vendredi 29 décembre 2006

Le site officiel de Dieudonné n'est pas à jour

Sur la page d'accueil du site internet de Dieudonné, un avertissement trône : "IMPORTANT: Le site dieudo.net n'est pas totalement à jour pour le moment". En réalité, seules les pages consacrées à ses spectacles ont été mises à jour, le reste du site n'a pas bougé depuis des années.
On peut donc tomber sur des vestiges d'une période bien révolue : le Dieudo anti-raciste.

Ainsi la page "Politico-Dieudo" nous affirme que Dieudonné considère le FN comme "une gangrène dans le pays et un appel aux conflits sociaux, voire à la guerre civile"
Intéressons-nous maintenant au Dieudo-chanteur, grâce à la page "Disco-Dieudo" : on nous y rappelle que Dieudonné a sorti un album il y a une dizaine d'années, motivé entre autres par "son combat de tous les jours contre ce parti de l'extrème", une de ses chansons étant écrite "à la mémoire d'Ali Ibrahim, assassiné le 21 février 1995 par un colleur d'affiche du FN"

À lire cela, on en oublierait presque la visite de Dieudo à la fête BBR du Front National et les propos qu'il a tenu ensuite ("Le Pen a de grandes chances d'être l'homme de la révolution politique"). Les extraits que vous avez pu lire plus haut sont bel et bien des vestiges du Dieudo anti-raciste : aujourd'hui, il en veut à SOS Racisme de l'avoir ainsi influencé ("Si Le Pen est au second tour, je ne suivrai pas le mot d'ordre de SOS Racisme, de tous ces imposteurs, c'est certain"), il s'excuse de ses années anti-racistes au micro de "Radio Courtoisie" (une radio très à droite).

D'ailleurs, sur le site de Dieudonné, tout sera fait pour vous pour vous éviter de tomber sur les vestiges : sur les pages d'accueil, plusieurs liens vous invitent à aller vers la nouvelle page politique de Dieudo, celle qui a servi sa candidature pour 2007 (j'avais montré il y a quelques mois que ce site de campagne publiait des auteurs connus pour leur négationnisme).
On y fait également la promotion de "La Banlieue S'exprime", devenu carrefour de l'antisémitisme ordinaire, et dont le responsable s'enorgueillit d'avoir donné une interview à Minute (journal d'extrême-droite).

Drôle de collision.

mardi 19 décembre 2006

Bretonnants flamingants

Découvert en cherchant la source des liens vers mon blog : le site de la fédération d'Ille-et-Vilaine du Parti Breton.

Un de leurs rédacteurs y rebondit sur un commentaire publié sur mon blog à propos du canular de la RTBF. Jusqu'ici, je n'avais lu que des réactions favorables aux Wallons, qu'elles soient belgicaines ou non.

Ici, sans surprise, les autonomistes bretons, anti-français, se rangent du côté des flamingants anti-francophones :
Moins que les peuples libres cependant, nous avons, comme les Flamands, un boulet à tirer. Mais dans notre cas, c'est nous la minorité. La solution existe, les autres peuples minoritaires d'Europe montrent la voie.
Vous pouvez le constater, pour ces gens, la France est un boulet. Comme toujours, les autonomistes/indépendentistes se révèlent être des libéraux agressifs (la liberté de ne pas se soucier du voisin n'est jamais loin de la liberté de s'éloigner de la France). Voyez ce qu'ils reprochent à la France :
D'un autre côté, je regarde la Wallonie vivant sur ces "acquis sociaux" largement imposés aux Belges par la francophonie et l'influence du "grand frêre" français. Ce microcosme montre l'attitude égémonique et xénophobe qu'à eu la France colonialiste sur les plus faibles qu'eux.
La Belgique et la France doivent, pour ces gens, être honnies à cause des "acquis sociaux" ! Et quand je les vois accuser la France d'être xénophobe, cela me rappelle les flamingants qui accusent l'état belge d'être anti-flamand. Quand ils parlent de choses "imposées aux Belges (comprenez : aux flamands) par la francophonie", ils reprennent carrément leurs arguements

La seule chose que ces anti-Français oublient, c'est ce qu'est réellement la Bretagne.
La Wallonie et la Flandre sont des nations, tout comme le Québec, et ont le droit à vivre dans un état indépendant si elles le souhaitent. Par contre, le prétendu peuple breton ne constitue pas une nation, pas plus que le prétendu peuple corse. Encore une fois, la France n'est formée que d'une seule nation, et est indivisible de par sa constitution.

