lundi 19 octobre 2009

Alicia Keys - Doesn't mean anything (vidéo-clip)

Le tout nouveau clip d'Alicia Keys, Doesn't Mean Anything, premier single de The Element of Freedom, le 4ème album studio qui sort le 1er décembre.

Il est sorti ce matin… Bon, niveau clip, ça ne vaut pas Like you'll never see me again mais la chanson se laisse très bien écouter.

samedi 17 octobre 2009

Diam's - l'évolution

1999, 19 ans, premier album, cheveux longs

2003, 23 ans, deuxième album, cheveux courts pour imiter Pink. Symbole des jeunes filles qui refusent le machisme violent imposé par leur milieu.


2009, quatrième album studio… No comment

Quand on n'a pas d'arguments… (2)

Il est fréquent de tenter de disqualifier les attaques politiques en faisant passer l'adversaire pour un intolérant.

Parfois, cela vient de la personne visée elle-même, comme Ségolène Royal accusant ses adversaires de sexisme ou Rama Yade prétendant être attaquée par la gauche en raison de sa couleur de peau.

Le pire, c'est quand cela vient de la garde rapprochée, des porte-flingues…
Les sarkozystes vont particulièrement loin dans ce jeu.
Karoutchi, alors que Sarkozy chutait dans les sondages à cause du bling-bling et de Kadhafi, n'avait rien trouvé de mieux que de comparer le président à Jean Zay, ministre du Front populaire victime d'antisémitisme, assassiné pendant la guerre.

Luc Chatel, porte-parole du gouvernement, vient de faire particulièrement fort. Pressé de questions sur l'affaire Jean Sarkozy (l'auteur de chansons imposé par son père à la tête de la Défense (l'Epad) pour flinguer Devedjian), il a du mal à répondre.

Qu'on lui rappelle que le Dauphin n'a toujours pas sa licence à 23 ans, et il tente de vous faire passer pour un adversaire de l'emploi des jeunes et des non-diplômés. Argument également employé par Xavier Darcos, qui cite Pierre Bérogovoy et son CAP… en oubliant de préciser que celui-ci a du attendre 52 ans pour être directeur adjoint de GDF (en étant entré comme agent technico-commercial et en ayant gravi tous les échelons), 56 pour être ministre. Un parfait exemple de la méritocratie républicaine, tout le contraire de Jean Sarkozy, qui a droit à tout dès son plus jeune âge parce que son père est président.

Chatel finit par sérieusement déraper…
« On a vraiment le sentiment d'une chasse à l'homme. Tous ceux qui interviennent sur cette question, que veulent-ils ? Ils veulent interdire l'élection à un candidat de par son origine sociale, son nom, son faciès ? C'est ça la République ? Après son nom, son origine, sa jeunesse, je ne sais pas ce qu'on trouvera la prochaine fois, peut-être la race ou autre chose? Où va-t-on? »

En clair, si vous ne soutenez pas Jean Sarkozy, c'est que vous êtes anti-jeunes, donc intolérant, donc raciste. Quel raisonnement, monsieur le ministre…

jeudi 15 octobre 2009

Exclusif : Jean Sarkozy écrit des chansons !

Puisque Jean Sarkozy fait à nouveau parler de lui dans l'actualité pour sa possible nomination à la tête de l'Epad (la Défense), et qu'il fait actuellement l'objet d'un mème sur Twitter (#jeansarkozypartout), c'est le moment de ressortir cette information exclusive.

On le savait déjà, Pierre Sarkozy, fils aîné de Nicolas, est un passionné de musique : producteur de rap sous le nom de Mosey, on lui doit notamment Peace Maker, le dernier album de Doc Gynéco, dont l'échec a provoqué la fermeture du label Archambault Musique France.
On le sait moins, mais avant de se lancer à corps perdu dans la politique, son petit frère Jean a un temps hésité à suivre ses traces dans le monde artistique.

Oui, Jean Sarkozy a écrit des chansons !
Il les a même déposées à la Sacem ! Si !
Il suffit de consulter le catalogue de la Sacem et de rentrer Sarkozy Jean dans le critère Nom Prénom. Vous obtiendrez 7 résultats (cliquez sur l'image pour agrandir).

