dimanche 10 mai 2009

Les délires bretons me gavent

J'ai souvent, sur ce blog, exprimé mon anti-communautarisme, entre autres contre le communautarisme se cachant derrière le folklore breton ridicule.

J'aurais tant aimé que Grenoble se qualifie pour la finale de la Coupe de France. Parce que c'est un club cher à mon cœur. Mais aussi parce que ça nous aurait évité d'avoir une finale 100% bretonne, Rennes-Guingamp.
Et tout ces délires communautaristes.

La palme de la bêtise ? Sans doute la une de l'Équipe toute en breton.
On a également eu droit aux gesticulations communautaristes des politiques bretons, auxquels la FFF a en partie cédé, pour que soit chanté l'hymne breton avant la finale.

On a donc chanté le Bro Gozh, et vu des milliers de drapeaux bretons, les Gwenn ha du.
Deux symboles créés récemment, au XXème siècle, pour tenter de faire croire à une nation bretonne qui n'existe pas.

Le Bro Gozh n'est qu'une copie de l'hymne gallois (tu parles d'un symbole historique breton…), adaptée par François Jaffrenou.
Qu'a fait Jaffrenou pendant la seconde Guerre Mondiale ? Il a collaboré activement avec les nazis.
Et qu'a fait Morvan Marchal, le créateur du Gwenn Ha Du, pendant la seconde guerre mondiale ? Il a collaboré encore plus activement que Jaffrenou.
Le Gwenn Ha Du sera même interdit à la Libération, tant il symbolisait la collaboration avec le nazisme.

De plus, rappelons que Rennes est en Haute-Bretagne, donc en pays gallo, le gallo étant une langue d'oïl (pour faire court, un dialecte du français). Ce qui rend encore plus ridicule toutes ces célébrations en breton autour de ce match.