dimanche 25 septembre 2011

Le serment d'allégeance, le nouvel écran de fumée

Jean-François Copé veut que les Français fassent allégeance aux armes.

J'aime mon pays, je suis patriote (j'ai souvent parlé de la Marseillaise, de la nation, etc., sur ce blog). Mais cette proposition me semble avoir tout de la fausse bonne idée.

Tout d'abord, le serment d'allégeance est une coutume anglo-saxonne. Copé veut, comme a son habitude, encore angliciser, américaniser la France. Pas question !

Je ne crois pas que l'Europe restera éternellement en paix. Mais d'ici à ce que les citoyens de base doivent prendre les armes… Je vous rappelle qu'on a une des meilleures armées du monde et, surtout, l'arme nucléaire, ce qui limite beaucoup l'envie des autres pays de venir nous chercher des noises.


C'est bien d'ailleurs pour cela que cette même droite a suspendu le service militaire, qui était devenu inutile. C'est donc assez anachronique.

Et être anti-militariste, pacifiste, objecteur de conscience, c'est être un mauvais Français ? Je ne crois pas. C'est pourtant ce que sous-entend la proposition de Copé.
Les mauvais Français, ce sont tous ceux qui pratiquent l'évasion fiscale. Et que l'UMP chérit (Sarkozy faisant campagne avec Johnny en 2006…), qu'elle présente comme des martyrs.
Les élites mondialisées nous font la leçon sur l'amour de patrie ?


Quel est le but de cette annonce, alors ?
Ce qui est à retenir, c'est surtout le serment d'allégeance lors des naturalisations. Qu'on exige d'un futur Français l'adhésion aux valeurs de la France, c'est bien normal. Mais imposer un tel serment, c'est exprimer une défiance envers les naturalisés. Au lieu de les accueillir à bras ouverts, on leur demande une preuve supplémentaire ? on les suspecte de ne pas être loyaux envers leur nouvelle patrie ? C'est quoi ces conneries ?

Il y a deux ans, le débat sur l'identité nationale avait été lancé pour faire oublier les scandales Hortefeux, Mitterrand et Jean Sarkozy.
Cela avait finalement pas trop mal marché. Donc on recommence. Le Karachigate explose ? Vite, un écran de fumée ! Le serment d'allégeance. Comme cela, on caricaturera les réactions de la gauche pour les faire passer pour les ennemis de la France !


Ridicule. Car l'amour de la patrie ne se décrète pas. Il s'inculque. Qu'on arrête plutôt de détruire l'enseignement de l'histoire de France…

samedi 10 septembre 2011

Le 11 septembre à la radio

Le 11 septembre 2001, j'avais commencé ma seconde année de DEUG (et j'étais donc revenu à Grenoble après les vacances chez mes parents) depuis une semaine. Je n'avais pas cours cet après-midi là.

Dans mon studio d'étudiant, il n'y avait pas de télévision, ni alors d'internet. Mon lien avec le monde extérieur, c'était la radio.
La génération actuelle des jeunes écoutent Skyrock, voire NRJ. La mienne, c'était Fun Radio. Je m'endormais à l'écoute du Starsytem de Max, je me réveillais avec Bob, Isa et Martin. Et j'écoutais Arthur en rentrant de la fac.

Après avoir rapidement déjeuné, j'étais allé faire les boutiques une heure ou deux, en centre-ville (sans doute à la Fnac). Dans le tramway me ramenant chez moi, j'ai vaguement entendu une femme parler à une amie d'un avion dans une tour, comme quoi c'est ce qui passait à la télé avant qu'elle sorte de chez elle.

Je n'y ai pas prêté d'attention particulière : un avion dans une tour, c'était sans doute un accident. Je ne savais pas que cela concernait les tours géantes du World Trade Center. Un deuxième avion s'était déjà écrasé, sur la seconde tour. Le temps d'arriver chez moi, c'était le Pentagone qui était frappé. Il n'y avait plus aucun doute qu'il s'agisse d'attentats.

