Prières de rue

Les prières musulmanes dans les rues de Paris, cela doit faire plus d'un an que j'en ai entendu parler.
Cela me révolte. Que des religieux barrent des rues, entravent la liberté de circulation, juste pour pratiquer leur religion, est insupportable pour un laïque comme moi.

Ne nous mentons pas : entraver ainsi la circulation est illégal, ils font passer la loi de Dieu avant celle de la République, dans un but profondément politique. Faire pression sur les pouvoirs publics pour obtenir une mosquée. Une pression par le nombre, de plus en plus forte.
Dire que les musulmans n'ont pas d'autre lieu pour prier, c'est mentir. Ils ne sont pas obligés de prier dans la rue, ils le font pour emmerder le monde. Nombreux sont les fidèles de la rue Myrrha qui y viennent spécialement, depuis la banlieue, juste pour donner plus de poids aux perturbations. En face, un maire qui se couche, plus soucieux de sa réélection que de la défense de la laïcité.

Aujourd'hui, cela fait enfin débat. Grâce à une phrase de Marine Le Pen sortie de son contexte. Occupation. Marine aurait comparé les prières de rue à l'Occupation. Donc nazis, donc elle est bien comme son père.

Raté.
Tout d'abord, loin d'être comme son père, entourée de nostalgiques des nazis et de la collaboration, elle comparerait ses ennemis aux nazis. Plutôt un bon gros point Godwin comme le souligne Élisabeth Lévy. Et, comme cela a été expliqué dans Arrêt Sur Images (peu suspect de sympathie lepéniste), l'allusion faite à la seconde guerre mondiale était avant tout une pique à Gollnisch et ses dérapages négationnistes.

Je suis agacé par cette polémique.
Je l'ai souvent constaté en étudiant l'UDC (droite nationaliste suisse) : à attaquer inconsidérément les leaders du populisme de droite, à les accuser de racisme pour tout et souvent pour n'importe quoi, on ne fait que renforcer leur victimisation ("c'est tabou, on veut nous empêcher de parler"). Et au final, ils deviennent plus populaires.

Car le bon peuple français, il voit bien une lente islamisation. L'assimilation à l'envers, quand Diam's passe de la fille libérée en débardeur, à la fille soumise dont on ne voit plus que le visage et les mains.
Et les Français n'aiment pas ça. Non pas qu'ils soient racistes, comme les islamo-gauchistes tentent de nous le faire croire. Bien au contraire.
Non, ils sont attachés au modèle français, laïque, où la religion est d'ordre privée (et ne se pratique pas au milieu de la rue). Ils sont attachés à une conception du vivre ensemble.

La majorité (sans doute) des sympathisants de gauche, s'ils sont attachés à combattre le racisme (et notamment celui visant la communauté arabo-musulmane), le sont tout autant à la défense des droits des femmes et des homosexuels, à la liberté de croire ou de ne pas croire.
En consultant le détail d'un sondage Ifop/France Soir consacré à Marine Le Pen, on apprend que près d'un tiers des sympathisants du Front de Gauche (et j'en fais partie…) approuvent ces propos.
Et oui, les bouffeurs de curé n'aiment pas non plus les imams…

Il ne faut pas que la gauche se laisse enfermer dans le chantage à l'islamophobie. Mélenchon, Hamon, Fabius, etc. sont courageux sur ces questions. Mais il y a toujours une fraction de la gauche prête à cautionner l'intolérance quand elle vient de l'islam. Avec cette putain de manie du consensus, on en arrive toujours à des déclarations fades, sans courage.
Ne laissons pas à la droite populiste le monopole de la question.

Commentaires

  1. Quand c'est Gandhi et ses potes qui refusent de se lever, c'est beau, c'est grand, c'est la non-violence et ce qu'il faut admirer.

    Quand c'est des musulmans, c'est affreux, terrible, ça remet tout en cause, ce n'est plus une manifestation non-violente mais la fin de la laïcité.

    Derp derp derp. Ca fait des années que j'attends que l'extrême-droite m'explique quel problème il y a avec les musulmans, mais toujours rien. Des images qui font peur, des vidéos choc, des commentaires apeurés mais rien d'autre.

    Un billet entier sur un problème qui n'existe pas, en fait.

    RépondreSupprimer
  2. "Un billet entier sur un problème qui n'existe pas, en fait."
    Ben voyons !

    Bon billet.
    J'allais dire , ou "ça tombe sous le sens, on ne peut rien y ajouter", mais que peut-on ajouter au commentaire de l'anonyme ? Rien non plus. Pour quelqu'un qui est d'accord avec l'islam, et qui a envie d'arriver au plus vite à un mode de vie dicté par l'islam tel qu'on le connait, tel qu'on le voit ailleurs, il n'y a aucun problème, bien au contraire.

    RépondreSupprimer
  3. Waouh. Comparer l'islam politique colonisant les rues, au pacifisme de Gandhi, faut quand même le faire.

    Ils veulent quoi, en fait ? Monter les musulmans contre la France…

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modération des commentaires sur les articles de plus de deux semaines

Posts les plus consultés de ce blog

Les éditorialistes menteurs : Colombani sur Sanders

Karoutchi et les amalgames au fascisme et à Vichy

Get A Kool, un festival raté