Les idées que véhiculent ces gens remettent donc en cause l'un des fondements républicains, doivent par conséquents être combattues. Le régionalisme n'est qu'une forme parmi d'autres de ce grand danger qu'est le communautarisme.

jeudi 14 décembre 2006

Bravo la RTBF !!!

Je viens d'apprendre que la première chaîne de la RTBF (radio-télévision belge francophone) avait fait un coup énorme ce soir.

Alors qu'ils avaient annoncé une émission sur l'avenir de la Belgique, et notamment ce qui se passerait en cas de scission de la Flandre, les téléspectateurs ont vu autres choses : une interruption d'antenne, un programme avec de vrais journalistes annonçant que la Flandre avait déclaré son indépendance. Vous pouvez voir le début de cette fiction à voir sur le blog de "Moi Belgique".

Tout était prévu : les réactions des célébrités, une fuite du roi Albert II à l'étranger, les scènes de joie des flamingants à Anvers, les reportages de terrain montrant des trains bloqués à la frontière. Tout était fait pour que les gens y croient. Et certains y ont cru, quelques-uns s'empressant d'en parler sur internet (voir par exemple cette modification sur wikipedia ou cette question sur Yahoo!Q/R).
Plus d'info dans cet article du Soir.

Bien évidemment, c'est le gros scandale en Belgique. Les politiques ne semblent pas avoir l'humour qu'on connaît pourtant aux Belges.

Je m'intéresse à l'avenir de la Belgique, j'ai d'ailleurs déjà consacré un article sur l'idée de la fin de la Belgique. J'avais été le plus neutre possible dans cet article.
Mais voici ce que je pense : des précédents récents en Europe nous montrent qu'un état binational (Tchécoslovaquie) ou multinational (Yougoslavie), ça ne marche pas. Je crois donnc que la Belgique sera scindée.
Et même, je le souhaite : chaque nation a le droit à son propre état si elle le désire. Et quand à ce qu'il adviendrait du reste de la Belgique en cas d'indépendence de la Flandre : à mon avis, dans l'état économique actuel, la meilleure chose qui puisse arriver à la Wallonie est de rejoindre la France, c'est pourquoi un mouvement comme le RWF a toute ma sympathie. Quant à Bruxelles, je ne crois pas à cette histoire de district européen.

edit :
Je l'avais oublié, mais à cause de mes articles sur la proposition de scission de la Belgique par le Belang et sur les propos anti-francophones d'Yves Leterme, je suis très bien classé sur Google pour les recherches concernant la scission du plat pays.
Toutes les recherches concernant la Belgique ayant amené des visiteurs sur mon blog hier soir, fautes d'orthographe conservées :
indépendance flamand, flamands votent la séparation de de la Belgique, la famille royale partie fin de la belgique, la belgique séparé ?, Flandre Independance 12/06, separation flamand wallon, Belgique+independance des flamands, separation des flamand et des wallon, belgique info séparation flandre wallonie, fin de la belgique, coup d'etat belgique, les flamands ont vots leur indpendance, independance flandre 2006, flamands+indépendance, blog la belgique séparatiste, ce-soir indépendance flamand, blague indépendance flamande, yves leterme, independance flandre wallons, indépendance flamands, flandre indépendance, independance de la flandre est ce un canular, coup d etat belgique, avenir de la belgique brel

Et j'adore la réponse d'un certain Zorba (sur le blog de Morandini) à un internaute qui avait dit "ils n'ont vraiment pas inventé l'eau chaude.. ces belges!" :
nous n'avons sans doute pas inventé l'eau chaude par contre nous sommes parvenus à vous vendre des avions renifleurs dans les années 70 sans rancune
(voir la fiche wikipedia sur l'affaire des avions renifleurs)
C'est vraiment marrant de voir ressortir des blagues belges sur les français dans les échanges sur internet.
Une autre, vue sur kopikol dans les réactions à un lien décrivant cette histoire :

blague belge : comment tuer un français ?
il faut viser 20 cm au-dessus de la tête, dans le complexe de supériorité


edit :
les premières minutes de la fiction de la RTBF :
mms://viptf1.yacast.net/lci/vod/news/2006-12/rtbf_extrait.wmv (via LCI)

lundi 11 décembre 2006

La jeune arabe (à la culotte rose) du FN et la laïcité

La jeune arabe à la culotte rose de la campagne du FNJeune et jolie arabe. Piercing au menton. Pantalon taille basse laissant apparaître le bas de son ventre et le haut de sa culotte rose. Agréable à regarder, non ?

