dimanche 25 janvier 2009

C'est toi le gros et moi le petit

Laurel et HardySarkozy et Bertrand

Fabius

Vu Fabius chez Ruquier.

Les discours de Royal ne m'ont jamais fait vibrer, trop mal incarnés. Ceux de Fabius, faisant référence à la laïcité, à la nation, remettant en cause le libre-échange, si.
C'est sans doute le meilleur tribun, le meilleur débatteur du PS (quoique son côté bourgeois cultivé et donneur de leçons peut-être énervant).

Chez Ruquier, Fabius était profondémment ennuyeux quand il s'agissait de défendre le contre-plan de relance du PS (dont il a magistralement court-circuité l'annonce mercredi, en menant la rébellion des députés de gauche à l'Assemblée).
Il a une excuse : ce plan est nul. Comme tout ce que fait le PS depuis un moment (programme 2007, déclaration de principes 2008, etc.), cela tente de faire un compromis entre toutes les sensibilités du parti… et cela n'est qu'un consensus mou, sans âme. Au final, personne ne s'y retrouve.
Fabius n'y croit pas, et ça se sent.

Fabius a un défaut majeur : il veut absolument être président de la République. Et il veut le PS derrière lui.
Par deux fois il a cru y arriver. Deux échecs.
1992 : successeur naturel de Mitterrand, il prend la tête du parti au plus mauvais moment (avant les législatives de 1993, désastreuses pour la gauche), laissant le champ libre à son meilleur ennemi, Lionel Jospin.
2005 : leader du non de gauche, vainqueur du référendum sur le TCE, et néanmoins écarté des instances du parti, il rate l'occasion de sa vie (claquer la porte du parti et fonder le Linkspartei français), convaincu qu'il sera désigné candidat du PS face à DSK. Mais Ségolène Royal est arrivée…
Et il continue. En 2008, plutôt que d'incarner à nouveau l'aile gauche du parti, il s'efface derrière la consensuelle Aubry (qui a pourtant le même programme social-démocrate européiste inefficace qu'il dénonçait chez Royal) pour faire battre Royal, pourtant bien plus légitime vis-à-vis du choix des militants. L'idée : écarter Royal, laisser Aubry se décrédibiliser, et être le sauveur de la gauche en 2012.
Soyons francs : quand Fabius fait passer la stratégie politique avant ses idées, il est nul.

Par contre, Fabius est excellent quand il défend ses propres idées, qu'il cesse de répéter le discours socialiste, pour se faire tribun, parler avec ses tripes, ponctuant son discours par un "bon dieu !" pour insister sur la chose qui lui semble essentielle.

Fabius, Mélenchon, Chevènement, ces gens-là ont compris que la gauche devait reconquérir les ouvriers, les campagnes, les pauvres, les vieux, (ces électorats qui lui font désormais défaut) au lieu de courir après les bobos comme le fait Royal. Dommage qu'ils le fassent chacun de leur côté, ça ne mènera pas à grand chose…

dimanche 11 janvier 2009

Antisémitisme 2009

Depuis les années 80 et SOS Racisme, la parole raciste est devenue honteuse. Certes, on entend beaucoup moins de propos racistes, mais le racisme est toujours présent.

Depuis les années 2000, internet s'est démocratisé, pour le meilleur et pour le pire. Le pire, c'est le sentiment d'anonymat qui incite certains à déverser leur haine cachés derrière leur écran : le racisme n'est plus honteux quand il est anonyme.

2009, c'est le grand déferlement de la haine.
La guerre entre Israël et le Hamas a réveillé les propos anti-arabes et surtout anti-juifs.
En temps normal, les sites accueillant des commentaires d'internautes ne faisant pas de modération (trop cher…), il y a déjà des dérapages. Alors aujourd'hui…

Plutôt que de renforcer la modération, certains sites (notamment liberation.fr) suppriment tout simplement la possibilité de commenter les articles sur Gaza.

Ailleurs, la haine s'exprime librement.
Ainsi, chez Yahoo! Questions/Réponses, la meilleure réponse choisie pour la question "La censure sioniste a-t-elle atteint même Yahoo QR ?" est "elle y est depuis longtemps,; les media sont entre les mains des juifs !".
Chez Dailymotion, Kémi Seba fait sa propagande en appelant au meurtre des sionistes.
Chez Youtube, dans les commentaires d'une vidéo d'une manifestation pro-palestinienne prise au hasard, on trouve carrément plusieurs appels au meurtre des juifs !

Certes, ces cas restent marginaux, et absolument pas représentatifs. Reste qu'ils existent.
La modernité, c'est la libéralisation de la haine.

mercredi 7 janvier 2009

Oh, les méchants amateurs !

Les (excellents) Cahiers du football épinglent régulièrement olweb.fr, le site web de l'Olympique Lyonnais, pour ses "communiqués plus officiels que ceux du Comité central sous Brejnev".

Celui d'aujourd'hui est d'un sacré niveau.
Posons d'abord le contexte : le week-end dernier, lors des 32èmes de finale de la Coupe de France, le match entre l'Olympique Lyonnais (champion de France depuis 7 ans) et Concarneau (club de CFA2, la cinquième division), qui devait se disputer à Guingamp, a été remis à cause du mauvais temps.

Concarneau étant un club amateur, ses joueurs travaillent en semaine, c'est pourquoi ils souhaitaient que le match soit reporté un samedi ; ils ont finalement eu gain de cause. Cela ne plaît pas du tout à l'Olympique Lyonnais, pas habitué à ce que les instances n'aillent pas dans leur sens.

Ainsi, si olweb.fr "prend acte de cette décision (…), par respect pour le football amateur", c'est pour mieux "et bien que celle-ci soit expressément contraire aux termes de l’article 6.7 du règlement de la Coupe de France qui précise sans ambigüité que tous les clubs sont tenus, dans l’hypothèse d’un report, d’accepter de jouer en semaine". Résumé : on aime les footballeurs amateurs, mais on veut jouer quand eux sont à l'usine.

Pire, l'OL "s’étonne de cette décision comme du lobbying effréné du football amateur qui contrarie en l’espèce le déroulement de la Ligue 1 et pénalise les clubs professionnels qui contribuent au succès de la Coupe de France."
Vous croyiez que c'était le foot amateur, les petits clubs, qui étaient menacés par le foot-business ? Que le meilleur pratiquant lobby effrené était Jean-Michel Aulas, patron de l'OL ?
Heureusement que olweb.fr est là pour vous montrer votre erreur : tout est de la faute de ces méchants amateurs qui veulent pas se coucher devant les gros pleins de pognon…