Buylife, mensonges et mauvais goût pour la bonne cause

Keep A Child Alive (KCA) est une ONG américaine qui lutte contre le SIDA en Afrique.
Elle utilise régulièrement des célébrités américaines pour inciter les gens à donner pour cette cause.

Le 1er décembre dernier, journée mondiale de lutte contre le sida, était lancée l'opération Buylife. Alicia Keys et d'autres vedettes du show-business (Lady Gaga, Justin Timberlake, Usher, Lenny Kravitz), ont « sacrifié » leur identité numérique, en s'engageant à ne plus publier de messages sur Twitter tant que ne serait pas collecté un million de dollars.

L'opération a tourné au fiasco : 160 000$ le premier jour, mais moins du double au bout d'une semaine. À ce rythme-là, les stars ne risquaient pas de poster à nouveau sur Twitter avant fin janvier. Impensable pour tous ces égocentriques.

Heureusement, ils ont été sauvés par Stewart Rahr, un milliardaire philanthrope, qui a déboursé les 700 000 $ manquant pour atteindre le million. Le communiqué publié par KCA célèbre ce succès inespéré, et nous explique que le généreux donateur a découvert l'association au Black Ball 2010 (le gala caritatif annuel de KCA).

Mais une rapide recherche sur internet nous apprend qu'il a été honoré par l'association il y a 6 mois, comme étant un donateur très généreux depuis plus de 5 ans (avec notamment un million de dollars en 2007), et qu'il est membre d'un comité consultatif de la branche new-yorkaise de KCA.
Cela relativise la fable du riche industriel récemment convaincu par les actions de l'association.

Revenons maintenant sur l'échec de cette opération.

Tout d'abord, c'est d'un mauvais goût certain. Utiliser le thème de la mort de stars, en faire des gros titres, juste pour récolter de l'argent, c'est très racoleur.

Surtout, les vedettes impliquées se sont cru plus importantes qu'elles ne le sont réellement. Des millions de gens qui vous suivent sur Twitter, cela ne veut rien dire. Qui payerait pour rendre la parole aux soeurs Kardashian ?

Et puis il y a une certaine indécence à voir des artistes qui, pour certains, ont vendus des dizaines de millions d'albums (ce qui les a rendu très riches), réclamer de l'argent à leurs fans pour qu'on les « sauve ». Pourquoi, si cette cause est réellement si importante à leurs yeux, ne pas avoir donné 50 000$ chacun ? Les privilégiés qui font la leçon aux pauvres gens, forcément, cela passe mal.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les éditorialistes menteurs : Colombani sur Sanders

Karoutchi et les amalgames au fascisme et à Vichy

Get A Kool, un festival raté