Si je vous dit qu'il s'agit d'un morceau d'une affiche, et que cette jeune fille a le pouce baissé, à quoi pensez-vous ? Une campagne de SOS Racisme ou de la LICRA pour dire non aux discriminations ?
Tout faux. C'est une des 7 affiches de la dernière campagne du Front National, visibles sur le site de campagne de leur candidat.

En effet, le parti d'extrême-droite cherche à séduire tout le monde en 6 personnes : un homme rural, une femme urbaine, un enfant, une vieille, un entrepreneur et… une française d'origine immigrée. Chacun a droit à son affiche. Le slogan commun à ces affiches : "droite/gauche, ils ont tout cassé". Une dernière affiche regroupe ces 6 personnes autour de Le Pen.

Que reproche donc cette jeune arabe frontiste à la gauche et à la droite ? D'avoir cassé "nationalité, assimilation, ascenseur social, laïcité".
Si, si, vous avez bien lu, le FN prétend défendre la laïcité.

Faut-il rappeler que le Front National contient la plupart des catholiques intégristes ? L'abbé Laguérie, figure de proue des intégristes français, récemment réintégré au sein de l'Église Catholique par Benoît XVI, n'a-t-il pas dit un jour que, pour lui, "le parti le moins éloigné du droit naturel c’est le Front National" ?
Faut-il rappeler que la fête Bleu-Blanc-Rouge du Front National, dont l'édition 2006 a eu un certain écho médiatique grâce à la visite de Dieudonné, comporte chaque année une messe en latin ?

Certes, le FN essaye d'élargir son électorat, ne clame plus aussi fort qu'avant son opposition à l'avortement, ce qui ne déplaît aux pires intégristes, comme Xavier Dor, qui lui reproche de "s'affadir". Mais il reste opposé à l'avortement.
Certes, le FN ne crie plus sa haine contre l'islam (souvenez-vous de l'affiche du FN qui reprenait la déclaration du Hussein Moussawi, chef de la mouvance Amal Islamique du Hezbollah, : "Dans vingt ans, c'est sûr, la France sera une république islamique"), il faut bien essayer de séduire les jeunes musulmans. Mais les skinheads des Jeunesses Identitaires, se chargent de rappeler ce que l'extrême-droite pense de l'islam.

Ne vous laissez donc pas avoir. Derrière la culotte rose de cette jolie arabe (à une époque où Sarkozy critique "le jean taille basse qui laisse voir trop de choses") se cache un parti d'extrême-droite toujours xénophobe et intolérant.

ps : article repris sur Agoravox et Yahoo! Actualités.

édit : le Figaro nous apprend, de la bouche de Marine Le Pen, que ce n'est pas une culotte mais un string. Vu le titre de mon article, ça ne m'arrange pas.
Martial Bild indique que « la tenue de la jeune fille a paru un peu too much à certains ». Mais, selon lui, « le réalisme s'est imposé : c'est comme cela qu'elles s'habillent tous les jours. Nous prenons les gens tels qu'ils sont, non pas tels que nous voudrions qu'ils soient ». Marine Le Pen et Martial Bild s'empressent d'ajouter que l'affiche, une des six affiches de la campagne de Jean-Marie Le Pen, n'a pas été contestée dans son principe. « Les réserves ont porté sur le string apparent, pas sur le fond », explique la première.

dimanche 10 décembre 2006

Royal au Liban et les medias sarkozystes

On peut reprocher à Ségolène Royal son côté girouette lors de son voyage au Proche-Orient : rencontrer le Hezbollah mais refuser de rencontrer le Hamas ; dire au soldats français de la FINUL son opposition au survol de leurs positions par les avions israéliens puis, une fois en Israël, dire qu'elle peut "comprendre" ces survols.