Cela, je l'ignorais. Rentré tranquillement, juste à temps pour l'émission d'Arthur, j'attendais mon programme de détente.
Planetarthur commence. Arthur, le ton grave, explique que l'heure n'est malheureusement pas à la rigolade, explique les attentats au WTC et au Pentagone.

Oui, j'ai bien conscience que cela peut paraître ridicule, mais c'est par la voix d'Arthur que j'ai appris la catastrophe. Je me souviens l'avoir entendu dire que cela allait sans doute avoir des grandes conséquences dans le monde, en gros que rien ne serait plus comme avant. Sur le moment, je trouvais qu'il exagérait, qu'il dramatisait comme il savait si bien le faire, lui le producteur de Loft Story…

Il a rapidement décidé de diffuser, sur l'antenne de FUN Radio, l'édition spéciale de RTL, une radio du même groupe. J'ai finalement zappé sur France Info, pensant que la radio spécialisée serait mieux informée… mais leurs journalistes semblaient découvrir les choses dix à minutes plus tard que ceux de RTL.


Les jours suivants, j'ai continué à écouter les radios "sérieuses", j'ai vu des images de l'avion dans une tour en feu, en une des journaux, et peut-être sur internet. Mais j'ai du attendre vendredi soir, et mon retour en week-end chez mes parents, pour voir des vidéos.
Je voyais enfin concrètement, trois jours après tout le monde, ce qu'il s'était passé. Un drôle de sentiment de décalage.

À moins d'être en vacances hors de chez soi, cela ne serait plus possible aujourd'hui. Internet haut-débit, l'immédiateté de Twitter. Le streaming de BFMTV exploserait, à cause d'un trop grand nombre de connections, mais on trouverait rapidement un autre streaming où suivre l'urgence. Des vidéos seraient rapidement publiées sur YouTube.
C'est sans doute mieux. Mais les rumeurs seraient, elles aussi, très vite amplifiées. Des victimes ne seraient pas encore mortes que des dingos crieraient déjà à la conspiration, à un complot, sur les réseaux sociaux. Les injures racistes se répandraient en nombre, sur Youtube, sur Facebook, etc.

Le monde a changé.

jeudi 1 septembre 2011

Meyssan, Baylet et le PRG

Candidat à la primaire socialiste, Jean-Michel Baylet a été récemment interviewé par Rue89.

Parmi les questions suggérées par les "riverains", l'une, très pertinente, portait sur l'adhésion de Thierry Meyssan au PRG, le parti que Baylet préside.
Rue89 : Et Meyssan ?
Thierry Meyssan a été secrétaire national du PRG à une époque où il animait le Réseau Voltaire, mais j'ai envie de dire que depuis, il a fait du chemin.
Rue89 : Il est quand même resté jusqu'en 2008.
Non… Il n'a pas claqué la porte mais on ne l'a plus vu depuis une dizaine d'années, Thierry Meyssan. Si je vous dis qu'on l'a pas vu, je sais bien. J'ai bien vu que sur certains sites, dans certains CV, il a continué longtemps à mettre qu'il était secrétaire national du PRG, mais ça n'était pas exact.
Thierry Meyssan a été en rupture avec nous dès qu'il a pris les positions qu'il a prises sur l'affaire du 11 Septembre.
A ce moment-là, je lui ai demandé de venir me voir, nous avons eu une discussion, il m'a présenté ses théories fumeuses et révisionnistes – il faut bien le dire –, totalement scandaleuses, et je lui ai donc à ce moment-là expliqué que c'était incompatible avec les valeurs que portaient les radicaux, et depuis j'ai vu qu'il est allé de dérapage en dérapage jusqu'à ce qu'il se retrouve à Tripoli avec Kadhafi, il y a encore quelques semaines.

Baylet : "on n'a plus vu Meyssan depuis une... par rue89

J'ai beaucoup étudié le cas Dieudonné il y a quelques années. Ce qui m'a aussi amené aux conspirationnistes et à Meyssan. Souvenez-vous, il y a cinq ans, Dieudo, Soral et Meyssan allaient au Liban, défendre le Hezbollah, un voyage organisé par l'ex-gudard Frédéric Chatillon.

