Retour sur l'affaire Bellanger/Skyrock

Je suis un passionné de radio. Je me précipite sur les sondages d'audience quand ils sortent. J'aime bien traîner sur les sites consacrés à ce média, comme Radioactu.

Personnellement, je suis de la génération FUN Radio. Le Doc et Difool (Sexe, capotes et rock'n'roll, c'est Lovin'Fun). Le StarSytem, les Débats de Gérard, etc.

Mais quand on est curieux sur le monde de la radio, on accroche forcément au personnage Pierre Bellanger.
Parce que ce mec, depuis ses débuts de patron de radio (Radio Cité Future, La Voix du Lézard), a toujours cherché à créer une communauté d'auditeurs, à favoriser l'échange. Il a réussi : depuis 1998, l'émission de libre-antenne de Difool est la plus écoutée de la bande FM le soir ; depuis 2003, le service de blogs proposé par Skyrock est la référence des adolescents, qu'ils écoutent ou non la station (et même s'ils détestent le rap !).

Surtout, Tonton Pierre a juste été un putain de visionnaire. Comment faire tourner une radio au début des années 80, avec l'interdiction de la publicité ? Les services annexes. Bellanger fut un grand précurseur de l'Audiotel et des services Minitel. 3615 Géraldine, putain !
Mais Bellanger avait également le nez pour son antenne. C'est sur Skyrock qu'Arthur se révéla en 1989… avant de devenir star sur FUN Radio (l'animateur le plus con de la bande FM) en 1991. C'est Skyrock qui lança la mode des libres-antennes (Supernana, Bonsoir la planète avec Malher), qui inspirera à FUN Radio le mythique Lovin'Fun (Sexe, capotes et rock'n'roll, c'est Lovin'Fun !).

Et quand les quotas de chanson française sont arrivés, Bellanger a pris le risque du rap. Certes pas si grand que cela : le "nouveau Skyrock" de 1994 (délaissant la musique variété/hits à la NRJ pour un format "années 90", et se séparant de nombreux animateurs historiques : Laurent Petitguillaume, Skyman, Géraldine, etc.) avait franchement loupé.
Mais en tout cas, quand on passe de l'eurodance et du rock au hip-hop, le pari n'est pas gagné d'avance. Skyrock est pourtant devenue en quelques années la deuxième radio musicale la plus écoutée de France.


Mais… passons au mais… car il y a un mais…
Tonton Pierre a perdu la main. Les ados s'éloignent des blogs Skyrock, pour Facebook. Skyrock a bien tenter de transformer son service en réseau social, mais trop tard.

Pendant ce temps, l'audience de la radio s'effrite, désormais rattrapée par FUN Radio.

Jusqu'à présent, il n'y avait pas de raison de changer une formule qui marchait. Skyrock est d'ailleurs la radio la plus immobile qui soit. 20 ans de Claude le voyant. 20 ans de Fred (souvenez-vous de Toubib et Tabatha, la copie de Lovin'Fun par Skyrock), dont 15 de Planète Rap, 15 ans de KTL, 15 ans de Difool le soir, plus de 10 ans de Difool le matin. Mais maintenant ?


C'est peut-être parce que je suis un sale anar, mais j'ai du mal à pleurer les patrons. Skyrock qui défend Bellanger, c'est comme Canal+ qui défendait Lescure : oui, il symbolise une certaine liberté. Mais on ne peut pas organiser le rachat de Skyrock par AXA et s'étonner quelques années plus tard que cet actionnaire majoritaire veuille imposer ses choix.

Et puis voilà, toute cette histoire de groupe ésotérico-partouzard tendance SM, cette manipulation d'une gamine de 17 ans entraînée là-dedans… Bellanger a pris 3 ans de prison avec sursis, n'échappant à la prison ferme qu'en appel. De quoi réviser le respect qu'on porte pour ce visionnaire, et se trouver mal à l'aise devant tous ces ados qui défendent aveuglément le patron de Skyrock, dont ils n'avaient jamais entendu parler trois jours plus tôt.

Pourquoi ces ados se mobilisent-ils ? Parce que Difool leur fait croire que leur radio est en danger de mort. Merde, ça marche encore ? Quinze ans qu'il leur fait le coup, à chaque remontrance du CSA. Et quand il était sur FUN Radio, il y a 20 ans, il faisait déjà cela…
On peut comprendre l'attachement de Difool à son patron. C'est ce dernier qui l'a débauché de FUN Radio il y a 15 ans, c'est ensemble qu'ils ont mené Skyrock à un tel succès.

Mais tous les patrons de Skyrock (Bellanger, Bouneau, Difool) sont faux-culs. De la pseudo-rébellion, bien contrôlée. On se fait passer à l'antenne pour une victime du CSA pour mobiliser son audience et faire pression sur l'organisme. Mais on se refait vite une virginité en se débarrassant de Supernana au prétexte d'une interview à Entrevue trop critique contre ces vieux sages, ou en censurant, dans "On est encore là" de Suprême NTM, la ligne qui dit "Nique le CSA".


Enfin, il y a de quoi rire quand on voit des rappeurs défendre Skyrock.
C'était une vraie bonne radio rap à la fin des années 90 : il y a très longtemps. Hier, Skyrock, c'était Suprême NTM, Doc Gynéco, Ärsenik, etc., avec une pointe de raï… Aujourd'hui, c'est La Fouine et Colonel Reyel séparés par du Shakira.
Et comme David Guetta est de tous les morceaux des artistes hip-hop étrangers, on retrouve des sonorités électroniques qu'on n'avait plus entendu sur Skyrock depuis la période techno-rap (et la Skyrave).

D'ailleurs, la "radio rap" défend tellement cette musique, qu'elle a supprimé il y a quelques années toutes les émissions spécialisées confiées aux rappeurs, qui passaient après minuit : trop chères.


Skyrock et le rap, c'est le formatage du rap.
Je suis sans doute un vieux con. Mais le rap, c'était mieux avant. NTM, Doc Gynéco, MC Solaar, etc., ça c'était du bon, du nouveau, de l'original. Maintenant, tous les morceaux de rap français se ressemblent.
Avec tous CE PUTAIN DE REFRAIN CHANTÉ À LA CON pour faire plaisir à Laurent Bouneau qui veut un truc doux et simple pour sa cible : les adolescents.
Bref, si le rap des années 2000 est si mauvais, c'est exclusivement la faute de Skyrock.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les éditorialistes menteurs : Colombani sur Sanders

Karoutchi et les amalgames au fascisme et à Vichy

Get A Kool, un festival raté