simplement. La seconde, de répondre qu’elle gagne sa vie. Tandis que la dernière, elle, rétorque qu’elle bâtie les fondations d’une cathédrale. Alors citoyens! Quel trou creusons-nous ensemble?

    RépondreSupprimer

Modération des commentaires sur les articles de plus de deux semaines