mardi 29 mars 2005

Le racisme anti-blanc existe aussi

Je relaie l'appel de l'organisation sionniste progressive Hachomer Hatzaïr contre le racisme anti-blanc, suite aux agressions racistes commises lors des manifestations lycéennes.
Parce que le racisme, qu'il vise les Noirs ou les Blancs, les Juifs ou les Arabes, est aussi révoltant dans tout les cas !!
Je suis atterré de voir les réactions à cette appel. La Ligue des Droits de l'Homme et le MRAP, comme à leur habitude, refusent de suivre un texte qui s'en prend à un autre racisme que celui qu'ils entendent dénoncer. Selon la dépêche de l'AFP, ils jugent cet appel "irresponsable" et "simplificateur". Je vois pas ce qu'il y a de dangereux à dénoncer des agressions racistes !!!
Pour d'autres, cet appel qui dénonce le racisme serait lui-même raciste : ceux qui pensent ça sont généralement les mêmes qui affirment que Dieudonné n'est pas antisémite ; on peut donc en déduire que ces gens pensent qu'affirmer, comme Dieudonné le fait, que c'est l'état Juif qui est responsable du Sida en Afrique, ce n'est pas du racisme, mais que dénoncer le fait que des Blancs aussi se font agresser, ça en est ! Ces gens-là sont ridicules !!!


Appel de l'Hachomer Hatzaïr et de Radio Shalom

Il y a deux ans, presque jour pour jour, le 26 mars 2003, quelques uns d’entre nous lançaient un cri d’alarme.

Quatre jeunes du mouvement Hachomer Hatzaïr venaient de se faire agresser en marge d’une manifestation contre la guerre en Irak parce qu’ils étaient Juifs. Une tentative de lynchage en plein Paris, un scandale.

La mobilisation des médias, des politiques, des simples citoyens, a été formidable.

Mais aujourd’hui les manifestations lycéennes sont devenues, pour certains, le prétexte à ce que l’on peut appeler des « ratonnades anti-blancs ».
Des lycéens, souvent seuls, sont jetés au sol, battus, volés et leurs agresseurs affirment, le sourire au lèvres : « parce qu’ils sont Français ».

Ceci est un nouvel appel parce que nous ne voulons pas l’accepter et parce que, pour nous, David, Kader et Sébastien ont le même droit à la dignité.

Ecrire ce genre de textes est difficile parce que les victimes sont kidnappées par l’extrême droite.

Mais ce qui va sans dire, va mieux en le disant : il ne s’agit pas, pour nous de stigmatiser une population quelle qu’elle soit. A nos yeux, il s’agit d’une question d’équité. On a parlé de David, on a parlé de Kader mais qui parle de Sébastien ?

Premiers signataires :

Ghaleb Bencheikh
Elie Chouraqui
Chahdortt Djavann
Alain Finkielkraut
Jacques Julliard
Bernard Kouchner
Pierre-André Taguieff

mercredi 23 mars 2005

Finkielkraut : "Cette Europe-là ne ressemble plus à rien"

EDIT : mon article consacré aux propos de Finkielkraut qui font scandale : "Finkielkraut, Haaretz et les "black-black-black""

Dans l'émission Qui-Vive du 20 mars sur la radio RCJ :

Alain Finkielkraut- Je suis de plus en plus conscient que cette Europe-là ne ressemble plus à rien. Que elle est d'autant plus immorale qu'elle se veut angélique. Et que l'Europe qu'on nous propose, c'est une Europe non plus… ce n'est plus un être politique, mais c'est une Europe qui nous invite, si vous voulez, à nous dépouiller du vieil homme politique, à abdiquer la condition politique au profit, si vous voulez, d'un monde exclusivement réglé par la morale, par le droit et par l'économie. C'est la même Europe qui… qui veut imposer la directive Bolkestein, c'est-à-dire : le marché règle tout, le droit équilibre le marché, et pour le reste on donne des leçons de morale. Et on demande aux peuples européens de voter pour justement le dépouillement de la politique et de la démocratie par elle-même. Moi, je ne voterais pas pour ça. Si l'Europe va vers autre chose va vers autre chose que la démocratie, va vers autre chose que la politique, ce sera sans moi.

Ilana Cicurel- Ça veut dire que vous allez voter non au référendum ?

Alain Finkielkraut- Vraisemblablement. Tout n'est pas joué, j'entendrais les arguments des uns et des autres, mais je suis trop européen, je suis trop profondémment européen, pour me reconnaître, si vous voulez, dans cette Europe-là… post-politique et d'autant plus immorale qu'elle se veut exclusivement morale.