Jean Sarkozy a donc écrit, co-composé, et déposé à la Sacem, 7 chansons : Célibataires habitudes, Comme elle s'abîme, Comme le maquis (on sent la mère corse…), Jamais sûr, Loulou, Qu'on m'emmène, et Urban Spleen.

Ces chansons n'ont bien sûr jamais été rendues publiques. Si jamais vous pouvez les dénicher, vous tiendrez sans doute en main un sacré dossier…

Je dois cette information à Squegee, webmaster de brunobeausir.com (site sur Doc Gynéco), parti un jour à le recherche de titres éventuels de Pierre Sarkozy, et tombé alors, à sa grande surprise, sur un autre Sarkozy…

vendredi 9 octobre 2009

Frédéric Mitterrand - Publicité Opel (1988)

Le site de l'ina est une mine d'or…

Lien

jeudi 8 octobre 2009

Gauche, le nouvel ordre moral

Quand Frédéric Mitterrand est devenu ministre, j'ai très vite repensé à son livre La mauvaise vie.
Je n'ai pas lu ce livre. Le seul souvenir que j'en avais était une discussion avec ma grand-mère, qui nous expliquait avoir été choquée par l'émission de Mireille Dumas dans laquelle il était venu parler de son livre (et de ses expériences sexuelles particulières) ; choquée moins par ces expériences que par le fait qu'il vienne en parler en prime-time à la télévision.

Donc, quand Mitterrand a été nommé, j'ai cherché à en savoir plus, à fouiller toutes les critiques disponibles sur internet concernant ce livre. Ce qui en ressortait, c'est qu'il s'agissait de la confession douloureuse d'un homme qui n'a jamais trouvé l'amour, et qui en était réduit aux situations les plus glauques, payant jeunes thaïlandais ou marocains pour avoir du plaisir.
Décrire sa propre misère est quelque chose qui me touche, parce que je le trouve courageux… et au niveau artistique, parce que les sexualités particulières, les misères intenses, que l'on peut croiser sur internet, constituent un des sujets que j'aimerais aborder dans un roman.

Je me suis alors demandé combien de temps Frédéric Mitterrand pourrait travailler tranquillement sans qu'on lui ressorte cette histoire. Quatre mois. Je me doutais bien que ce serait de l'extrême-droite que viendrait la polémique.
Mais je ne pensais pas que cela ferait si grand bruit. Pas un instant j'imaginais que des responsables socialistes reprendraient l'histoire, et exigeraient même la démission du ministre !

Dans toute cette histoire, il y a une manipulation, transformant une « profusion de garçons » excitant Mitterrand (il utilise garçons pour désigner les hommes en général) en une « profusion de jeunes garçons », pour le faire passer pour un pervers pédophile.
Que Marine Le Pen, invitée reprenne les ragots d'internet sans vérifier, passe encore : on ne va pas demander à des fachos d'être honnêtes… Que des responsables politiques reprennent cela sans vérifier, c'est vraiment honteux.

Cette polémique a d'ailleurs montré que Marine Le Pen a bel et bien réussi son but : être une frontiste respectable, qu'on peut citer sans problème (alors qu'on vomissait la moindre parole de son père). Le nombre de blogs socialistes ayant repris la vidéo de Marine Le Pen à Mots Croisés, la plupart d'ailleurs sans distance, m'a sidéré.

Plus généralement, ce qui m'énerve, c'est quand la gauche veut être la championne de l'ordre morale (on en avait déjà eu un aperçu lors de l'affaire Orelsan).
Pourquoi ces socialistes participent-ils si facilement à la cabale contre Mitterrand ? Parce qu'il est ministre de Nicolas Sarkozy. Ce sont les mêmes qui défendaient Dany Cohn-Bendit, aux des propos autrements plus clairs et plus graves, lorsque ceux-ci avaient ressurgi au début du siècle.

Je crois en la dignité du débat politique. Se faire le relais d'une manipulation venant de l'extrême-droite dans le seul but de nuire au gouvernement de droite, c'est vraiment indigne et honteux.

mardi 6 octobre 2009

Foot, islam, et homophobie

On apprend qu'une équipe de musulmans pratiquants, le Créteil Bébel, a refusé de jouer contre
une équipe gay, le Paris Foot Gay (PFG). Cela secoue pas mal la blogosphère.


Cette histoire m'amène deux réflexions.

