mardi 18 août 2009

Hommage à Christine Arron, la vraie reine du 100 mètres

Christine Arron est la troisième athlète la plus rapide de tous les temps sur 100 mètres. 10,73 secondes, lors du championnat d'Europe de Budapest en 1998, qui constituent toujours le record d'Europe de la discipline.

Qui a couru plus vite que Christine Arron ?
La première est Florence Griffith-Joyner. Parmi les meilleures sprinteuses du monde dans les années 1980, elle ratait toujours la plus haute marche du podium… En 1988, Flo-Jo est revenue chargée comme une mule, transformée physiquement, repoussant ses adversaires à plusieurs dizièmes de secondes. Records du monde du 100 mètres et du 200 mètres explosés, 3 médailles d'or aux jeux de Séoul. Elle arrête subitement sa carrière l'année suivante (alors que les contrôles anti-dopage inopinés se développent…) et meurt en 1998 âgée de seulement 38 ans.

La seconde est Marion Jones. Elle survola les 100 mètres à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Si la lutte anti-dopage a fait des progrès (rendant à jamais inatteignables les performances de Flo-Jo), il suffit aux tricheurs de garder un temps d'avance, d'utiliser la molécule non encore détectée.
C'est ce qu'a longtemps fait Marion Jones, tout en jurant qu'elle était propre.
Son mari C.J. Hunter (alors champion du monde en titre du lancer du poids) se fait prendre en 2000 ? Elle divorce. Son nouvel amour, qui lui a donné un fils, Tim Montgomery (alors recordman du monde du 100 mètres) se fait lui aussi pincer en 2004 ? Rien à avoir avec elle.
Mais elle est rattrapée peu après par l'affaire BALCO. Elle joue l'innocente, d'autant qu'on manque alors de preuves la concernant… mais l'enquête avance, et elle finit par tout avouer en 2007, ne pouvant plus nier l'évidence.
En 2008, elle passe 6 mois en prison pour ses parjures dans l'affaire Balco et dans une escroquerie aux chèques montée par Montgomery.

Flo-Jo est morte à 38 ans, ayant sacrifié sa santé. Jones a fini sa carrière en prison. Si les tablettes officielles contiennent toujours leurs performances irréelles, la vraie recordwoman du monde du 100 mètres est bien Christine Arron.
Tout comme d'ailleurs, la vraie recordwoman du monde du 400 mètres est Marie-José Pérec, et pas ces chaudières des années 1980 qu'étaient Marita Koch ou Jarmila Kratochvílová…

Cette place de femme propre la plus rapide du monde, Arron risque de bientôt la perdre. La jeune jamaïcaine Kerron Stewart a couru en 10,75 secondes il y a un mois, sa compatriote Shelly-Ann Fraser a égalé le temps d'Arron (10,73 secondes) lors de la finale des championnats du monde le 17 août.
(édit : ah que les hormones de croissance peuvent déformer la machoire, et que, tiens, mademoiselle Fraser porte un appareil dentaire)

C'est donc l'occasion de rendre hommage à Christine Arron, parce que, comme elle l'a dit, Marion Jones lui « volé (ses) meilleures années ».