Quand la fatwa devient justice en France

On savait déjà que la France autorisait la polygamie, plus précisément le regroupement des familles polygames.

Mais désormais, la justice nie la liberté individuelle, au profit de l'islam.

C'est l'histoire d'Amar Bergham, un français de la région lilloise, décédé le 13 mai dernier. Il avait fait part à ses enfants de sa volonté d'être incinéré. Mais sa femme, avec qui il était en instance de divorce, ne l'entendait pas de cette oreille... Elle a décidé que, puisqu'il était musulman, il devait être inhumé selon le rite musulman, c'est-à-dire enterré entouré d'un linceuil blanc, tourné vers La Mecque. Elle a reçu le soutien de la Ligue Islamique du Nord, qui a produit une fatwa disant que "Seule une autorité judiciaire musulmane dans un pays musulman doit définir et vérifier les causes de l'apostasie d'une personne.", et qu'un musulman reste musulman, même s'il s'était détaché de la religion.

A la suite de plusieurs décisions de justice (première instance, appel, cassation, re-appel), qui avaient suspendu la crémation, la justice française, celle qui rend ses décisions au nom du "peuple souverain", a établi que cet homme devait être enterré. Les attendus du jugement sont effarants, dignes d'un tribunal islamique : "rien ne permet d'affirmer qu'il avait entendu rompre tous liens avec ses traditions, l'absence de respect des obligations de l'Islam n'étant pas déterminante". En clair, même s'il ne pratiquait plus, il était musulman, il doit être enterré.

Cette décision est tout bonnement scandaleuse. Elle bafoue une notion fondamentale de la France, la laïcité. Aux enfants qui disaient "notre père avait rompu avec la religion, il était athée", on a répondu "non, il est musulman, et doit donc être inhumé selon les rites musulmans" : la ligue islamique du Nord, qui supporte les pires lois religieuses, a donc contre la République. Et cela traduit une tendance dure, qui condamne tout homme venant d'islam à porter ce fardeau toute sa vie.

Et encore une fois, la maire de Lille, Martine Aubry, s'est rendu objectivement complice des islamistes, elle qui leur avait déjà cédé en créant des horaires non mixtes dans les piscines lilloises.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les éditorialistes menteurs : Colombani sur Sanders

Karoutchi et les amalgames au fascisme et à Vichy

Get A Kool, un festival raté