Par contre, certains lui reprochent n'importe quoi. Sarkozy a peur de sa rivale si populaire, alors il essaye de trouver la moindre petite chose contre elle.

Vendredi 1er décembre, Ségolène Royal rencontre des députés libanais, et, parmi eux, un député du Hezbollah qui commet une diatribe anti-américaine et anti-israélienne. Royal répond fermement, rappelle qu'Israël a le droit à sa sécurité.

Mais il se trouve qu'une des phrases du député n'a pas été traduite par l'interprète : il comparait les résistants libanais face à l'armée israélienne, aux résistants français qui luttaient contre les Nazis. D'ailleurs, les journalistes français n'en parlent pas dans leur articles.
Lorsqu'elle apprend que cette phrase a été tenue, elle dit ne pas en avoir eu connaissance et dit qu'elle aurait quitté la salle si cela avait été le cas. L'ambassadeur de France au Liban confirme. L'histoire est finie ? Non.
Trop tard, Sarkozy a décidé de sortir l'artillerie lourde pour exploiter ce détail.

La droite française avait sévèrement critiqué Jospin en 2000 lorsqu'il avait osé qualifier le Hezbollah de terroriste. La diplomatie de la France (gouvernée ces dernières années pour la droite) est plutôt conciliante avec le Hezbollah, refusant que ce groupe soit inscrit sur la liste des organisations terroristes établies par l'UE.

Il y a une semaine, la droite française s'est tout d'un coup rendu compte que le Hezbollah (qui a déjà commis des attentats contre des Français, mais aussi contre des juifs en Argentine) est une organisation terroriste. Sarkozy et tous ses alliés tirent toute la journée de samedi. Ils parlent de "faute lourde". Douste-Blazy, qui il y a quelques mois, allait jusqu'à louer le "rôle stabilisateur" de l'Iran au Moyen-Orient, proclame désormais que le Hezbollah (parti pro-iranien) est "l'ennemi de la France".

Bref, le temps d'un week-end, l'UMP oublie la diplomatie (critiquable) pro-arabe de la France, dit le contraire de ce qu'elle aurait dit la veille. Mais le pire, c'est l'exploitation communautariste qui est derrière tout cela. En voulant faire croire qu'on s'oppose à une dérive de Royal qui laisserait le Hezbollah insulter Israël, Sarkozy veut se montrer comme un ami d'Israël, il rameute même Cukierman, le (regrettable) président du Crif (qui prétend représenter les juifs de France).

Cela aurait pu marcher ! Le problème pour eux, c'est qu'ils étaient encore après accuser Royal de laisser insulter l'état juif, qu'elle était déjà en Israël, accueillie quasiment comme un chef d'état par Ehud Olmert, à la une de Haaretz et d'autres journaux, se faisant féliciter de sa position ferme contre le nucléaire iranien.

Mais, le plus pathétique, c'est sans doute la façon dont les medias sarkozystes ont repris l'accusation telle quelle. Bon, venant de journaux qui acceptent de publier une interview de Sarkozy (sa déclaration de candidature) où aucun de leurs journalistes n'étaient présents, on ne peut pas s'attendre à mieux…

France2 acceptera d'ailleurs de participer à la mascarade de Françoise de Panafieu. Également en Israël, la candidate UMP aux prochaines municipales à Paris fera tout pour croiser Royal (elle l'a d'abord raté à la Knesset, elle l'a donc attendu dans le hall de l'hôtel King David). N'ayant pas apprécié que Panaf participe au tir indigne de l'UMP, Ségolène lui répond "je suis désolée, mais après vos propos, madame, je ne vous salue pas". La vidéo est vite mise en ligne, et se retrouve en une du site de l'UMP. Les blogueurs sarkozystes se dépêchent de faire la même chose sur leur blog. Le plus connu d'entre eux, celui qui réussit à se faire passer pour un blogueur d'opinion (merci les medias sarkozystes) alors qu'il ferait passer Steevy Boulay pour un fin politologue, pondra même un titre d'une malhonnêteté intellectuelle incroyable (qui a dit "comme d'habitude ?").

À lire, un très bon article dans le Marianne de cette semaine (n°503) : "La fausse affaire Ségolène Royal"