Tout d'abord, cela ne fait que confirmer que l'homophobie est importante dans "les banlieues" où l'islam, religion très homophobe, règne. Deux livres consacrés au sujet viennent de sortir : Homo-ghetto, de Franck Chaumont (au Cherche-Midi), et Un homo dans la cité de Brahim Naït-Balk (chez Calmann-Lévy)… entraîneur du PFG.

On préfère souvent cacher l'homophobie (et l'antisémitisme) dans ces cas-là. Refrain classique selon lequel "il ne faut pas stigmatiser les musulmans/les immigrés". Il ne s'agit pas de stigmatiser, simplement de dire la vérité en sortant d'une pensée manichéenne : oui, être victime de racisme n'empêche pas d'être soi-même intolérant. Et ce n'est pas davantage excusable.

Ce qui est inquiétant, c'est que le Créteil Bébel ne voit pas le problème. Si on refusait de jouer contre eux en donnant comme raison l'islam, ils crieraient à l'islamophobie, au racisme. Par contre, qu'on soit choqué de cette histoire, et le président du Créteil Bébel réclame le droit d'« affirmer » ses « convictions » sur l'homosexualité.

Non. Dans l'assimilation qu'on demande aux populations immigrées, il y a la tolérance envers les autres façons de vivre (religion, sexualité). Le refuser, c'est contrevenir à nos valeurs.


Je suis néanmoins gêné par cette affaire. Une petite histoire montée en épingle, comme par hasard pour la sortie du livre de l'entraîneur du PFG…

Surtout, un anti-communautariste comme moi a du mal à digérer l'existence d'équipes gays, musulmanes, juives, etc. Mais je sais que les clubs à l'origine communautaire existent depuis longtemps, certains s'étant même fait remarquer à un niveau très honorable (les Lusitanos de Saint-Maur en 3ème division, l'Union Sportive d'Origine Arménienne de Valence en 2ème). Je peux comprendre ce désir de s'amuser avec des gens proches, partageant une même identité… je le comprends, mais je regarde cela d'un oeil inquiet, ayant peur de l'enfermement communautaire.

De plus, si, comme je l'ai dit, être homophobe contrevient aux valeurs de tolérance que porte notre nation, il n'y a pas non plus de quoi en faire une affaire d'état. C'est beaucoup moins grave que toutes les agressions dont sont régulièrement victimes les lesbiennes et les gays en banlieue.
Et pourtant, on en parle beaucoup plus, parce que le PFG est un club de bobos ayant des relais médiatiques.
Qu'on s'enflamme sur ce problème accessoire (fût-il révélateur) alors qu'on ne parle presque jamais des agressions, cela me met vraiment mal à l'aise.

PS : les anti-pédés et anti-musulmans se lâchent. Attention, préparez le sac à vomi.
Criticus profite de l'affaire pour opposer homosexualité et religion musulmane, accusant la première de transformer l'Occident"en ramassis de lopettes à slime" et la seconde de "se rendre maîtresse de l'Europe" "par substitution de population" (et oui, il est obsédé par la défense de l'Occident). Il conclut en qualifiant l'homosexualité de "modèle de société mortifère car hostile à la reproduction". Mais non, ce garçon n'est pas d'extrême-droite…

dimanche 4 octobre 2009

Régionales et achat de votes

Il est évidemment interdit d'acheter les votes des électeurs, le député UMP Serge Dassault a d'ailleurs récemment fait les frais de cette interdiction. Par contre, faire des "cadeaux" fiscaux un mois avant les élections, apparemment, on peut.

Les prochaines élections, régionales, auront lieu en mars 2010, et s'annoncent compliquées pour la droite.
Le gouvernement, lui, a récemment affirmé que la taxe carbone, mise en place en janvier, sera compensée par une baisse d'impôt (ou un chéque "vert" pour les non imposables)… en février.

Peut-on croire au hasard ? On pouvait lire récemment dans Le Monde :
Aux élus réticents, qui craignent, à six mois des élections régionales, l'impact de la taxe carbone, le président a asséné un dernier argument : "les Français recevront un chèque en février, un mois avant d'aller aux urnes."

