Retour sur l'Iran

J'ai une certaine fascination pour la civilisation perse (comme pour la civilisation russe). Et Persepolis, le film de Marjane Satrapi a éveillé en moi un intérêt important pour la situation politique iranienne.

Je suivais depuis des mois le déroulement de la campagne présidentielle iranienne. J'avais repéré ce Moussavi, qui me semblait le meilleur candidat du camp réformiste pour déloger ce conservateur nationaliste qu'est Ahmadinejad, même si je me méfiais de la popularité de ce dernier dans les régions rurales.

Le clan conservateur a truqué les élections, cela a élevé des protestations ici. Je ne peux que féliciter ceux qui se sont investis sincèrement là-dedans, et qui continuent aujourd'hui de suivre la situation.

Mais il y avait aussi tous ceux qui suivent ce combat parce que c'était le combat à la mode. Ceux-là, je ne les supporte pas. Ils ont fait de Moussavi une icône, alors même qu'ils ne le connaissaient pas deux jours avant, et qu'ils ne s'étaient jamais souciés de la vie des iraniens. D'ailleurs ils ne s'en soucièrent plus sitôt que Michael Jackson fut mort.
Peu leur importe les convictions ; ce qu'ils aiment, c'est de participer à la communion, être du truc dont tout le monde parle. Indignés permanents, rebelles en carton.

Mais les médias en sont responsables. En ne parlant plus que de Michael Jackson (7 chaînes de la TNT sur 18 retransmettaient la cérémonie d'hommage ! 7 !!), ils ont directement contribué à ce qu'on oublie les Iraniens.

Commentaires

  1. En même temps, la télé a désormais pour but de faire de l'audience pour pas cher, alors forcément quand le signal d'un "évènement" comme ces funérailles est émis gratuitement, tout le monde prend, et "on" oublie tout ce qu'il se passe d'autres dans le monde.
    Ceci étant dit, même sans ces funérailles, tu sais qu'un autre sujet -un crash d'avion par exemple- aurait occulté le sujet iranien...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Vincent, car j'imagine que c'est ton nom. Comme je pense que c'est mon premier commentaire sur ton blog, je commencerai par te dire que je le suis depuis environ un an et demi, que j'en ai lu tout les billets, que je m'appelle Guillaume, que j'ai 22 ans pour encore dix jours et que j'étudie en école de commerce.

    Je partage complètement ton point de vue, quoique blâmer les médias comme point de départ de ce cercle vicieux n'est pas correct.

    D'abord je suis d'accord parce que l'émoi autour de l'Iran est arrivé et parti aussi vite que celui pour le Tibet, celui pour les catastrophes aérienne, celui pour la libération de Bétancourt, celui pour Roland Garros, ou encore celui pour la fameuse mort de Michael Jackson. A chaque semaine son fait, divers ou non - et qui continue en fil rouge sur le mois pour certains.

    Il me semble pour autant un peu facile de blâmer les médias - sans vouloir te taxer de facilité, au contraire un message simple est bien mieux entendu par la masse et permet aux autres de s'appuyer dessus pour aller plus loin. Bref. Les gens sont responsables et doivent être responsabiliser.

    Mais je parle de cercle vicieux plus haut car après tout ces gens, nous, faisons parti d'un système. Cette consommation "jetable" de l'information, si rentable pour les chaînes en terme d'audience et donc d'annonces publicitaires, est à mon sens fortement liée à ce système qui tourne autour du fric, le fric le fric le fric. La monarchie du pognon.

    Alors, je pense que c'est le système tout entier qui doit être blâmer et réviser.

    Pas seulement les médias qui n'en sont qu'un appareil.

    Ni seulement les gens que le système a isolé les uns des autres, qu'il a individualisé, car ils sont comme des fourmis au pieds d'un barreau de chaise: inconscient des 3 autres pieds, moins encore du dossier, et que dire de la personne qui s'assoit dessus !

    Au plaisir de continuer à te lire,

    Guillaume.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modération des commentaires sur les articles de plus de deux semaines

Posts les plus consultés de ce blog

Les éditorialistes menteurs : Colombani sur Sanders

Get A Kool, un festival raté

Karoutchi et les amalgames au fascisme et à Vichy