dimanche 29 janvier 2006

Même les rappeurs vieillissent

Ces derniers jours, j'ai vu sur Canal+ les deux anciens membres du Suprême NTM : JoeyStarr vendredi dans "Vendredi Pétantes", et Kool Shen samedi dans "En aparté".

NTM incarnait pour moi comme pour beaucoup les années 1990, a marqué mon adolescence, et a toujours eu pour moi une image "jeune".
Leur premier album, Authentik, date de 1991, ce qui nous ramène à il y a déjà 15 ans. Mais ils s'étaient déjà fait repérer dès 1990 avec "Je rappe" sur la mythique compile Rapattitude, et dans le Mon Zénith à moi de Nina Hagen sur Canal+ (tout est histoire de destin, puisque cette grâce à cette émission, dans laquelle ils s'étaient retrouvés parce que leur manager était le mec de Nina Hagen, qu'il furent signés par CBS -et encore, parce que Patou, la mère de Lady Vee, la copine de Kool Shen de l'époque décédée en 2000 et pour qui il a écrit "Un ange dans le ciel", y bossait et avait dit au patron de CBS de regarder l'émission).

1990, cela fait donc 16 ans !!
On comprend mieux pourquoi Kool Shen a 40 ans, et JoeyStarr n'en est plus très loin non plus.
Et oui, ceux qui composaient le groupe français le plus enragé qu'on n'ait jamais connu (il suffit de réécouter NTM Live) sont maintenant des papas quadras.

Les deux ex-acolytes ne se sont jamais remis de la séparation de NTM. Séparés sous l'idée de Kool Shen parce qu'ils ne se sentaient pas capables de faire mieux que le célèbre LP4. JoeyStarr n'a jamais digéré que son pote fasse des morceaux sans lui, alors que Kool Shen montre bien dans ses propos qu'il reste un éternel nostalgique de cette époque là.
Ca se ressent sur leurs carrières solos respectives : de bons morceaux, mais qui souffrent beaucoup la comparaison face à ceux du groupe, et désormais le fait de n'apparaître sur disque qu'entourés de leurs propres collectifs (IV My People et B.O.S.S.), comme s'ils ne se sentaient pas capables de rapper tout seul, et encore moins dans l'optique de la scène.

Même JoeyStarr, qui fut l'incarnation pour les bien-pensants de la violence des banlieues dans les années 90, ne fait plus peur à personne avec son costume de "citoyen actif", et Doc Gynéco ne manque d'ailleurs pas de se moquer de lui dans une chanson, "Josette", de son nouvel album.

Ils sont tout simplement vieux. Je le savais déjà, mais ça m'a fait un choc de voir, à quelques heures d'intervalle, les traces du temps (et de la drogue) sur ces icônes de ma jeunesse.