Un peu trop décomplexée, la droite sarkozyste…

jeudi 1 octobre 2009

11 septembre sur NRJ : « Ce jour-là y avait 4 000 juifs qui ont pas été bosser, apparemment ils ont été prévenus par le Mossad »


Dans l'émission qu'il anime tous les soirs sur NRJ, MiKL fait intervenir régulièrement les auditeurs pour les faire réagir sur l'actualité. Le vendredi 11 septembre dernier, entre un sketch et une discussion sur Secret Story, il a proposé aux auditeurs de parler du 11 septembre 2001, de ce qu'ils faisaient au moment où ils ont appris la catastrophe, et de comment ils ont réagi alors.

Bien évidemment, un auditeur profita de cela pour développer la théorie du complot. C'était une caricature du conspirationniste persuadé de détenir la vérité sur le 11 septembre, lue sur internet (« j'ai mené ma petite enquête… j'ai été sur les forums… j'ai tchatché un peu avec les internautes… et je pense que c'est une gigantesque manipulation »).
MiKL et son équipe, semblant croire eux aussi au complot, le laissèrent développer. Et, dès le premier argument qu'il tenta de donner, l'auditeur dériva vite…

Auditeur- Je veux pas passer pour un antisémite, qu'on me prenne pour Dieudonné ou quoi que ce soit, mais ce jour-là y avait 4 000 juifs qui ont pas été bosser, donc apparemment ils ont été prévenus par le Mossad, l'agence de renseignements israélienne, je sais pas si vous connaissez…
Membre de l'équipe de MiKL- Mais ça, ça veut rien dire…
Membre de l'équipe de MiKL- …Ça veut dire que les services secrets israéliens fonctionnent mieux que les services secrets américains.
Membre de l'équipe de MiKL- …Ça veut dire qu'ils étaient au courant de la possibilité d'une menace terroriste ce jour-là.
MiKL- Bah même les ricains…
Auditeur- Moi je pense qu'ils bossent ensemble…
MiKL (sentant le dérapage arriver)- Ouhla… tu fais quand même un gros… euh… Imagine deux secondes, y a des services secrets français qui préviennent l'ambassade de France aux États-Unis en disant « Bon, les mecs, on a eu des infos, on a prévenu les ricains qui veulent rien entendre parce qu'ils disent qu'on est cons, il va peut-être y avoir quelque chose dans le World Trade Center, ce serait bien que au moins les Français se cassent de là », bon, ça veut pas dire que les Français sont derrière l'histoire…
Membre de l'équipe de MiKL- …Et ta théorie, elle tient pas complètement, parce qu'il y a des mecs qui sont allés bosser.
Auditeur- J'ai jamais dit que les israéliens avaient quelque chose à voir là-dedans, mais bon…
MiKL- Ah, parce que moi j'ai compris ça, j'ai compris que t'avais dit « ouais les mecs ils sont tous dedans, les israéliens tout le bordel »… non, pas « les israéliens », « les juifs », c'est ce que t'as dit… enfin c'est ce que j'ai compris.
Auditeur- Ouais, les israéliens, on dit « les juifs », on s'est compris.
MiKL- Oui, bah oui, mais enfin c'est pas pareil !

L'auditeur se lança ensuite dans une explication bizarre, mettant encore en cause les israéliens : « Y avait des irakiens qui faisaient la fête… En fait c'est les israéliens qui leur ont balancé des bonbons ».
L'échange se termina par une discussion sur le fameux passeport d'un terroriste, retrouvé en bon état après le crash (ce qui n'a rien d'exceptionnel).

Qu'on accuse les israéliens (voire les juifs) d'avoir participé à un prétendu complot le 11 septembre 2001, cela fait (heureusement) réagir l'équipe de MiKL.

Mais qu'on dise que « 4 000 juifs n'ont pas été bosser, ils ont été prévenus par le Mossad », et cela passe presque comme une lettre à la poste, avec à peine une petite nuance (cela « ne tient pas complètement » parce qu'il y eut quand même « des mecs (des juifs) qui sont allés bosser »).
Par contre, le fait que le Mossad ait été au courant du jour précis de l'attaque semble acquis (« ça veut dire que les services secrets israéliens fonctionnent mieux que les services secrets américains »), tout comme le fait qu'il ait prévenu des juifs new-yorkais (MiKL justifie même cette démarche, avec l'exemple des services secrets français).

(d'après un commentaire de jerry sur egoblog.net)

PS : allez lire le meilleur site en français démontant la théorie du complot : bastison.net