J'étais choqué qu'un parti de gauche accueille dans ses instances dirigeantes un personnage si peu fréquentable. Tristan Mendès France avait publié un article fin 2006, où il exprimait le même agacement.

Dans mes souvenirs, Meyssan était à l'époque présenté comme membre du secrétariat national du PRG sur le site officiel du parti, et je datais son départ à environ 2008, quand il s'est exilé en Syrie.

Bref, mes souvenirs ne correspondent pas du tout aux réponses de Baylet. Si on le croit, la rupture entre Meyssan date d'environ 10 ans : "on ne l'a plus vu depuis une dizaine d'années, Thierry Meyssan. Si je vous dis qu'on l'a pas vu, je sais bien." ou "Thierry Meyssan a été en rupture avec nous dès qu'il a pris les positions qu'il a prises sur l'affaire du 11 Septembre (…) je lui ai donc à ce moment-là expliqué que c'était incompatible avec les valeurs que portaient les radicaux" (Meyssan a publié l'Effroyable Imposture, son livre conspirationniste, début 2002). Si on a lu contraire, c'est que Meyssan nous a menti ?

Heureusement, il y a la Wayback Machine, le grand archivage du web. On entre l'adresse du site officiel du PRG, on sélectionne 2008. Et hop, on tombe très vite là-dessus.
Thierry Meyssan était donc bien indiqué comme membre du secrétariat national du PRG, dans la page enregistrée le 4 mai 2008 par le robot de la Wayback Machine.

Bon, je reconnais que la mise à jour du site n'a jamais été leur fort du PRG. Mais pas de quoi remonter jusqu'en 2002 non plus !

Surtout, le site du PRG publiait à l'époque les comptes-rendus des réunions de son Secrétariat National (SN) et de son Bureau National (BN).
Par chance, le robot de la Wayback Machine en a sauvegardé la grande majorité.

Certes, Meyssan n'était pas très assidu aux réunions. Mais son nom apparait tout de même régulièrement dans la liste des présents : SN du 18 janvier 2006, du 2 mars 2005, etc. La liste est longue. Relevons tout de même le Secrétariat National du 16 février 2005 où Meyssan recevait du président (Baylet, jusqu'à preuve du contraire) son attribution comme secrétaire national :

Attendez, le meilleur reste à venir. Thierry Meyssan a aussi participé à des réunions du Bureau National du PRG. Parmi les dernières que j'ai trouvées : BN du 14 juin 2006, du 20 septembre 2006, du 27 février 2007. Dans cette dernière réunion, on note même une intervention de Meyssan sur le Proche-Orient.
Mai 2007. La gauche vient de perdre l'élection présidentielle. Un mois plus tôt, Baylet a déclaré exclure Tapie pour son ralliement à Nicolas Sarkozy. Thierry Meyssan fait depuis déjà 5 ans le tour du monde pour propager ce que Baylet appelle aujourd'hui des "théories fumeuses et révisionnistes (…) totalement scandaleuses", "incompatible(s) avec les valeurs que portent les radicaux". En 2007, Thierry Meyssan est déjà sérieusement parti en vrille depuis un an ou deux (j'en reviens à la fameuse escapade Dieudonné-Soral-Meyssan-Chatillon au Liban).

Voter Sarkozy est-il plus grave que de répandre des théories "révisionnistes" et de copiner avec des figures extrémistes ? Sans doute, puisque Meyssan est présent aux deux BN du PRG en mai 2007, et y intervient encore !
Le 9 mai :
Le 23 mai :

Baylet affirme avec insistance n'avoir pas vu Meyssan au PRG depuis une dizaine d'années. Les comptes-rendus du site officiel du PRG (une source sûre, donc) nous prouvent que l'auteur sulfureux y intervenait il y a à peine quatre ans.

Problème de mémoire ? De vue ? Ou Baylet nous raconte-t-il de gros bobards ?